En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 160.52 PTS
-
5 168.50
-
SBF 120 PTS
4 093.58
-
DAX PTS
11 309.21
+0.09 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.16 %
1.135
+0.11 %

Australie et France signent leur colossal contrat pour 12 sous-marins

| AFP | 342 | Aucun vote sur cette news
Photo du département de la Défense australien du Premier ministre australien Scott Morrison (c) avec le  ministre de la Défense Christopher Pyne (g) et la ministre française de la Défense Florence Parly, le 11 février 2019 saluant la signature d'un contrat
Photo du département de la Défense australien du Premier ministre australien Scott Morrison (c) avec le ministre de la Défense Christopher Pyne (g) et la ministre française de la Défense Florence Parly, le 11 février 2019 saluant la signature d'un contrat ( Jay CRONAN / AUSTRALIA DEPARTMENT OF DEFENCE/AFP )

Canberra et Paris ont formellement signé lundi leur "partenariat stratégique" impliquant un colossal contrat de 50 milliards de dollars australiens (35,42 milliards de dollars américains) pour la construction de 12 sous-marins destinés à la marine australienne, censé refléter les ambitions de l'Australie dans le Pacifique.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a salué un "plan très ambitieux" lors d'une cérémonie à Canberra en présence de la ministre française des Armées, Florence Parly. Il a rappelé qu'il s'agissait là du "plus important investissement consenti en matière de défense en temps de paix par l'Australie".

Naval Group (ex-DCNS) avait été choisi en 2016 pour la livraison de ces 12 sous-marins nouvelle génération, remportant au terme d'années de négociations ce "contrat du siècle" qui est la pierre angulaire de ce partenariat franco-australien.

Le groupe naval est chargé de la conception et de la construction des douze navires et du chantier naval. Celle du premier bateau débutera avec la prochaine décennie, pour une première livraison en 2030.

Le contrat va créer environ 2.800 emplois en Australie, selon le Premier ministre de l'Etat d'Australie-Méridionale Steven Marshall, et occuper 500 personnes en France.

Certains critiques déplorent le fait qu'il ait tardé à être conclu car les eaux au nord et à l'est de l'Australie sont déjà le théâtre d'une âpre bataille d'influence entre les Etats-Unis, la Chine et les puissances régionales.

"Beaucoup de confiance"

Pékin a des prétentions territoriales sur l'essentiel de la mer de Chine méridionale, une zone de navigation vitale pour le commerce mondial.

Et la marine chinoise entend projeter l'influence du pays bien au-delà de ces eaux, et notamment dans le Pacifique Sud et Ouest, où l'Australie fut longtemps l'acteur dominant.

Les îles du Pacifique sont petites et moins vitales pour le fret maritime que la mer de Chine méridionale, mais leurs zones économiques constituent une vaste proportion des ressources maritimes mondiales.

Les spécialistes australiens des questions militaires espèrent que ces sous-marins permettront à l'Australie d'opposer une force de dissuasion crédible en cas d'action hostile.

"Il faut beaucoup de confiance de la part de l'Australie pour parier sur la France, et beaucoup de confiance de la part de la France pour partager avec l'Australie des compétences qui sont tellement au coeur de notre souveraineté, de notre autonomie stratégique et qui résultent d'investissements immenses pendant des décennies", a déclaré Mme Parly lors de la cérémonie devant le ministère australien de la Défense à Canberra.

Un sous-marin de classe Barracuda, à Cherbourg-Octeville (France),le 9 juillet 2017
Un sous-marin de classe Barracuda, à Cherbourg-Octeville (France),le 9 juillet 2017 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Les futurs sous-marins australiens, de classe Barracuda de la Marine nationale, remplaceront les actuels Collins d'ancienne génération. Ils seront construits à Adélaïde (sud).

Mme Parly a salué la conclusion du partenariat à long terme, balayant les critiques relatives à la longueur des négociations.

"Derrière ces masses d'acier sombre, derrière ces bêtes sans yeux", a-t-elle dit, il y a une amitié, une communauté d'intérêts, une vision et un attachement commun au multilatéralisme.

Le PDG de Naval Group Hervé Guillou a affirmé que l'Australie avait choisi le sous-marin français pour son endurance, sa portée et sa supériorité acoustique.

"Nous avons aujourd'hui une offre aux Pays-Bas", a-t-il dit, en espérant que le succès australien soit un tremplin. "Cela nous donne aussi de la crédibilité pour d'autres offres pour de plus petits sous-marins comme en Inde, en Pologne, au Brésil et ainsi de suite."

Le Shortfin Barracuda Block 1A
Le Shortfin Barracuda Block 1A ( Nicholas MC ANALLY, Paz PIZARRO / AFP )

M. Guillou a confirmé que le premier sous-marin devrait entrer en service au début des années 2030, et le dernier au début des années 2040, pour un décommissionnement probable au début des années 2080.

Il a aussi indiqué que la création d'une coentreprise annoncée en octobre avec l'Italien Fincantieri devrait permettre aux deux groupes de se renforcer face à la concurrence.

"Si nous regardons les évolutions du marché, nous avons besoin que les acteurs européens s'unissent face aux nouveaux géants du marché, comme CSCC en Chine, OSK en Russie", a-t-il expliqué. "Nous devons prendre l'initiative pour nous renforcer avant les autres."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Le patrimoine immobilier de Selectirente est constitué de 344 murs de commerces d'une valeur de 233 ME...

Publié le 19/02/2019

  RÉSULTATS 2018 EN PROGRESSION   Paris, 19 février 2019       RÉSULTATS FINANCIERS 2018[1] SUPÉRIEURS AUX OBJECTIFS Chiffre d'affaires : 4,1…

Publié le 19/02/2019

Le produit net des opérations se chiffre à environ 21 ME, ce qui porte la valeur de la coentreprise Proseat à 8,5 fois l'Ebitda moyen (2016-2018)...

Publié le 19/02/2019

Cette acquisition permet au groupe français de devenir un des leaders de ce marché aux USA...

Publié le 19/02/2019

Paris, le 19 février 2019, 19h00   Chiffre d'affaires T4 2018 Priorité au retour à la rentabilité sur le nouveau périmètre     …