5 535.26 PTS
-0.12 %
5 537.0
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 427.90
-0.10 %
DAX PTS
13 559.60
+0.71 %
Dowjones PTS
26 210.81
-0.01 %
6 963.46
+0.83 %
Nikkei PTS
24 030.38
-0.39 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Aurore Bergé (REM) défend une révision du nombre des contrats aidés

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
Aurore Bergé, porte-parole des députés REM, à son arrivée à l'Assemblée nationale, le 19 juin 2017 à Paris
Aurore Bergé, porte-parole des députés REM, à son arrivée à l'Assemblée nationale, le 19 juin 2017 à Paris ( Thomas Samson / AFP/Archives )

Aurore Bergé, porte-parole des députés REM, a défendu jeudi une révision du nombre des contrats aidés, estimant que le rôle de l'Etat était davantage "d'accompagner la formation professionnelle", plutôt que de "subventionner l'emploi".

"Il faut avoir une vision politique de ce qu'on veut: est-ce que vraiment les contrats aidés, ça permet d'acquérir des compétences, d'acquérir une formation? Vraisemblablement non", a déclaré la députée des Yvelines sur RMC.

Parmi "ceux qui embauchent en contrat aidé, les deux tiers d'entre-eux disent qu'ils l'auraient fait sans contrats aidés. Est-ce que c'est du coup le rôle de l'Etat de continuer à subventionner de l'emploi? Je n'en suis pas certaine", a-t-elle renchéri.

"C'est une manière aussi surtout de dire (...) que l'Etat, plutôt que de subventionner l'emploi, devrait accompagner la formation. On doit lancer un grand plan sur la formation professionnelle", a-t-elle lancé.

"Les contrats aidés sont extrêmement coûteux (...) et ne sont pas efficaces dans la lutte contre le chômage", avait déclaré la ministre du Travail Muriel Pénicaud début août.

"On voit bien que le gouvernement a fait le choix d'abord de câliner la finance, et dans le même temps, de s’en prendre et aux collectivités territoriales avec les 13 milliards d'économies sur le dos des communes sur cinq ans (...) et de s'en prendre à la vie associative qui va subir la double peine avec cette remise en cause de ces contrats aidés", a regretté pour sa part le député communiste Sébastien Jumel sur RTL.

"Je fais partie de ceux qui pensent qu'il vaut mieux soutenir l'économie réelle, favoriser le renouveau industriel, structurer des filières pour que les emplois soient durables", a-t-il assuré, "mais il est un fait que pour la vie associative et pour les publics les plus fragilisés, les plus loin de l'emploi, ces emplois aidés étaient un véritable tremplin", a-t-il défendu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

Tout faire pour convaincre la Cour d'appel de son bon droit...

Publié le 23/01/2018

Revue collective du dossier réglementaire...

Publié le 23/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/01/2018

  Atari innove pour accélérer le développement de son catalogue de plus de 200 jeux Accord avec StartEngine pour financer un premier jeu, RollerCoaster Tycoon®, sur la…

Publié le 23/01/2018

"Cet exercice a également été marqué par le franchissement d'étapes majeures sur nos axes prioritaires de développement"...

CONTENUS SPONSORISÉS