En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 153.19 PTS
+1.79 %
5 158.50
+1.94 %
SBF 120 PTS
4 084.66
+1.64 %
DAX PTS
11 299.80
+1.89 %
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.47 %
1.129
+0.00 %

Au Zimbabwe en friche, un irréductible atelier de chaussures

| AFP | 384 | Aucun vote sur cette news
Des employés de l'entreprise Courteney qui fabrique des chaussures de manière artisanale au Zimbabwe, le 25 janvier 2019
Des employés de l'entreprise Courteney qui fabrique des chaussures de manière artisanale au Zimbabwe, le 25 janvier 2019 ( Zinyange Auntony / AFP )

Avec ses usines désertes et ses entrepôts délabrés, Bulawayo a perdu depuis longtemps son rang de capitale industrielle du Zimbabwe, victime de la crise économique. Au milieu de cette friche, une petite fabrique de chaussures résiste encore.

L'atelier d'une pièce seulement, où se mêlent odeurs de cuir, de colle et de caoutchouc, ne paie pas de mine. Pas d'enseigne sur la devanture en briques rouges. Mais à l'intérieur, 14 salariés, tous des hommes, s'activent pour répondre à la demande internationale qui ne se dément pas malgré les difficultés du pays.

"Les gens sont fatigués des matériaux fabriqués par l'homme, ils veulent des produits naturels comme les nôtres", estime un des ouvriers, Misheck Sibanda, en manipulant des peaux de cuir tendres d'hippopotames, de gnous ou encore d'autruches.

Fondée en 1993, l'entreprise Courteney - en hommage à Frederick Courteney Selous, un explorateur et chasseur britannique décédé en 1917 - produit chaque jour trente paires de chaussures faites main, pour l'essentiel destinées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et à l'Afrique du Sud.

Un ouvrier de l'entreprise de chaussures Courteney à Bulawayo (Zimbabwe), le 25 janvier 2019
Un ouvrier de l'entreprise de chaussures Courteney à Bulawayo (Zimbabwe), le 25 janvier 2019 ( Zinyange Auntony / AFP )

La clé de leur survie ? Une main-d'œuvre qualifiée, des produits de qualité et plutôt indémodables, et un savoir-faire artisanal.

"On fabrique les chaussures à l'ancienne", explique Helen Emerick, la directrice de Courteney, la marque à l'éléphant. Ici, pas de laser pour découper les cuirs. Et on se contente d'un clou et d'un marteau pour percer les œillets.

- Buffle, kudu ou crocodile -

Petite touche locale, les employés ne travaillent que du cuir zimbabwéen - buffle, kudu ou crocodile - cousu sur des semelles en caoutchouc naturel importé de Malaisie.

La quinzaine de modèles proposés pour hommes et femmes sont quasi inchangés depuis des années: des chaussures de style basique mais robustes, "faites pour l'aventure" comme le clame la marque, pour la plupart montantes, dans des coloris brun, noir ou sable. Seuls quelques modèles féminins, rose ou violet, osent la fantaisie.

L'atelier Courteney le 25 janvier 2019 à Bulawayo, Zimbabwe
L'atelier Courteney le 25 janvier 2019 à Bulawayo, Zimbabwe ( Zinyange Auntony / AFP )

"On vend à l'international, dans les pays développés alors que nous sommes un pays du +tiers-monde+. Ca me fait sourire", se félicite l'ouvrier Misheck Sibanda.

Au Zimbabwe, l'économie ne s'est jamais aussi mal portée depuis une dizaine d'années. Malgré les promesses de relance du président Emmerson Mnangagwa, au pouvoir depuis 2017, les Zimbabwéens manquent toujours cruellement de liquidités. Pire, ils ont renoué ces derniers mois avec les pénuries d'essence, de médicaments, de pain ou d'huile.

Pour s'en sortir, Courteney vend ses chaussures en dollars américains uniquement, pour 140 à 500 dollars la paire.

"Grandir"

En 2009, l'hyperinflation a contraint le Zimbabwe à abandonner sa monnaie au profit du billet vert.

Mais très vite, la devise américaine a commencé à manquer. Le gouvernement a bien introduit il y a deux ans des "bond notes" - des billets d'obligation - d'une valeur initiale identique au dollar, mais l'échec a été cinglant: un tel bon vaut aujourd'hui 2,5 à 3 dollars.

L'ouvrier Misheck Sibanda découpe une peau pour fabriquer une chaussure à l'atelier Courteney, à Bulawayo (Zimbabwe), le 25 janvier 2019
L'ouvrier Misheck Sibanda découpe une peau pour fabriquer une chaussure à l'atelier Courteney, à Bulawayo (Zimbabwe), le 25 janvier 2019 ( Zinyange Auntony / AFP )

Dans ce contexte peu propice, Courteney a néanmoins embauché l'an dernier trois employés. Helen Emerick a confié son recrutement à son propre personnel. "Ils connaissent exactement les compétences requises. Ils veulent que la société continue de grandir".

L'entreprise n'échappe pas à l'environnement ambiant. "Le plus grand défi, ce sont les coupures fréquentes d'électricité", explique la patronne, "on doit utiliser nos générateurs et s'assurer qu'on a toujours assez de carburant".

Dans le centre de Bulawayo, un magasin spécialisé dans la mode masculine attend avec impatience sa prochaine livraison de chaussures étiquetées Courteney.

"Un Sud-Africain est venu hier et a acheté neuf paires pour lui et ses amis", explique le propriétaire, Jay Giga. "Je les vends aussi vite que je les reçois. On en demande toujours plus."

De quoi conforter l'inflexible optimisme de Misheck Sibanda. "C'est difficile ici", soupire-t-il. Avant d'ajouter, sûr de lui: "mais nous survivrons parce que nous sommes uniques".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 18 février 2019

CODE OFFRE : SNOW19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SNOW19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/02/2019

Total annonce mettre en œuvre son opération annuelle d’augmentation de capital réservée aux salariés et anciens salariés du groupe. Ainsi, la participation des salariés au capital de la…

Publié le 15/02/2019

Baccarat vient de réaliser son point d’activité annuel. Ainsi, au quatrième trimestre 2018, le spécialiste des produits en cristal haut-de-gamme a publié un chiffre d'affaires de 48,7 millions…

Publié le 15/02/2019

Total met en oeuvre son opération annuelle d'augmentation de capital réservée aux salariés et anciens salariés...

Publié le 15/02/2019

FAURECIAL'équipementier automobile publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsICADELe groupe immobilier publiera (avant Bourse) ses résultats annuelssource : AOF

Publié le 15/02/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…