En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 879.5
-0.45 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
-0.11 %

Beurre: "encore quelque mois" de "tension" à prévoir en France

| AFP | 1110 | Aucun vote sur cette news
Des mottes de beurre de haute qualité réalisées à Echire le 17 mars 2015
Des mottes de beurre de haute qualité réalisées à Echire le 17 mars 2015 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )

La France "va rester en situation de tension encore quelques mois sur le beurre, jusqu'à ce que la production remonte" a déclaré mercredi Dominique Chargé, président de la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL).

A court terme, la situation de quasi-pénurie de beurre dans certains endroits restera "difficile" "pour toute la période d'automne et de début d'hiver", a déclaré M. Chargé lors d'une conférence de presse à Paris.

Ensuite, les conditions climatiques pour les récoltes d'herbe en fin d'été et début d'automne ayant été meilleures qu'au printemps, les éleveurs producteurs laitiers devraient "normalement" avoir de meilleures réserves fourragères "pour nourrir leurs vaches et produire cet hiver", a estimé le responsable.

La tension sur le beurre est perceptible dans le monde entier avec une envolée des cours mondiaux due à différents facteurs, mais une certaine "pénurie" est apparue dans certains rayons de grande distribution, uniquement en France, premier pays consommateur de beurre, même dans des régions grandes productrices comme la Bretagne et la Normandie.

Sans aller jusqu'à dire que la "pénurie" pourrait être plus organisée que réelle, le président de la FNCL met en cause le système de fixation annuel trop rigide des prix entre les producteurs et la distribution.

"Dès lors qu'il n'y a plus abondance, on dit qu'il y a pénurie", a dit M. Chargé.

"Aujourd'hui, un industriel transformateur en France a clairement plus intérêt à faire du fromage avec les matières grasses du lait ou à se tourner vers d'autres circuits que la distribution pour vendre son beurre, car il ne peut pas répercuter les hausses de tarif du marché mondial auprès des distributeurs", a-t-il ajouté.

Conséquence, en août, selon les statistiques de FranceAgriMer, la France était quasiment l'un des seuls pays d'Europe à voir ses exportations de beurre vers les pays hors UE augmenter par rapport aux douze mois terminés en août 2016, alors que la crise du beurre avait été largement annoncée depuis le printemps.

Explication: "Les acteurs économiques ont trouvé une meilleure valorisation de leur beurre à l'étranger qu'en France", estime M. Chargé. D'où la "pénurie".

Interrogé sur la proposition du ministre Stephane Travert de nommer un médiateur sur le sujet, M. Chargé a souligné qu'un médiateur n'était "pas un arbitre": "Il pourra peut-être constater les problèmes et amener les acteurs à mieux travailler ensemble" a-t-il espéré.

"Il s'agit d'un problème de fonctionnement des relations commerciales entre industrie/producteurs et commerce" a-t-il dit. "La crise du beurre est l'illustration du dysfonctionnement de toute la filière" a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...