En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 194.97 PTS
+0.42 %
5 193.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 163.15
+0.53 %
DAX PTS
11 794.31
+0.15 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+0.00 %
1.156
-0.08 %

Beurre: "la crainte de la pénurie crée la pénurie", selon le ministre

| AFP | 409 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, à l'Assemblée nationale le 17 octobre 2017
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, à l'Assemblée nationale le 17 octobre 2017 ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

La "crainte de la pénurie créée la pénurie", a souligné mardi le ministre de l'Agriculture Stephane Travert, en admettant que le manque de beurre constaté dans certains supermarchés relève d'abord d'un bras de fer entre industriels et distribution, alimenté par des achats de précaution des consommateurs.

Pour sortir du conflit commercial qui oppose la distribution et les industriels sur le prix du beurre, le ministre, interrogé sur RTL mardi matin, suggère de s'en remettre à "l'esprit des états généraux de l'alimentation" (Egalim) en cours depuis juillet, et consacrés précisément au "juste prix" qui doit être payé par chaque maillon de la chaîne alimentaire.

"C'est une situation inédite, il y a une forme de blocage entre les transformateurs et les distributeurs", a-t-il reconnu, "je ne peux être que contre cette guerre des prix". "Il n'y a pas de pénurie à proprement parler" a-t-il dit.

Le cabinet Nielsen, spécialisé dans les études de consommation, a montré samedi dans une étude comment la "pénurie" de beurre évoquée depuis la rentrée par les boulangers puis par les médias, était amplifiée par des achats de précaution de consommateurs: les ruptures de stocks constatées en grande surface sont dûes "à une forte hausse de la demande qui a atteint +19% en volume durant la semaine du 16 au 22 octobre, par rapport à la même semaine de 2016" selon le cabinet.

En fin de semaine dernière, les producteurs laitiers, avaient pour leur part dénoncé "l'intox" de la "pénurie", en soulignant qu'il n'y avait pas de pénurie de lait et en pointant du doigt la responsabilité de la grande distribution qui ne veut pas payer le "juste prix", tandis que les industriels préfèrent exporter leur beurre plutôt que de le vendre à la grande distribution française.

"La crainte de la pénurie crée la pénurie (...) Beaucoup de consommateurs ont acheté du beurre en supplément par rapport à leur habitude de consommation et le stockent. Le beurre au congélateur ce n'est pas forcément meilleur" a souligné le ministre.

Après avoir cité "Super U", le ministre a dit avoir reçu un mail de la part de l'enseigne Auchan "qui a fait savoir qu'ils acceptaient ces augmentations" de tarif sur le beurre . "C'est plutôt de bon augure" a-t-il dit.

Le bras de fer commercial sur le beurre, est "un test grandeur nature" pour les Etats généraux de l'alimentation en cours, a ajouté M. Travert.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 30/09/2018

Panneau "Nous embauchons" à Saint-Georges, au nord-est de Montréal, le 24 septembre 2018 ( Clément SABOURIN / AFP )L'immigration a occupé une place centrale dans la campagne pour les…

Publié le 21/09/2018

Une intervention chirurgicale, le 22 août 2017 à Shanghai, en Chine ( CHANDAN KHANNA / AFP/Archives )Des machines qui interprètent des pulsations cardiaques ou des radiographies: en Chine, des…

Publié le 21/09/2018

Des entreprises misent sur l'intelligence artificielle et le "big data" alors que la Chine compte seulement 12 millions de professionnels de santé pour une population totale de près de 1,4…

Publié le 19/09/2018

Des habitants de la capitale yéménite Sanaa confrontés aux pénuries d'essence, le 17 septembre 2018 ( Mohammed HUWAIS / AFP )Fahed Othman, chauffeur de taxi, fait la queue depuis deux jours…

Publié le 19/09/2018

Des habitants de la capitale yéménite Sanaa confrontés aux pénuries d'essence, le 17 septembre 2018 ( Mohammed HUWAIS / AFP )Fahed Othman, chauffeur de taxi, fait la queue depuis deux jours…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

L’équipementier aéronautique Latécoère, au travers de sa branche Systèmes d'Interconnexion, et Sabena technics (groupe TAT), spécialiste de la maintenance aéronautique en France, collaborent…

Publié le 17/10/2018

Dans les premières positions du SRD, STMicroelectronics (+5,5% à 15,6 euros) et Soitec (+4,6% à 62,9 euros) se distinguent dans le sillage d'ASML qui...

Publié le 17/10/2018

Transaction entièrement en numéraire évaluée à environ 278 M$...

Publié le 17/10/2018

Visiativ a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 95,3 millions d'euros sur les neuf premiers mois de son exercice 2018, matérialisant une croissance de 23%, dont +4% en organique. " Le…

Publié le 17/10/2018

CIS enregistre au troisième trimestre 2018 un chiffre d’affaires, à taux de change constant, de 54 millions d'euros contre 60 millions d'euros, un an plus tôt. Les impacts de change, qui sont en…