En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 210.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 031.81
+0.70 %
7 090.63
+0.79 %
1.133
+0.00 %

Boeing dépasse les 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2018

| AFP | 413 | Aucun vote sur cette news
(FILES) Un 737 MAX 9 de Boeing le 7 mars 2017 après un vol test à Renton (nord-ouest)
(FILES) Un 737 MAX 9 de Boeing le 7 mars 2017 après un vol test à Renton (nord-ouest) ( Jason Redmond / AFP/Archives )

Boeing a atteint pour la première fois de son histoire le seuil symbolique des 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel en 2018 et table sur des livraisons record d'avions cette année.

L'an dernier, l'avionneur américain a enregistré un chiffre d'affaires de 101,1 milliards de dollars (+7,6%), grâce à des livraisons dynamiques d'avions civils. Il a livré 806 avions commerciaux, contre 800 pour Airbus, et engrangé beaucoup plus de commandes nettes, 893 contre 747.

Le bénéfice net annuel a par conséquent bondi de 24,2%, à 10,1 milliards de dollars, dont 3,4 milliards de dollars au quatrième trimestre.

Le titre a bondi de 6,26% à Wall Street, les marchés semblant soulagés de voir que le constructeur aéronautique ne prévoit pas de perturbation particulière de son activité malgré les tensions commerciales sino-américaines et le ralentissement économique mondial.

Le groupe, basé à Chicago, veut livrer entre 895 et 905 avions civils cette année, en hausse d'au moins 11% comparé à l'année écoulée, ce qui serait un record absolu et lui permettrait de maintenir sa place de leader, devant son éternel rival Airbus.

Il vise un chiffre d'affaires annuel compris entre 109,5 et 111,5 milliards de dollars et un bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, de l'ordre de 19,90 à 20 dollars.

Ce tableau suggère que Boeing est convaincu que les goulots d'étranglement rencontrés par ses sous-traitants et fournisseurs l'an dernier sont dans le rétroviseur au moment où il prévoit d'augmenter les cadences de production du long courrier 787 "Dreamliner" (14 exemplaires par mois contre 12 l'an dernier) et du monocouloir 737 (57 unités par mois contre 52 en 2018) pour répondre à la croissance du trafic aérien mondial.

"Il reste des endroits où nous devons encore faire des efforts comme les moteurs", a déclaré Dennis Muilenburg, le PDG, lors d'une conférence téléphonique, ajoutant que l'avionneur allait déployer ses salariés dans les usines de CFM, la co-entreprise entre General Electric et Safran qui fabrique le réacteur de nouvelle génération LEAP.

Nouvel avion en 2020 ?

Boeing s'attend par conséquent à ce que le premier trimestre soit le plus faible en termes de livraison, selon M. Muilenburg, qui a par ailleurs réaffirmé que le groupe allait se prononcer cette année sur le lancement d'un nouvel avion de "milieu de marché". La date de lancement serait 2020.

L'avionneur se distingue des autres multinationales américaines comme Apple, Caterpillar et Ford, qui ont averti que le passage à vide de l'économie chinoise allait affecter leur activité dans les prochains mois.

Fleuron industriel et une des marques américaines les plus connues, l'avionneur est pourtant l'une des cibles idéales pour tout pays voulant répliquer aux taxes douanières supplémentaires imposées sur les importations par le président, Donald Trump.

Le groupe se présente lui-même comme le plus gros exportateur américain car environ 80% de ses avions sont destinés aux marchés étrangers.

De janvier 2016 à janvier 2018, la Chine, où il a ouvert mi-décembre sa toute première usine d'assemblage, a représenté 20% des avions livrés, soit 303 sur 1.511 appareils réceptionnés par les compagnies aériennes, selon l'avionneur.

Boeing assemble en outre une grande partie de ses avions avec des pièces fournies par des équipementiers répartis à travers le globe.

"La Chine reste pour nous un marché où l'on peut réaliser de la croissance à terme", a souligné Dennis Muilenburg.

L'optimisme du constructeur aéronautique repose sur une bonne santé de sa division d'aviation civile, dont le carnet de commandes présentait au 31 décembre 5.900 appareils, évalués à 412 milliards de dollars. La marge bénéficiaire s'est améliorée à 15,6% au quatrième trimestre, contre 11,6% un an plus tôt.

Boeing mise également sur la hausse des dépenses militaires à travers le monde, en raison d'une recrudescence des tensions géopolitiques, et sur son offre de services à l'industrie aéronautique.

Outre le Pentagone, le constructeur aéronautique a engrangé auprès du gouvernement japonais une commande portant sur son avion ravitailleur KC-46 tandis que l'Espagne l'a retenu pour moderniser 17 hélicoptères Chinook.

Boeing doit toutefois encore répondre aux questions sur le crash d'un 737 MAX de Lion Air ayant fait 189 morts en octobre au large de l'Indonésie. Une des boîtes noires avait pointé des problèmes d'indicateur de vitesse, un coup dur pour cet avion, version modernisée du best-seller 737.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...