En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.85 PTS
-0.07 %
5 379.50
+0.14 %
SBF 120 PTS
4 257.86
-0.08 %
DAX PTS
11 549.96
-0.46 %
Dowjones PTS
25 938.45
+0.75 %
7 465.47
+1.15 %
1.135
-0.64 %

Bercy cherche une voie de sortie à la crise du diesel

| AFP | 1987 | Aucun vote sur cette news
Elus, représentants syndicaux et acteurs de la filière automobile réunis à Bercy pour tenter de préparer l'avenir du secteur, menacé par la crise du diesel
Elus, représentants syndicaux et acteurs de la filière automobile réunis à Bercy pour tenter de préparer l'avenir du secteur, menacé par la crise du diesel ( Ina Fassbender / dpa/AFP/Archives )

Elus, représentants syndicaux et acteurs de la filière automobile se sont réunis lundi à Bercy pour tenter de préparer l'avenir du secteur, menacé par la crise du diesel ainsi que par la transition vers les véhicules électriques et autonomes.

Le gouvernement veut notamment élaborer "un plan concerté" pour accompagner la chute continue des ventes de voitures au gazole. La part de ces motorisations a chuté de moitié en cinq ans, mettant au défi de nombreuses entreprises et menaçant des milliers d'emplois dans le pays.

"Il ne faut pas nier que la baisse du diesel en France a des conséquences sur les investissements dans nos territoires" et sur l'emploi en France, a affirmé Luc Chatel, président de la Plateforme automobile, qui représente la filière, à la sortie de la réunion.

Selon lui, "la filière automobile est face à une restructuration qu'elle n'a jamais connue dans son histoire", il est donc "très important que les industriels soient réunis avec l'Etat, avec les collectivités territoriales, avec les représentants de personnels pour harmoniser leurs politiques et faire en sorte qu'on prenne les bons virages et qu'on amortisse le choc quand il y a des difficultés".

"Mobilisation générale"

En 2013, 67% des voitures immatriculées en France étaient équipées de moteurs diesel, contre seulement 35% ces derniers mois. La baisse a atteint les mêmes proportions à l'échelle européenne.

Ces motorisations, dont les constructeurs français s'étaient fait une spécialité, subissent le contrecoup du "dieselgate", l'affaire des moteurs truqués de Volkswagen révélée en 2015. Elles sont aussi de plus en plus épinglées pour leurs émissions de particules et d'oxydes d'azote. De nombreuses villes, notamment en Allemagne, ont commencé à restreindre l'accès à ces véhicules.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé à "la mobilisation générale pour accompagner les évolutions de la filière automobile", dans un communiqué diffusé après la réunion.

Une cartographie "précise des sites industriels menacés par l'évolution des motorisations" va voir le jour, tout comme une étude scientifique sur les émissions de dioxyde de carbone et d'oxyde d'azote "en conditions réelles des véhicules récents tant diesel qu'essence", selon le document.

Bercy propose également, en accord avec certains syndicats, de réviser la classification des véhicules pour rendre éligibles à la vignette Crit'Air 1 les véhicules diesel qui en respectent les critères, alors qu'ils étaient jusqu'ici exclus d'office. Les véhicules diesel les mieux classés (normes Euro 5 et 6) reçoivent aujourd'hui une vignette de catégorie 2.

Cette position semble faire consensus au sein du gouvernement. Avec Bercy, "nous sommes d'accord sur une chose qu'on pourrait appeler la neutralité technologique, c'est-à-dire que nous, on regarde l'application des normes et on ne regarde pas si c'est telle technologie ou telle autre", a assuré le ministre de l'Environnement François de Rugy sur BFMTV/RMC.

Rupture technologique

"Personne autour de la table ne conteste ou ne freine sur la transition écologique, sur l'évolution climatique", a expliqué pour sa part le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand. "La seule chose c'est: est-ce qu'on décide d'aller plus vite que la musique et donc de mettre en péril des dizaines de milliers d'emplois qui sont encore dans la filière diesel, ou est ce qu'on marie les deux?"

De son côté, le président de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset a évoqué "un effort considérable à faire de formation de long terme". Le discours des présidents de régions "a été de dire: attention, ne ratons pas une rupture technologique avec l'hydrogène et l'électrique. Ne faisons pas comme entre le minitel et l'ordinateur".

Cette réunion a permis de faire "un gros état des lieux. Les chiffres ont été posés sur la table, tout le monde est mis devant ses responsabilités", a jugé Gabriel Artero de la CFE-CGC. "On court après le temps pour la filière automobile en général et surtout pour les sites dépendants du diesel", comme l'usine Bosch de Rodez.

Une nouvelle réunion du même type "sera organisée dans les trois mois", a précisé Bercy.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

Paris, 21 mars 2019, 18h30   AB Science annonce que de nouvelles données dans la SLA ont été sélectionnées pour une présentation orale à la conférence 2019 de la Muscular…

Publié le 21/03/2019

Poxel a généré en 2018 un bénéfice net de 13,5 millions d’euros, contre une perte nette de 22,3 millions d’euros en 2017. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de la société…

Publié le 21/03/2019

Année solide malgré une provision pour prime...

Publié le 21/03/2019

Eiffage a décroché un contrat de plus de 250 millions d'euros pour la construction du parc éolien offshore Moray East au Royaume-Uni...

Publié le 21/03/2019

Le chiffre d'affaires d'Esker pour l'exercice 2018 progresse de +14,2% et de +16% à taux de change et périmètre constants pour s'établir à 86,9 ME...