En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 524.71
-0.13 %
7 698.69
+0.12 %
1.126
+0.15 %

Avec la Maison Blanche en vue, les démocrates défient Wall Street

| AFP | 244 | 5 par 1 internautes
Les PDG de Citigroup Michael Corbat, JP Morgan Chase James Dimon et d'autres grands dirigeants de banques prêtent serment devant une commission parlementaire au Congrès américain, le 10 avril 2019
Les PDG de Citigroup Michael Corbat, JP Morgan Chase James Dimon et d'autres grands dirigeants de banques prêtent serment devant une commission parlementaire au Congrès américain, le 10 avril 2019 ( MANDEL NGAN / AFP/Archives )

En campagne électorale et au Congrès américain, les démocrates ne cessent de défier les géants de Wall Street, proclamant l'arrivée d'une "nouvelle ère" avec l'espoir de répondre à la colère d'une partie de leurs électeurs, toujours vive depuis la crise de 2008.

La main levée pour prêter serment, des PDG des plus grandes banques américaines avaient été convoqués ensemble mercredi, pour la première fois depuis cette grande crise financière, par une commission parlementaire du Congrès américain.

Une image forte et un signe flagrant du changement récent de majorité à la Chambre des représentants, dont les démocrates ont repris le contrôle en janvier après huit ans de majorité républicaine.

"C'est une nouvelle ère", se plaît à proclamer Maxine Waters, première femme et première personne noire à diriger la puissante commission des finances de la chambre basse.

L'élue démocrate Maxine Waters préside l'audition de sept PDG de grandes banques au Congrès américain le 10 avril 2019
L'élue démocrate Maxine Waters préside l'audition de sept PDG de grandes banques au Congrès américain le 10 avril 2019 ( Alex Wroblewski / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

L'ex-PDG de Wells Fargo, Tim Sloan, avait été entendu lors d'une précédente audition mouvementée en mars.

Cette fois, il s'agissait d'interroger les sept dirigeants de Citigroup, JP Morgan Chase & Co., Morgan Stanley, Bank of America, State Street Corporation, BNY Mellon et Goldman Sachs.

Au plus fort de la crise, lorsque le système financier global était menacé, Maxine Waters avait déjà eu des échanges tendus avec certains d'entre eux.

Cette fois, l'audition a moins porté sur la stabilité financière que sur l'impact social de Wall Street.

"Vous, les capitaines de l'univers, êtes assez intelligents et créatifs" pour alléger le fardeau de la dette étudiante contractée par des millions de jeunes Américains, leur a lancé Maxine Waters.

Les démocrates de sa commission se sont attachés à épingler le décalage entre ces dirigeants, tous des hommes, blancs et fortunés, et le reste de la société. Une audition uniquement destinée à "faire les gros titres", a dénoncé un républicain.

Face au PDG de Citigroup, Michael Corbat, qui a affirmé que s'il était un employé de sa banque gagnant près de 500 fois moins que son salaire de 24 millions de dollars, il s'accrocherait à l'espoir d'avoir "l'opportunité de progresser", la démocrate Nydia Velazquez s'est indignée:

"C'est pour cela que les gens qui vivent dans une bulle et une tour d'ivoire ne peuvent pas comprendre la colère qui existe dehors, surtout chez les millenials".

"Les démocrates contre-attaquent"

Le sénateur et candidat progressiste à la présidentielle américaine Bernie Sanders, le 10 avril 2019 à Washington
Le sénateur et candidat progressiste à la présidentielle américaine Bernie Sanders, le 10 avril 2019 à Washington ( MANDEL NGAN / AFP/Archives )

C'est à cette colère grondante, malgré une solide croissance économique et le plein emploi, qu'espèrent répondre les démocrates qui tenteront non seulement en 2020 de conserver leur majorité à la Chambre mais aussi de prendre le Sénat... et la Maison Blanche.

Wall Street et les grands patrons occupent déjà une part importante des campagnes de plusieurs candidats à l'investiture démocrate en vue de la présidentielle, avec en tête les sénateurs progressistes Bernie Sanders et Elizabeth Warren.

"Notre campagne vise à lutter contre les grands groupes d'intérêts qui dominent notre vie politique et économique", a ainsi promis le socialiste Bernie Sanders.

Pourfendeur de Wall Street, le sénateur indépendant avait, fin 2018, présenté un projet de loi visant à "casser les plus grandes banques du pays".

Très engagée déjà, il y a dix ans, dans le sauvetage et les réformes mises en place après la crise financière, Elizabeth Warren a fait du contrôle de Wall Street l'un de ses principaux combats.

Démanteler les géants de la tech, renforcer les impôts des très grosses entreprises et durcir les régulations financières: elle a déjà livré des promesses détaillées.

La sénatrice progressiste et candidate à la présidentielle américaine Elizabeth Warren, le 5 avril 2019 à New York
La sénatrice progressiste et candidate à la présidentielle américaine Elizabeth Warren, le 5 avril 2019 à New York ( Don Emmert / AFP/Archives )

Très active aussi sur ces sujets au Sénat, où elle reste toutefois confinée dans la minorité, Elizabeth Warren se réjouit de voir ses collègues démocrates de la Chambre reprendre l'offensive.

"Les républicains avaient tenté autant que possible de réduire le contrôle des plus grandes banques, désormais, les démocrates contre-attaquent", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Les banques qui étaient alors trop colossales pour faire faillite sans emporter tout le secteur avec elles ("Too big to fail") "sont aujourd'hui plus grandes que jamais et ont renoué avec leurs vieilles habitudes en tentant de dissimuler le risque dans leurs bilans", a-t-elle affirmé.

"C'est comme cela que nous sommes arrivés au chaos de 2008 qui a failli détruire l'économie mondiale et c'est pour cela qu'elles devraient être mieux régulées aujourd'hui".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…