En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 609.60 PTS
+0.13 %
5 612.50
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 428.39
+0.15 %
DAX PTS
12 367.81
-0.10 %
Dowjones PTS
27 040.53
-0.13 %
7 859.44
+0.09 %
1.105
+0.49 %

Boris Johnson exaspère les négociateurs européens

| AFP | 409 | 5 par 1 internautes
Le Premier ministre Boris Johnson à Londres le 12 septembre 2019
Le Premier ministre Boris Johnson à Londres le 12 septembre 2019 ( DANIEL LEAL-OLIVAS / POOL/AFP )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson exaspère les négociateurs européens par son intransigeance et laisse peu d'espoir de parvenir à un accord pour le divorce avec l'UE le 31 octobre, ce dont il devra assumer "l'entière responsabilité".

"Nous sommes toujours prêts à examiner objectivement toute proposition concrète et juridiquement valable du Royaume-Uni, mais nous les attendons toujours", a déclaré le négociateur de l'UE Michel Barnier avant une rencontre jeudi avec le président du Parlement européen et les chefs des groupes politiques.

"Le Brexit est une école de patience et de détermination", a-t-il ironisé en attendant l'heure de son entretien avec les dirigeants du Parlement.

Il s'est montré moins optimiste durant la réunion au cours de laquelle il les a informés de l'état des discussions en cours à Bruxelles avec David Frost, le conseiller du Premier ministre pour le Brexit.

"Nous n'avons pas de raisons d'être optimistes" sur les chances de parvenir à un accord avant le sommet européen organisé les 17 et 18 octobre, a-t-il averti dans sa déclaration rendue publique en fin de journée.

"Je ne peux pas vous dire objectivement si les contacts engagés avec le gouvernement de M. Johnson pourront aboutir à un accord à la mi-octobre", a-t-il précisé.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, s'est montré très dur vis-à-vis de Boris Johnson après cette réunion.

Le négociateur de l'UE Michel Barnier avant une rencontre avec le président du Parlement européen et les chefs des groupes politiques le 12 septembre 2019, à Bruxelles
Le négociateur de l'UE Michel Barnier avant une rencontre avec le président du Parlement européen et les chefs des groupes politiques le 12 septembre 2019, à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP )

"Les signaux reçus ne montrent aucune initiative qui permette de relancer le débat", a-t-il déploré lors d'une conférence de presse.

"Le gouvernement britannique est trop rigide dans ses positions et nous sommes inquiets car l'attitude du gouvernement britannique fait craindre de plus en plus une absence d'accord", a-t-il ajouté.

Les groupes du Parlement se sont entendus sur le texte d'une résolution qui sera soumise au vote lors de la session plénière la semaine prochaine à Strasbourg.

"Il n'y aura pas d'accord sans +backstop+. C'est très clair. C'est la position du Parlement européen qui aura le mot de la fin", a affirmé David Sassoli.

Le "backstop" est une clause de sauvegarde conçue pour empêcher le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Tout le Royaume-Uni resterait dans un territoire douanier unique avec l'UE, selon l'accord conclu avec Theresa May mais refusé par le parlement britannique et Boris Johnson. Le Premier ministre exige l'annulation de cette disposition qui empêche, selon lui, le Royaume-Uni de conclure des accords de libre échange bilatéraux.

Aucune proposition crédible

"Nous sommes disposés à examiner toutes les propositions, mais le Royaume Uni n'a pas proposé d'autres solutions qui soient crédibles sur le plan juridique et opérationnel", a estimé David Sassoli.

"Nous sommes même disposés à revenir à la proposition originelle, c'est à dire que le +backstop+ ne s'applique qu'à l'Irlande du Nord", a assuré le président du Parlement. L'Irlande du Nord deviendrait la frontière avec le reste du Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse et Pays de Galles).

La frontière irlandaise aujourd'hui
La frontière irlandaise aujourd'hui ( / AFP )

"Je pense que c'est l'option la plus judicieuse car elle permet au Royaume-Uni d'avoir encore une autonomie totale en termes de réglementation et de douanes, et un traitement spécial pour l'Irlande du Nord", a déclaré le chef du groupe des Verts Philippe Lamberts.

"Selon moi, c'est moins difficile que d'avoir tout le Royaume-Uni dans un tel arrangement", a-t-il ajouté.

Mais les services de Boris Johnson ont fait savoir que cette option n'était pas retenue.

Le Premier ministre britannique insiste sur sa volonté de parvenir à un nouvel accord avec l'UE qui jetterait les bases d'un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l'UE, et assure que des progrès ont été réalisés.

"Ce n'est pas ce que je comprends", a déclaré Philippe Lamberts. "Il doit donner l'image de quelqu'un qui négocie de bonne foi, qui veut un accord, de sorte que s'il n'y a pas d'accord, ce ne peut évidemment pas être de sa faute mais celle des autres", a-t-il explicité.

"Si le divorce se fait sans accord, le gouvernement britannique en assumera l'entière responsabilité et devra honorer tous ses engagements financiers, respecter les droits des citoyens européens et ses obligations au regard de l'accord du Vendredi Saint avec l'Irlande", a averti David Sassoli au cours de sa conférence de presse.

"Le Parlement européen ne donnera pas son aval à de nouvelles négociations entre l'UE et le Royaume-Uni si ces obligations ne sont pas respectées", a-t-il affirmé.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2019

A tort ou à raison ?

Publié le 17/09/2019

L’américain Boeing et le français Safran ont annoncé mardi leur investissement conjoint dans Electric Power Systems (EPS), une entreprise proposant une gamme de produits de stockage…

Publié le 17/09/2019

La date d'ouverture officielle de la récolte du raisin a débuté le 9 septembre dernier en Champagne...

Publié le 17/09/2019

Calme plat sur Cast au lendemain de la publication des comptes intermédiaires...

Publié le 17/09/2019

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme de rachat d’actions, Safran a annoncé le 24 mai 2017, son intention de procéder à un programme de rachat d’actions ordinaires pour un montant…