En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 417.70 PTS
+0.71 %
5 412.5
+0.66 %
SBF 120 PTS
4 345.15
+0.62 %
DAX PTS
12 410.11
+0.64 %
Dowjones PTS
25 758.69
+0.35 %
7 371.42
+0.00 %
1.151
+0.21 %

Bayer a fourni de nouvelles concessions à Bruxelles pour racheter Monsanto

| AFP | 188 | Aucun vote sur cette news
Le 13 octobre, Bayer avait déjà annoncé une première concession pour pouvoir convoler avec Monsanto
Le 13 octobre, Bayer avait déjà annoncé une première concession pour pouvoir convoler avec Monsanto ( Patrik STOLLARZ, John THYS / AFP/Archives )

Bayer a fourni de nouvelles concessions à la Commission européenne afin de dissiper ses inquiétudes sur le rachat du géant américain des pesticides et des OGM Monsanto par le groupe allemand, indique lundi l'exécutif européen.

Selon le site de la Commission, Bayer a présenté ces concessions le vendredi dernier. La date butoir pour que l'exécutif européen prenne une décision sur cette fusion est désormais fixée au 5 avril.

Il s'agit d'une date butoir provisoire qui peut toujours être étendue, notamment si des informations supplémentaires sont nécessaires.

Bayer a de son côté confirmé, dans un courrier électronique à l'AFP, avoir fourni des "concessions significatives", espérant dissiper les inquiétudes de la Commission.

A l'instar de l'exécutif européen, le groupe de chimie-pharmacie allemand n'a donné aucun détail sur ces concessions.

Selon une source proche du dossier, une version non confidentielle des remèdes proposées vendredi par Bayer va être envoyée cette semaine par la Commission européenne aux parties tiers qui ont émis des réserves quant à cette union. Elles pourront ainsi dire si elles jugent ces concessions suffisantes.

"Les remèdes proposés par Bayer ont été soumis après un intense processus de discussion ces dernières semaines avec l'exécutif européen, qui avait réclamé avant Noël de nouvelles concessions" au groupe allemand, a précisé cette même source à l'AFP.

Parmi les concessions offertes, l'une d'entre elles est une proposition de désinvestissement dans le marché des semences, où Bayer comme Monsanto sont actifs, a détaillé la source sous couvert de l'anonymat, précisant toutefois que l'acheteur "n'avait pas encore été trouvé".

Les remèdes sur la table sont "un gros paquet, il y a encore d'autres choses", a-t-elle poursuivi sans vouloir en dire davantage.

Bruxelles avait ouvert en août dernier une enquête approfondie sur cette opération de 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros), annoncé en 2016, qui doit donner naissance à la plus importante entreprise mondiale de pesticides et de semences.

L'exécutif européen, garant de la concurrence dans l'UE, avait alors dit craindre que la concentration ait des répercussions négatives sur certains marchés, réduisant de fait la concurrence sur plusieurs produits au détriment des agriculteurs.

Le 13 octobre, Bayer avait déjà annoncé une première concession pour pouvoir convoler avec Monsanto: il avait précisé vouloir vendre pour près de 6 milliards d'euros d'activités agrochimiques au géant allemand de la chimie BASF.

L'an passé, la Commission européenne a déjà donné son feu vert à deux méga-fusions dans l'agrochimie, à chaque fois sous conditions: celle des géants américains Dow et DuPont fin mars 2017, puis dix jours plus tard, le rachat du suisse Syngenta par le géant chinois ChemChina.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/08/2018

Le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Pascal Pavageau, le 7 mai 2018 à Paris ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives )Le système de retraite par points, une des hypothèses…

Publié le 21/08/2018

Renault (-0,33% à 72,56 euros) accuse le plus lourd repli du CAC 40, dans le sillage d’une note de Berenberg. Ainsi, l’analyste a réduit son objectif de cours de 82 à 76 euros sur le titre…

Publié le 21/08/2018

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes, le 22 juin 2018 ( Milos Bicanski / AFP/Archives )Le Premier ministre grec Alexis Tsipras va prononcer un discours mardi depuis l'île…

Publié le 21/08/2018

D'intenses combats se déroulent dans Kaboul, où des roquettes ont été tirées le 21 août 2018 ( WAKIL KOHSAR / AFP )D'intenses combats se déroulaient mardi dans Kaboul, où des roquettes ont…

Publié le 21/08/2018

Gilles Platret en 2015 ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )Si Emmanuel Macron "a pu tenter" certains membres des Républicains, "un rééquilibrage est en train de s'opérer", a jugé le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

Le groupe recevra 11,6 M$ à titre de réparation

Publié le 21/08/2018

Renault (-0,33% à 72,56 euros) accuse le plus lourd repli du CAC 40, dans le sillage d’une note de Berenberg. Ainsi, l’analyste a réduit son objectif de cours de 82 à 76 euros sur le titre…

Publié le 21/08/2018

BHP Billiton (-1,03% à 1628,20 pence) affiche la plus forte baisse de l’indice FTSE 100, la première compagnie minière mondiale ayant présenté des résultats annuels un peu courts et des…

Publié le 21/08/2018

Le titre reste coiffé par sa moyenne mobile à 20 jours actuellement à 106 euros. Le RSI rebondit de sa zone de survente mais reste sous les 50%. Un retour de la pression vendeuse est privilégiée…

Publié le 21/08/2018

Ramsay Générale de Santé, leader de l'hospitalisation privée en France avec 121 établissements de santé répartis dans l'Hexagone, annonce...