En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 059.09 PTS
-0.93 %
5 057.00
-0.97 %
SBF 120 PTS
4 048.34
-0.98 %
DAX PTS
11 325.44
-1.77 %
Dowjones PTS
25 387.18
-2.32 %
6 829.10
-2.98 %
1.122
-1.04 %

Au Togo, la mer avance et les communautés de pêcheurs doivent quitter les rivages

| AFP | 298 | 3 par 1 internautes
Huttes de pêcheurs sur la côte togolaise à Lomé, le 2 juin 2018
Huttes de pêcheurs sur la côte togolaise à Lomé, le 2 juin 2018 ( YANICK FOLLY / AFP/Archives )

Les problèmes de l'érosion, due aux vents forts et aux vagues violentes de l'océan Atlantique, ne sont pas nouveaux dans le petit village de pêcheurs d'Agebkope, sur la côte togolaise. Mais avec le nouveau port de pêche de Lomé, leur quotidien pourrait être encore davantage affecté.

"Plusieurs maisons à plusieurs étages se sont déjà effondrées et notre cimetière a également été touché", raconte le chef du village, Jean-Dolayi Duevi. "Nous avons dû exhumer 47 corps et les emmener au cimetière de Baguida" (près de la capitale, Lomé), soupire-t-il.

L'érosion affecte les communautés côtières à travers le monde. Mais elle devient un problème environnemental et social majeur en Afrique de l'Ouest.

L'action continuelle des vents et des vagues fait disparaître entre cinq et dix mètres de terre chaque année en de nombreux endroits de la côte (56 kilomètres). Jusqu'à 25 mètres parfois, selon le ministère togolais de l'environnement.

La Banque Mondiale a investi 210 millions de dollars dans des projets de construction de digues ou de dunes pour atténuer les effets des marées et des inondations dans six pays d'Afrique de l'Ouest, dont le Togo.

La hausse du niveau de la mer, due au réchauffement climatique, est la principale cause de l'accélération de ce phénomène naturel.

Mais au Togo, les constructions humaines ont également aggravé la situation, notamment l'expansion du port en eaux profondes au large de Lomé à la fin des années 1960.

Le Togo -avec son voisin béninois- sont des pays clé qui offrent un accès à la mer pour de nombreux pays enclavés dans la région (Burkina Faso, Niger...).

L'expansion de ce port en eaux profondes a perturbé l'accumulation de sédiments, changeant la direction des courants d'eau, souligne Tchannibi Bakatimbe, chef de projet au ministère togolais de l'environnement.

Les habitants contribuent également à l'érosion côtière en prélevant du sable et du gravier pour fabriquer des briques.

Plus récemment, les habitants d'Agebkope se sont inquiétés de la construction d'un nouveau port de pêche.

Le site de construction du nouveau port de pêche qui devrait ouvrir ses portes au cours du premier trimestre 2019
Le site de construction du nouveau port de pêche qui devrait ouvrir ses portes au cours du premier trimestre 2019 ( YANICK FOLLY / AFP/Archives )

Il devrait ouvrir ses portes en février de l'année prochaine et a été principalement financé à hauteur de 14,4 milliards de francs CFA (22 millions d'euros) par l'agence japonaise de développement et par le gouvernement togolais (2,1 milliards de francs CFA, 3,2 millions d'euros).

Les 178 bateaux de pêche utilisant le port existant, vétuste et surpeuplé, opéreront à partir des nouveaux points d'amarrage, plus sécurisés.

- "Plus vite qu'avant" -

Des pêcheurs adossés à une pirogue sur la plage près du site de construction du nouveau port de Lome, le 2 juin 2018
Des pêcheurs adossés à une pirogue sur la plage près du site de construction du nouveau port de Lome, le 2 juin 2018 ( YANICK FOLLY / AFP/Archives )

Quelque 300 acteurs de la distribution auront également un meilleur accès aux produits de la pêche, promettent les investisseurs.

Mais les communautés de pêcheurs alentour craignent que le nouveau port ne nuise à ceux qu'il est censé aider, en augmentant l'érosion, faisant reculer les bancs de poissons plus au large et forçant les habitants à se déplacer vers l'intérieur des terres.

"Ca nous fait peur, parce que la mer avance plus vite qu'avant", s'inquiète Ben Vonor, 57 ans, qui vit à Agbekope et fait partie des 22.000 Togolais qui dépendent de la pêche pour leur survie.

"Avant, ça avançait, mais ça avançait avec lenteur. Mais maintenant qu'ils ont commencé de mettre les pierre partout (...), les changements peuvent être vus +de jour en jour+", assure-t-il.

Le chef d'Agebkope, Duevi Abevi Mensan à Lome, le 2 juin 2018.
Le chef d'Agebkope, Duevi Abevi Mensan à Lome, le 2 juin 2018. ( YANICK FOLLY / AFP/Archives )

Le chef d'Agebkope, Duevi, est également à la tête d'une association locale de développement, fondée en 2016, pour donner une voix à plusieurs des communautés du front de mer.

Son groupe fait pression pour que le gouvernement déplace des villages entiers à l'intérieur des terres et verse aux villageois une compensation pour la perte de leurs moyens de subsistance.

Jeremy Assogbe, un gardien de 62 ans, a déjà dû déménager "trois fois" en dix ans. Cette fois, il est décidé: "Je ne pense plus rester sur la côte", dit-il, "parce que j’ai tant souffert ici. Ici c’est la galère!"

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/11/2018

LafargeHolcim accélère son désendettement. La transaction s'effectue sur une valeur d'entreprise de 1,75 milliard de dollars, sur une base 100%...

Publié le 12/11/2018

Sur les 9 premiers mois de l'année 2018, les tonnages vendus restent stables...

Publié le 12/11/2018

Cette étape cruciale franchie par ASIT Biotech a permis de lancer les derniers développements précliniques requis par les autorités avant d'initier un essai clinique...

Publié le 12/11/2018

Au 1er trimestre de son exercice 2018-2019 (période du 1er juillet au 30 septembre 2018), OL Groupe dégage un total des produits d'activités de...

Publié le 12/11/2018

Delta Drone a participé de manière innovante à la sécurité du premier Forum de la Paix à Paris...