5 573.40 PTS
-1.18 %
5 517.5
-1.27 %
SBF 120 PTS
4 442.81
-1.20 %
DAX PTS
12 981.00
-1.43 %
Dowjones PTS
24 834.41
-0.72 %
6 893.62
+0.00 %
Nikkei PTS
22 689.74
-1.18 %

Bitcoin, Ripple et Ethereum chutent, le NEM plonge encore

| Boursier | 544 | Aucun vote sur cette news

L'affaire Coincheck a marqué les esprits

Bitcoin, Ripple et Ethereum chutent, le NEM plonge encore
Credits Reuters

La correction se confirme sur les principales cryptomonnaies, en ce début de semaine, les opérateurs restant sur la défensive après le plus grand piratage de l'histoire des monnaies virtuelles.

Le Bitcoin abandonne actuellement 7% sur Bitfinex à 10.607$, tandis que l'Ethereum fléchit de 5% à 1.141$. Le Ripple trébuche de 8% à 1,18$ environ sur Poloniex. Le NEM (symbole XEM) poursuit son plongeon, reculant actuellement de 11% à 0,84$, toujours plombé par l'affaire Coincheck.

Piratage record de 530 millions de dollars

La crypto-devise NEM a en effet subi un piratage majeur sur la plateforme japonaise Coincheck, contrôlée par Coincheck, Inc. 523 millions de 'jetons' ont été dérobés pour un montant totalisant environ 530 millions de dollars (58 milliards de yens) - sur la base des cours 'cotés' au moment du 'casse'. Environ 260.000 utilisateurs de Coincheck auraient été touchés. Coincheck entend les rembourser en totalité.

Les unités dérobées étaient stockées 'à chaud', au lieu d'être placées dans des portefeuilles 'froids' plus sécurisés, car déconnectés d'Internet. Cet événement pourrait d'ailleurs inciter les régulateurs à contraindre les plateformes d'échange au stockage 'offline'... En outre, les NEMs gobés par les pirates n'étaient pas protégés par un système multi-signature.

'Regagner la confiance' de la communauté

"Nous voudrions nous excuser sincèrement auprès de nos clients et de tous ceux qui ont été affectés par cet incident. Nous ferons de notre mieux pour apporter des changements significatifs à notre plateforme, afin de regagner la confiance de nos clients et de la communauté", a assuré Coincheck hier, en marge de l'annonce d'une demande d'amélioration des opérations de la FSA.

Précédemment, la plateforme avait demandé aux utilisateurs de ne plus effectuer de dépôts, jusqu'à la levée des restrictions. Les échanges et les retraits de NEMs avaient été suspendus, puis les échanges de toutes les 'cryptos', hors Bitcoin.

Coincheck a évidemment été vivement critiqué par les autorités japonaises, pour sa faible gouvernance et sa sécurité trop légère. Après ce piratage record, le régulateur financier japonais a promis une inspection générale des plateformes locales d'échange de cryptomonnaies.

La FSA (Financial Services Agency) japonaise a évidemment demandé à Coincheck d'apporter à ses opérations les améliorations nécessaires. Le régulateur japonais attend de Coincheck un rapport détaillé au sujet du piratage. Les mesures de prévention devront être précisées le 13 février. Des inscriptions sur site sont également attendues, si nécessaires.

Le spectre Mt. Gox

L'affaire Coincheck rappelle au Japon le triste souvenir de l'affaire Mt. Gox, plateforme dont l'effondrement en 2014 avait semé le trouble dans le petit monde des 'cryptos'. Mt. Gox, dirigée alors par le Français Mark Karpelès, était... la principale plateforme d'échange de Bitcoin. Au sommet de sa gloire, Mt. Gox représentait jusqu'à 80% du volume total de trading en bitcoins. En février 2014, la plateforme avait mis brutalement un terme à son activité, après la perte de 850.000 bitcoins, qui représentaient à l'époque environ 400 millions de dollars. L''échange' japonais s'était écroulé, insolvable.

Face au 'spectre' Mt. Gox, Coincheck avait annoncé dès dimanche son intention de restituer environ 90% des sommes dérobées sur ses propres fonds. Le timing et la manière de procéder n'ont toutefois pas été précisés.

La FSA doit par ailleurs déterminer si Coincheck dispose de fonds suffisants pour tenir ses promesses, autrement dit si le groupe a encore les reins suffisamment solide après ce coup dur, qui a considérablement affecté sa réputation.

La plateforme affirme pour l'heure qu'elle va rapidement renforcer sa gouvernance et la protection de ses clients, tout en développant ses systèmes de gestion du risque.

NEMs tracés ?

Le NEM est une cryptomonnaie et une plateforme blockchain lancée début 2015. Cette blockchain est testée par des institutions financières et firmes privées, plus particulièrement en Asie. La 'NEM Foundation', basée à Singapour, a précisé, suite au piratage, que le système de traçabilité de la blockchain lui permettait de suivre tous les 'jetons' volés chez Coincheck. D'après la fondation, le pirate n'aurait pas déplacé les fonds vers un autre échange ou vers des comptes personnels.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/05/2018

Dans un marché désormais bien baissier, Renault sous-performe, en repli de près de 3% à 89,3 euros...

Publié le 23/05/2018

L’équipementier automobile Faurecia annonce aujourd'hui un investissement dans la start-up américaine Promethient, venant ainsi renforcer l'écosystème du groupe dédié aux technologies de…

Publié le 23/05/2018

Objectif rehaussé...

Publié le 23/05/2018

Comme suite à la nomination de M...

Publié le 23/05/2018

aXigate, filiale de la Division Solutions pour les Etablissements Sanitaires et Médico-Sociaux du Groupe Pharmagest, a été retenue pour sa solution...