5 370.28 PTS
+0.17 %
5 367.00
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 287.27
+0.11 %
DAX PTS
13 010.81
+0.12 %
Dowjones PTS
22 997.44
+0.18 %
6 122.61
+0.00 %
Nikkei PTS
21 363.05
+0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La baisse des aides au logement divise la classe politique

| AFP | 346 | Aucun vote sur cette news
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, à Paris, le 12 juillet 2017
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, à Paris, le 12 juillet 2017 ( Thomas Samson / AFP/Archives )

La baisse des aides au logement annoncée par le gouvernement a continué lundi à susciter de vives réactions, ses opposants fustigeant une mesure "inique" contre les plus pauvres, d'autres défendant une décision d'"urgence" face aux difficultés budgétaires.

"Cinq euros pour des budgets importants, c'est de l'argent de poche, mais pour des publics qui gagnent moins de 1.000 euros par mois (...) ça représente par exemple le pain pendant une semaine", a fustigé sur RTL le patron socialiste du groupe Nouvelle gauche à l'Assemblée, Olivier Faure, dénonçant une mesure "inique" et accusant le gouvernement de faire "les poches de ceux qui ne peuvent pas se défendre".

A partir d'octobre, les aides au logement, dont les APL, seront revues à la baisse de 5 euros par mois et par ménage, ce qui représentera pour l'Etat une économie mensuelle de 97,5 millions sur les trois derniers mois de l'année.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a assuré sur RMC qu'il ne voulait pas "minorer" l'effort demandé aux bénéficiaires mais que l'exécutif "répond(ait) à une urgence", invoquant les "150 millions d'euros" manquants pour boucler le budget 2017.

"Ce gouvernement a décidé que, dès 2018, ce sont 2 milliards de moins que paieront les grandes fortunes, puisque désormais elle paieront l'ISF sur les seules fortunes immobilières. Il y a quelque chose de choquant", a dénoncé M. Faure.

- 'Remettre à plat' tout le dispositif -

"Cette mesure est aussi injuste que dramatique car les 2,8 millions de foyers qui touchent l’APL sont principalement des étudiants et des familles modestes", a déploré de son côté le député PCF du Nord Alain Bruneel.

"Quand vous commencez par faire des économies au coup par coup, vous fâchez tout le monde et après, c'est très compliqué de faire les choses", a fait valoir l'ancien ministre de la Défense Hervé Morin, aujourd'hui président LC (Les centristes, ex-Nouveau centre) de Normandie.

"Quand vous avez pendant des mois expliqué aux Français que c'était terminé la demi-mesure, le quart de décision, mais qu'au contraire, on allait avoir des politiques de rupture, en réalité, on a le sentiment que la gangue technocratique a déjà repris le dessus", a-t-il développé, déplorant un second coup de "rabot" après les efforts demandés aux armées.

"Les solutions qui sont portées par Emmanuel Macron sont strictement les mêmes que celles qui étaient portées par Monsieur Hollande (...) on respecte les exigences de l'UE en baissant les APL, en baissant l'ISF", a quant à lui critiqué le sénateur-maire FN de Fréjus David Rachline.

Les aides au logement, "c'est trois fois le budget du ministère de la Justice", a au contraire souligné Thierry Solère, député LR "Constructif", plaidant pour des économies nécessaires face aux "2.200 milliards" de dettes et qualifiant les montants alloués (environ 225 euros par foyer) d'"au fond assez faibles individuellement".

Au-delà des baisses en fin d'année, c'est l'organisation de ces allocations qui pourrait être revue. "On veut avant la fin de l'année remettre les choses à plat sur la politique du logement parce qu'elle n'est pas efficace", a annoncé M. Castaner.

"Il faut remettre à plat tout ce dispositif d'aide pour qu'il soit efficace", a-t-il ajouté, assurant que "toutes les études montrent que notre système d'APL et souvent d'aide fiscale au logement font monter le prix des loyers".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2017

Pour le 3ième trimestre 2017 notre chiffre d'affaires s'est élevé à  la somme de 890 748 EUR contre 898 125 EUR en 2016, soit une baisse de 0.82 % par rapport…

Publié le 18/10/2017

La société a été condamnée en première instance pour des faits remontant à 2009...

Publié le 18/10/2017

La belle publication semestrielle d'Antevenio permet au titre de progresser de 2,6% à 7,9 euros en début de séance...

Publié le 18/10/2017

Les ventes du troisième trimestre déçoivent

Publié le 18/10/2017

Le léger trou d'air rencontré par GL Events au troisième trimestre provoque de lourds dégagement sur le titre à l'ouverture...

CONTENUS SPONSORISÉS