5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Au Venezuela, le président Maduro sur plusieurs fronts économiques

| AFP | 158 | Aucun vote sur cette news
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 2 novembre 2017 à Caracas
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 2 novembre 2017 à Caracas ( HO / Présidence vénézuélienne/AFP )

Nouvelle échéance de remboursement de dette, hausse du salaire minimum, développement de la monnaie électronique: le président vénézuélien Nicolas Maduro est sur plusieurs fronts pour riposter à la "guerre économique" menée, selon lui, par l'opposition et les Etats-Unis.

Asphyxié par la crise économique, ce pays pétrolier avait déjà éloigné vendredi le spectre d'un défaut de paiement grâce au remboursement d'une échéance de dette par le groupe pétrolier d'Etat PDVSA, mais il doit encore payer d'importantes sommes d'ici fin 2017.

Après avoir remboursé vendredi 841,88 millions de dollars d'amortissement d'un bon à échéance 2020, PDVSA va s'acquitter vendredi de 1,1 milliard de dollars d'un bon à échéance 2017, a annoncé M. Maduro jeudi soir.

Comme la semaine dernière, si l'entreprise d'Etat venait à rater le coche, le pays tomberait automatiquement en défaut de paiement, une probabilité que l'agence Bloomberg a chiffrée à 79% en 2018 et 99% au cours des cinq prochaines années.

L'agence de notation SP Global Ratings a placé les bons de PDVSA sous surveillance négative, s'inquiétant des sanctions imposées en août par les Etats-Unis, qui interdisent d'acheter de nouvelles obligations vénézuéliennes. Selon les analystes, cela affecte déjà les ressources du gouvernement.

Au total, entre dette souveraine et de PDVSA, le pays a dû rembourser 1,63 milliard de dollars en octobre, puis 1,89 milliard en novembre et 242,5 millions en décembre, selon le cabinet Aristimuño Herrera & Asociados.

Et ses réserves sont au plus bas depuis vingt ans, à 10,09 milliards.

Le président Maduro a également déclaré jeudi que son gouvernement allait entamer un refinancement et une restructuration de sa dette extérieure estimée à quelque 150 milliards de dollars. "J'ai décidé par décret un refinancement et une restructuration de la dette extérieure du Venezuela et des remboursements", a-t-il dit à la radio-télévision.

Dans ce pays aux immenses réserves pétrolières, mais ruiné par la chute des cours du brut, la crainte du défaut de paiement est permanente.

Le président Maduro se vante pourtant d'être bon payeur et d'avoir remboursé 60 milliards à ses créanciers internationaux depuis 2015, malgré la "guerre économique" menée selon lui par Washington et la droite vénézuélienne.

- Multiplier les annonces -

C'est justement pour riposter à cette "guerre" que le chef de l'Etat socialiste a multiplié mercredi soir les annonces en direct à la télévision.

Il a d'abord rehaussé le salaire mensuel minimum pour la cinquième fois de l'année. Avec cette augmentation de 30%, ce dernier passe à 177.507 bolivars, soit 53 dollars au taux officiel -dans des bureaux de change où les billets verts sont quasiment introuvables-, et 4,3 dollars au marché noir, considéré comme le taux de référence.

A cela s'ajoute un bon alimentaire de 279.000 bolivars (qui augmente de 48%), faisant passer le "revenu intégral de base" à 456.507 bolivars (136 dollars au taux officiel et 11 au marché noir).

Cette hausse vise, selon Nicolas Maduro, à "renforcer davantage la protection des travailleurs" au milieu de la crise économique.

Le Venezuela, où l'Etat exerce depuis 2003 un strict contrôle des devises étrangères, connaît la plus forte inflation de la planète: attendue à 652,7% cette année, elle devrait atteindre 2.349,3% en 2018, d'après le Fonds monétaire international (FMI).

Mercredi à la télévision, le dirigeant vénézuélien a également présenté le nouveau billet national de 100.000 bolivars, qui constituera la coupure la plus grosse.

Signe de la dégradation du paysage économique, il y a un an le plus gros billet était de 100 bolivars, soit 1.000 fois moins. Certains internautes soulignaient sur Twitter que seul le chiffre "100" apparaissait en gros, la mention "cent mille" étant écrite en petites lettres. "Ils n'ont même pas pris la peine d'imprimer tous les zéros", raillait l'un d'eux.

Dernière arme sortie mercredi par M. Maduro, le développement de la monnaie électronique, vue comme "la solution de fond" pour vaincre les "mafias" qui, selon lui, sortent les billets vénézuéliens du pays pour spéculer avec le bolivar, entrainant sa dévaluation et la pénurie de liquidité.

"Je pense que la solution définitive est que 90 à 95% des transactions commerciales du pays soient électroniques", a-t-il estimé.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS