En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 789.54 PTS
-0.44 %
4 789.50
-0.44 %
SBF 120 PTS
3 819.00
-0.36 %
DAX PTS
10 902.95
-0.26 %
Dowjones PTS
24 174.72
-0.13 %
6 678.60
+0.15 %
1.139
-0.07 %

Au Venezuela, le doute et la colère après les réformes économiques de Maduro

| AFP | 407 | 4 par 1 internautes
( RONALDO SCHEMIDT / AFP )

Une semaine après le lancement du plan de relance du président Nicolas Maduro, le doute s'installe concernant ces mesures censées sortir le Venezuela du marasme économique: dans la rue, le ras-le-bol qui pousse les habitants à fuir le pays est palpable.

"C'est un désastre, il n'y pas d'aliments de base. Les mesures, ce n'est que de la poudre aux yeux, elles vont renforcer les pénuries et le chômage", déclare à l'AFP Marielsi Ochoa, médecin de 34 ans, au milieu des présentoirs vides.

Pas de viande, ni de poulet, ni d'oeufs, ni de farine de maïs. Seuls sont disponibles des produits de nettoyage et des bouteilles de Coca.

Certains commerçants attendent pour rouvrir d'y voir un peu plus clair au milieu de toutes ces mesures. Ils se demandent aussi comment il vont pouvoir absorber la hausse du salaire minimum, multiplié par plus de 30, sur ordre du chef de l'Etat.

Le plan de relance prévoit aussi une hausse de la TVA et de l'essence, jusqu'ici la moins chère du monde, ainsi qu'une nouvelle monnaie, le bolivar souverain, amputé de cinq zéros pour tenter de faire face à une inflation débridée. La hausse des prix est attendue à 1.000.000% à la fin 2018, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Le pain, qui coûtait deux millions de bolivars anciens, en vaut désormais 20 nouveaux.

( Anella RETA / AFP )

Egalement dévalué de 96% par rapport au dollar, la nouveau bolivar a été adossé au petro, la cryptomonnaie créée par le gouvernement pour tenter de contourner le manque de liquidités et les sanctions financières des Etats-Unis. Le petro est, selon la gouvernement vénézuélien, lui-même indexé sur le prix du baril de pétrole vénézuélien, à environ 60 dollars.

C'est la première fois qu'un pays adosse sa monnaie sur une cryptomonnaie.

"Les Vénézuéliens ont avant tout besoin d'avoir confiance en la stabilité de leur monnaie, mais les nouveaux billets ne reposent sur rien en dehors des déclarations de Maduro. Pas de dollars, pas d'or, pas de hausse de la production de pétrole, rien", souligne Peter Hakim, du groupe de réflexion Inter-American Dialogue à Washington.

"Ensuite, de nouveaux investissements et une hausse de la production sont nécessaires. Mais rien ne semble se profiler dans la période à venir", ajoute-t-il.

- "Epais brouillard" -

Aux quatre coins du pays, de longues files d'attente se forment devant les banques pour retirer de l'argent. Mais tout comme les anciens billets, les nouveaux sont insuffisants.

"On ne peut plus rien s'acheter", se plaint Jésus Gonzalez, maçon de 58 ans, qui vient de retirer 20 bolivars souverains, le maximum autorisé. De quoi se payer un petit café. "Je ne suis pas calé en économie, mais les mesures de Maduro, c'est bonnet blanc et blanc bonnet!", considère-t-il.

La fuite des Vénézuéliens à l'étranger
La fuite des Vénézuéliens à l'étranger ( Anella RETA / AFP )

L'exode massif de centaines de milliers de Vénézuéliens fuyant la pauvreté, l'hyperinflation, la faillite des services publics et les pénuries met l'Amérique latine sous pression.

"Les précédents migrants étaient généralement issus de la classe moyenne, mais les nouvelles vagues semblent concerner des personnes désespérées qui n'ont plus les moyens de survivre", estime Paul Webster Hare, professeur de relations internationales à Boston et ex-ambassadeur britannique à Cuba.

De son côté, le gouvernement assure que, grâce à ces décisions, les migrants vont revenir.

Mais pour les entreprises, c'est le grand flou. "Ces mesures vont miner davantage le secteur privé vénézuélien, qui est encore le seul à produire réellement", juge David Smilde, analyste du Bureau de Washington sur l'Amérique latine (WOLA).

L'industrie du pays ne fonctionne qu'à un tiers de ses capacités, selon la Confédération vénézuélienne des industries (Conindustria).

Le fabricant de pneus italien Pirelli est le dernier à avoir jeté l'éponge alors que le transport public est en partie à l'arrêt faute de pièces détachées. Il a fermé lundi son usine au Venezuela à cause du manque de matières premières et de la hausse du salaire minimum, a dénoncé le syndicat de l'entreprise.

"Voilà une semaine que nous sommes dans un épais brouillard", a fait valoir la présidente de la Consecomercio, organisme représentatifs des commerces et des services, Maria Carolina Uzcategui. Selon elle, avant même les mesures de Nicolas Maduro cette année, 40% des commerces avaient fermé.

"L'économie demande de la clarté, mais ici il n'y a pas de règles du jeu", a-t-elle ajouté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

L'Allemagne étudie les moyens d'interdire l'utilisation des produits de Huawei Technologies Co. dans son infrastructure télécoms selon un représentant du gouvernement cité par le Wall Street…

Publié le 17/01/2019

Philippe Lagayette, administrateur référent de Renault, et Patrick Thomas, président du comité des nominations et de la gouvernance, ont confirmé...

Publié le 17/01/2019

  Le supercalculateur d'Atos permet au centre espagnol d'analyse génomique (CNAG-CRG) d'accélérer ses recherches     Paris, 17 janvier 2019 - Atos, leader…

Publié le 17/01/2019

Renault est finalement sorti du bois dans le sillage des déclarations de Bruno Le Maire la veille. Ainsi, Philipe Lagayette (administrateur référent de Renault) et Patrick Thomas (président du…

Publié le 17/01/2019

Le groupe PSA lance la production du moteur essence 3 cylindres Turbo Pure Tech dans l’usine de Tychy, en Pologne. Ce site a bénéficié de 250 millions d’euros d’investissements afin…