En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 428.29 PTS
-0.35 %
5 429.50
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 344.13
-0.33 %
DAX PTS
12 729.16
-0.29 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

BMW va fabriquer la Mini électrique au Royaume-Uni

| AFP | 265 | Aucun vote sur cette news
Le siège de BMW à Munich (Allemagne) le 21 mars 2017
Le siège de BMW à Munich (Allemagne) le 21 mars 2017 ( Christof STACHE / AFP/Archives )

Le constructeur automobile allemand BMW a annoncé mardi qu'il allait fabriquer au Royaume-Uni une version électrique de sa voiture Mini, alors que le Brexit avait laissé craindre une autre localisation.

"Ce véhicule entièrement électrique commencera à être produit en 2019", a indiqué BMW dans un communiqué.

Les systèmes de transmission électrique seront fabriqués dans les usines du groupe en Bavière, dans le sud de l'Allemagne, puis assemblés avec la voiture dans l'usine britannique d'Oxford, qui est déjà le principal site de production de la Mini trois portes.

Le choix d'Oxford pour produire la future Mini électrique avait été mis en doute par la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne.

En mai, le patron de BMW, Harald Krüger, avait dit espérer "le pragmatisme de toutes les parties dans les négociations sur le Brexit" et laissé entendre que BMW, se préparant à différents scénarios, pourrait délocaliser une partie de sa production britannique. "Vous le savez: nous produisons également des modèles Mini chez VDL Nedcar aux Pays-Bas. Nous sommes flexibles", avait-il alors indiqué.

Une mini en cours de montage à l'usine d'Oxford le 17 janvier 2017
Une mini en cours de montage à l'usine d'Oxford le 17 janvier 2017 ( GEOFF CADDICK / AFP/Archives )

Alors que le Brexit pourrait se traduire par un retour des frais de douanes pour les produits britanniques ou des complications dans la chaîne d'approvisionnement, les investissements dans le secteur automobile au Royaume-Uni ont déjà reculé en 2016 à 1,7 milliard de livres (1,9 milliard d'euros), contre 2,5 milliards les années précédentes.

D'ici 2025, BMW espère que les voitures électriques représenteront entre 15% et 25% de ses ventes.

Le constructeur produit déjà des modèles électrifiés dans dix usines dans le monde. A l'avenir, "BMW va créer des structures rendant nos usines de production capables de fabriquer en même temps des modèles avec des moteurs à combustion, hybrides ou entièrement électriques", indique le groupe dans un communiqué.

De son côté, le gouvernement britannique s'est félicité de la décision de BMW, au moment où il cherche à rassurer les entreprises qui font part de leurs inquiétudes quant aux négociations en cours sur le Brexit et l'avenir des relations avec l'UE.

La décision de BMW "est un vote de confiance dans la détermination que nous avons de faire du Royaume-Uni le lieu incontournable pour la prochaine génération de véhicules", a souligné le ministre des Entreprises, Greg Clark.

Selon lui, elle met en lumière "la force de notre excellente main-d'oeuvre, notre expérience en terme d'innovation et la relation fructueuse entre le secteur automobile et le gouvernement."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de EURAZEO, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 19/07/2018

Un service de mobilité électrique free-floating à Paris et dans sa périphérie

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 4), l’américain Boeing annonce qu’un client anonyme s’est engagé à commander 100 avions 737 MAX supplémentaires. Au prix catalogue,…

Publié le 19/07/2018

La durée d'hydrolise du PET encore diminuée...

Publié le 19/07/2018

Le carton d'Iliad en Italie est salué par le marché à l'ouverture...