En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Au Sommet de l'Elevage, des éleveurs mis en difficulté par la sécheresse

| AFP | 228 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert discute avec un éleveur au Sommet de l'élevage près de Clermont-Ferrand à Cournon-d'Auvergne, le 4 octobre 2018
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert discute avec un éleveur au Sommet de l'élevage près de Clermont-Ferrand à Cournon-d'Auvergne, le 4 octobre 2018 ( Thierry Zoccolan / AFP )

Sécheresse, manque de foin et inquiétudes sur les prix agricoles: au Sommet de l'élevage près de Clermont-Ferrand, les éleveurs et éleveuses sont très soucieux et le ministre de l'Agriculture peine à les rassurer.

Timidement, Elodie Millau, jeune éleveuse de l'Aveyron se fraie un passage au milieu de la foule dans l'immense salon agricole où se retrouvent beaucoup d'éleveurs du centre et sud de la France.

"Je voudrais savoir si vous comptiez faire quelque chose pour le fourrage, car chez nous on l'utilise depuis juin pour nourrir les animaux!" demande-t-elle au ministre Stéphane Travert venu visiter le salon.

La grande peur à Sainte-Geneviève-sur-Argence où habite la jeune femme, touchée par une exceptionnelle sécheresse qui a empêché toute repousse d'herbe en ce début d'automne, est de manquer de foin pour nourrir les animaux cet hiver. Encore sept mois à attendre avant le réveil de la prairie en mars-avril.

"On va être obligé d'en acheter" dit-elle, le regard inquiet. Comment financer ces achats lorsque les trésoreries sont déjà au plus bas? Certains vont se résoudre à vendre des vaches par anticipation pour passer l'hiver.

"C'est une décision difficile à prendre, car en même temps les tarifs de la viande ont baissé" en raison de l'arrivée massive d'animaux supplémentaires dans les abattoirs, explique un éleveur.

La baisse des cours est difficile à évaluer. Dans le Massif Central, les négociations se font exploitation par exploitation, sur la base d'une relation individuelle entre l'éleveur et son acheteur.

"Et on discute encore en francs dans les fermes" explique un éleveur aveyronnais, "en ce moment, la baisse est d'environ un franc par kilo de viande" (0,15 euro) au grand marché de Laissac, à l'est de Rodez.

Partout, le ministre est interpellé sur la sécheresse. Il écoute, serre des mains, caresse des vaches. Il promet de faire tout ce qu'il peut pour obtenir une "reconnaissance de calamité agricole", qui devrait ouvrir la voie au versement d'indemnités.

Le secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes Michel Joux reste sombre. Avec une délégation de son syndicat, il a accueilli le ministre avec des "pipeaux" et un énorme coton-tige, pour lui demander d'écouter les doléances paysannes.

Selon lui, 25% du cheptel reproducteur de la région Rhône-Alpes Auvergne pourrait être abattu par anticipation "si aucune aide n'intervient". Du jamais vu.

- Prix "en compte" -

"Il faudrait que le ministre s'imprègne du degré de gravité sur la sécheresse" résume la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, en demandant un allégement de la taxe sur le foncier non bâti, des reports de cotisations sociales, et un accompagnement financier pour le transport du fourrage.

A moyen terme, le ministre s'en remet à la loi tout juste votée à l'Assemblée, censée garantir des prix rémunérateurs pour les agriculteurs.

Il prévient l'industrie agroalimentaire et la distribution que le salaire des agriculteurs devrait désormais être "pris en compte" dans le calcul des indices de leurs coûts de production.

A une semaine de l'ouverture des négociations annuelles sur les prix des denrées alimentaires, cet avertissement bouscule. Car ces indicateurs doivent servir de base à la modernisation des relations commerciales alimentaires.

Dans le secteur de la viande, moins de 3% de la production est vendue via un contrat écrit entre producteur et industriel. La loi doit permettre aux agriculteurs de bâtir des prix basés sur leurs coûts de production.

Mais en l'absence d'accord, le médiateur des relations agricoles a été saisi par l'interprofession de la viande Interbev.

Pour rassurer, Stéphane Travert a aussi fait valoir que les discussions sur l'accord commercial entre l'UE et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) qui laissaient craindre une arrivée massive de viande de boeuf sud-américain en Europe, étaient "terminées" pour l'instant.

L'accord "ne sera pas signé pour la bonne raison qu'on a les Européennes et ensuite la Commission va changer, le dernier round de négociations avait lieu il y a une dizaine de jours, c'est terminé on en entendra plus parler pour quelques temps", a-t-il confié à un éleveur inquiet.

La députée LaRem Valérie Thomas a pour sa part mis en avant l'exonération des taxes sur le fuel agricole prévue dans le projet de loi de finances 2019.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Trigano communique les caractéristiques des deux Pactes Dutreil...

Publié le 19/10/2018

Cette notation est assortie d'une perspective 'stable'...

Publié le 19/10/2018

Le rapport d'échange proposé pour la fusion s'établit à 0,2745 action ordinaire Safran par action Zodiac Aerospace...

Publié le 19/10/2018

Le titre est sur un dernier cours de 0,412 euro...

Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…