En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 790.39 PTS
-0.42 %
4 792.00
-0.38 %
SBF 120 PTS
3 818.71
-0.37 %
DAX PTS
10 900.78
-0.28 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.140
+0.01 %

Bagdad obtient un sursis des Etats-Unis pour importer de l'énergie iranienne

| AFP | 358 | 5 par 1 internautes
Un Irakien vérifie un générateur électrique alimentant un quartier de la capitale Bagdad, le 26 juillet 2018
Un Irakien vérifie un générateur électrique alimentant un quartier de la capitale Bagdad, le 26 juillet 2018 ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP/Archives )

Les Etats-Unis ont accordé à l'Irak une exemption de 90 jours afin que ce pays puisse continuer à importer de l'énergie iranienne, dont il est très dépendant, malgré les sanctions américaines contre Téhéran, a-t-on appris jeudi de source gouvernementale irakienne.

Depuis le 5 novembre, les Etats-Unis ont rétabli des sanctions contre le secteur de l'énergie iranien, conséquence du retrait des Etats-Unis de l'accord international visant à limiter le programme nucléaire iranien.

Ces sanctions risquaient de priver l'Irak, allié à la fois de Washington et de Téhéran, de précieuses livraisons d'énergie --électricité et gaz-- iraniennes, faisant craindre de nouvelles manifestations populaires contre les coupures de courant.

L'Irak bénéficie de 28 millions de mètres cube de gaz iranien chaque jour pour alimenter entre autres ses centrales électriques et importe directement 1.300 mégawatts d'électricité produite chez son voisin.

Privés de courant parfois pendant une vingtaine d'heures par jour, les Irakiens avaient manifesté en masse l'été dernier contre ces pénuries.

Dans un premier temps, Washington avait accordé un sursis de 45 jours à Bagdad pour trouver des sources d'énergie alternatives.

Mais, à l'approche de la date butoir --jeudi--, une délégation irakienne s'est rendue aux Etats-Unis pour des négociations sur cette question, selon le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi.

Et, jeudi, une source gouvernementale impliquée dans les discussions a indiqué à l'AFP que l'Irak avait obtenu une exemption supplémentaire de 90 jours afin de continuer à importer de l'électricité et du gaz iraniens.

La semaine dernière, le secrétaire américain à l'Energie, Rick Perry, avait appelé l'Irak à nouer des partenariats avec des entreprises américaines pour devenir autosuffisant et se passer de l'Iran, bête noire de Washington.

Le ministre irakien de l'Electricité avait indiqué que Bagdad pourrait se passer des livraison d'électricité iraniennes d'ici deux ans, mais qu'en matière de gaz la question était bien plus épineuse.

Une source proche des négociations entre l'Irak et les Etats-Unis a indiqué à l'AFP que les Américains essayaient de convaincre l'Irak de conclure un partenariat avec les sociétés américaines General Electric, Baker Hughes et Orion pour capter le gaz extrait lors de l'extraction du pétrole brut et qui est pour l'instant brûlé (et perdu) dans des torchères.

"Les Etats-Unis disent aux responsables irakiens que c'est une solution gagnante pour tous: ils ne seraient plus dépendants de l'Iran, ils capteraient leur propre gaz et cela bénéficierait aux compagnies américaines", a déclaré cette source.

Ni le ministère de l'Electricité irakien, ni l'ambassade américaine à Bagdad n'ont réagi aux demandes de commentaires de l'AFP.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

La forte volatilité sur les marchés au quatrième trimestre a gâché la fin d’année des banques françaises. Près d’un mois après Natixis, Société Générale a lancé ce matin une alerte…

Publié le 17/01/2019

La forte volatilité sur les marchés au quatrième trimestre a gâché la fin d’année des banques françaises. Près d’un mois après Natixis, Société Générale a lancé ce matin une alerte…

Publié le 17/01/2019

Hervé Thoumyre rejoint CNP Assurances en qualité de directeur de l’expérience client et des systèmes d’information. Il est membre du comité exécutif. Ce diplômé de l’Ecole Nationale…

Publié le 17/01/2019

Airbus a annoncé hier soir le début des travaux de construction de la chaîne d’assemblage A220 aux États-Unis. Cette chaîne d’assemblage permettra de répondre à la demande des États-Unis…

Publié le 17/01/2019

Argan vient de publier des résultats en nette hausse pour son exercice 2018. Ainsi, la foncière spécialisée en développement et location d’entrepôts premium a dévoilé un résultat net de…