5 420.58 PTS
+1.33 %
5 415.5
+1.38 %
SBF 120 PTS
4 324.40
+1.35 %
DAX PTS
13 312.30
+1.59 %
Dowjones PTS
24 792.20
+0.57 %
6 513.27
+0.73 %
Nikkei PTS
22 901.77
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

BASF discute d'une fusion dans l'énergie avec un milliardaire russe

| AFP | 131 | Aucun vote sur cette news
Le siège de BASF à Ludwigshafen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 24 février  2017
Le siège de BASF à Ludwigshafen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 24 février 2017 ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

Le groupe chimique allemand BASF a indiqué vendredi être en pourparlers en vue de fusionner ses activités pétrolières et gazières avec le concurrent DEA, détenu par le fonds LetterOne du milliardaire russe Mikhail Fridman.

Si l'opération avec ce fonds basé au Luxembourg finit par aboutir, il est prévu que BASF détienne une part majoritaire dans la future entité fusionnée, explique le groupe de Ludwigshafen dans un communiqué.

Une introduction en Bourse du futur ensemble est aussi envisagée, ajoute la société, dont le titre a favorablement réagi à la nouvelle et prenait la tête du Dax en milieu d'après-midi, grimpant de 3,72% à 95,85 euros vers 14H25 GMT.

L'issue des discussions reste toutefois ouverte et rien ne permet d'assurer que l'opération sera conclue, prévient BASF.

L'allemand applique la stratégie énoncée par son patron Kurt Bock, qui est de saisir des opportunités de croissance dans ses secteurs stratégiques. Le pétrole et le gaz en font partie, avec 2,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires enregistrés en 2016 pour un résultat opérationnel (Ebit) de 500 millions d'euros.

Un futur ensemble combinant deux des plus grandes compagnies pétrolières et gazières en Allemagne pourrait valoir environ 10 milliards d'euros, affirme l'agence Bloomberg. Contacté par l'AFP, un porte-parole de BASF n'a pas souhaité commenter ce chiffre.

L’énergéticien allemand RWE avait cédé en 2015 sa filiale pétrolière et gazière, RWE DEA, à LetterOne pour 5,1 milliards d’euros. Annoncée un an auparavant, l'opération avait mis du temps à se concrétiser, en raison des réserves des autorités britanniques à donner leur feu vert au vu des sanctions occidentales contre Moscou.

La même année, l'ex-filiale de RWE avait repris à Eon ses actifs dans l'exploration de gaz et de pétrole en Norvège pour 1,6 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros).

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

Montée en puissance du procédé de production de Deinove et sélection de la SAS Pivert comme partenaire pour assurer la mise à l'échelle industrielle du procédé de fermentation...

Publié le 18/12/2017

Un voyage immersif unique à chaque trajet grâce à l'intégration des données de navigation en temps réel...

Publié le 18/12/2017

La décision même de privatiser ADP n'est pas prise, a indiqué une source gouvernementale à l'agence 'Reuters'.

Publié le 18/12/2017

En 2017, Cibox a renforcé ses positions sur ses marchés stratégiques

Publié le 18/12/2017

  Paris, le 18 décembre 2017, 20h   Transfert du contrat de liquidité de la société KEPLER CHEUVREUX à PORTZAMPARC Société de Bourse     AdUX (Code ISIN : FR0012821890…

CONTENUS SPONSORISÉS