5 357.14 PTS
-0.78 %
5 360.5
-0.72 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-0.71 %
DAX PTS
13 068.08
-0.44 %
Dowjones PTS
24 623.45
+0.15 %
6 413.34
+0.29 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Bayer cède semences et désherbants à BASF pour épouser Monsanto

| AFP | 181 | Aucun vote sur cette news
Bayer veut vendre ses semences et désherbants à BASF pour fusionner avec Monsanto
Bayer veut vendre ses semences et désherbants à BASF pour fusionner avec Monsanto ( Roberto Pfeil / AFP/Archives )

Bayer veut vendre pour près de 6 milliards d'euros d'activités agrochimiques à BASF afin de convoler avec l'américain Monsanto, permettant au passage à son rival allemand d'entrer au prix fort sur le marché des semences.

Le groupe de Leverkusen (ouest) a annoncé vendredi avoir signé un accord avec son compatriote BASF pour lui céder des semences de coton, de colza et de soja ainsi que ses désherbants dits non sélectifs à base de glufosinate d'ammonium -connus sous les marques Liberty ou Basta-, pour un montant total de 5,9 milliards d'euros.

Ces activités ont dégagé en 2016 un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros, généré pour les deux tiers en Amérique du Nord.

La transaction est toutefois soumise à condition, à savoir la finalisation du rapprochement entre Bayer et Monsanto, a souligné l'entreprise.

"Nous adoptons une approche proactive pour aborder les éventuelles questions réglementaires, dans l'optique de faciliter la conclusion de la transaction avec Monsanto", a expliqué le patron de Bayer, Werner Baumann, cité dans un communiqué.

Le patron de Bayer, Werner Baumann, lors d'une conférence de presse au siège du groupe, à Leverkusen (ouest de l'Allemagne), le 13 octobre 2017
Le patron de Bayer, Werner Baumann, lors d'une conférence de presse au siège du groupe, à Leverkusen (ouest de l'Allemagne), le 13 octobre 2017 ( PATRIK STOLLARZ / AFP/Archives )

La Commission européenne doit en effet encore rendre une décision sur le projet de fusion entre Bayer et Monsanto, spécialiste américain des pesticides et des OGM. En août, Bruxelles avait annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie, craignant que ce mariage ne réduise la concurrence sur un marché déjà très concentré.

C'est pour répondre à ces craintes et dans l'espoir de pouvoir boucler la fusion "d'ici début 2018" que Bayer a décidé de vendre quelques bijoux de famille à son grand concurrent BASF.

Les fruits de cette vente permettront par ailleurs à Bayer de refinancer une petite partie du rachat de Monsanto pour 56 milliards d'euros.

Mais la Commission s'est bornée à "prendre note de cette annonce" et à signaler à l'AFP, via un porte-parole, que son enquête "se poursuit" et qu'il est impossible "de préjuger à ce stade de son issue".

- 'Gagnant-gagnant' -

BASF mettra la main sur la propriété intellectuelle des produits rachetés et sur des sites appartenant à Bayer
BASF mettra la main sur la propriété intellectuelle des produits rachetés et sur des sites appartenant à Bayer ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

Si l'opération est menée jusqu'à son terme, le géant allemand de la chimie BASF mettra la main sur la propriété intellectuelle des produits rachetés et sur des sites appartenant à Bayer, parmi lesquels 5 usines de production ou de préparation et 10 centres de recherche et développement.

Plus de 1.800 salariés basés principalement aux Etats-Unis, en Allemagne, au Brésil, au Canada et en Belgique, seront transférés chez lui. BASF promet aux salariés permanents des contrats de travail similaires à ceux de Bayer pour une durée d'au moins 3 ans, une fois le rachat des activités de Bayer bouclé.

Jusqu'ici spectateur de la recomposition du marché de l'agrochimie, avec la fusion récente des américains Dow Chemical et DuPont et les noces prévues de Bayer et Monsanto, et après s'être infligé une cure d'amaigrissement radicale en cédant des pans entiers de son activité pour gagner des marges de manœuvre financières, BASF passe ainsi à l'action.

L'acquisition prévue sera "la plus grande de son histoire", souligne Peter Spengler, analyste de DZ Bank interrogé par l'AFP.

Elle permettra surtout à BASF de faire son entrée dans le domaine des semences et de proposer des produits agrochimiques "intégrés", à l'instar de Dupont, Monsanto ou du suisse Syngenta, relève Ulle Wörner, de la banque LBBW, saluant la pertinence "stratégique" de l'opération.

C'est "gagnant-gagnant" pour les deux groupes allemands, même si BASF paie "un prix très élevé", estime de son côté Peter Spengler.

A la Bourse de Francfort, vers 14H00 GMT, Bayer gagnait 1,11% à 118,10 euros tandis que BASF cédait 0,29% à 89,05 euros, dans un marché à l'équilibre.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Aide du Ministre de la cohésion des territoires

Publié le 14/12/2017

Adeunis annonce son chiffre d'affaires du 1er semestre 2017/2018...

Publié le 14/12/2017

Vallourec a annoncé avoir finalisé Value 17, une augmentation de capital réservée à ses salariés à travers le monde. Près de 10 000 salariés, dans onze pays, représentant 52 % des effectifs…

Publié le 14/12/2017

Au cours de sa séance du 13 décembre 2017, le Conseil d'administration de Bic a décidé de procéder à une augmentation du capital par création de 87 584 actions consécutive à la levée…

Publié le 14/12/2017

Bonne tenue des ventes PME-PMI et croissance très significative de l'activité liée aux clients Grands Comptes.

CONTENUS SPONSORISÉS