Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 143.00 PTS
-0.81 %
7 142.00
-0.38 %
SBF 120 PTS
5 536.68
-0.84 %
DAX PTS
15 883.24
-0.93 %
Dow Jones PTS
35 911.81
-0.56 %
15 611.59
+0.75 %
1.141
-0.01 %

Au Royaume-Uni, le cauchemar de propriétaires piégés par le scandale des revêtements dangereux

| AFP | 1809 | 4.75 par 8 internautes
Hommage aux victimes de de la tour Grenfell Tower à Londres, le 14 juin 2021, quatre ans après l'incendie qui avait fait 72 morts
Hommage aux victimes de de la tour Grenfell Tower à Londres, le 14 juin 2021, quatre ans après l'incendie qui avait fait 72 morts ( Tolga Akmen / AFP )

Un appartement invendable, de lourds travaux nécessaires et la crainte d'un incendie qui terrifie ses enfants... Comme des milliers de propriétaires britanniques, Lucy Brown vit piégée par le scandale des revêtements inflammables, dont le gouvernement cherche à sortir avec un nouveau plan.

Cette chasseuse de tête dans la finance de 47 ans occupe les deux derniers étages d'un immeuble des Docklands, dans l'est de Londres. Un investissement sûr a priori, sauf que son immeuble est recouvert d'un revêtement du même type que celui mis en cause dans l'incendie meurtrier de la tour Grenfell.

En juin 2017, ce bâtiment de 24 étages s'était enflammé comme une torche, le feu parti d'un congélateur défectueux se propageant à grande vitesse par le revêtement posé sur la façade. L'incendie avait fait 71 morts ainsi qu'un bébé mort-né.

Le scandale a mis en lumière de nombreux immeubles concernés par ce problème, comme celui où se trouve le logement de Lucy Brown.

"Cela le rend très difficile à vendre", explique cette mère de trois enfants, qui participe à la campagne "End Our Cladding Scandal (EOCS)", "parce que ceux qui pensent acheter ces appartements devront assumer des frais essentiellement non plafonnés (...) pour sécuriser les immeubles".

Selon elle, la facture peut atteindre 200.000 livres (240.000 euros) et les travaux sont lourds: envelopper l'immeuble de bâches en plastique et garder toutes les fenêtres fermées jusqu'à un an.

A qui doit revenir la facture? Le gouvernement a finalement estimé lundi que c'est aux constructeurs de contribuer à l'intervention sur ces revêtements dangereux, qu'il estime à 4 milliards de livres (4,8 milliards d'euros).

"Les propriétaires innocents ne doivent pas porter le fardeau", a souligné le ministre du Logement, Michael Gove.

Ces propositions gouvernementales doivent remplacer celles présentées l'année dernière, qui mettaient à contribution les propriétaires de logements dans des bâtiments de 11 à 18 mètres de haut pour ces travaux extrêmement coûteux via des prêts, alimentant une colère grandissante contre le pouvoir.

"Cauchemars"

Lucy Brown, dont l'immeuble domine à environ 18 mètres, ne sait toujours pas quand le revêtement du bâtiment sera changé.

Vue de la tour Grenfell en feu à Londres, le pire incendie résidentiel depuis la Deuxième Guerre mondiale au Royaume-Uni, le 14 juin 2017
Vue de la tour Grenfell en feu à Londres, le pire incendie résidentiel depuis la Deuxième Guerre mondiale au Royaume-Uni, le 14 juin 2017 ( Daniel LEAL / AFP/Archives )

Pour elle, le nouveau plan constitue "un pas dans la bonne direction" mais ne règle pas tout. "Généralement, c'est quand le revêtement est enlevé qu'on découvre toute l'étendue des défauts", explique-t-elle, se disant aussi très inquiète pour la sécurité de sa famille.

"Nous avons eu des conversations très difficiles avec nos trois filles, nous avons dû leur expliquer toutes les mesures à suivre en cas d'incendie, parce qu'à cause du revêtement de l'immeuble, on n'a que quelques minutes avant que le feu ne s'étende partout", souligne-t-elle.

Sa cadette, 9 ans, ne peut dormir que dans la chambre des parents "parce qu'elle craint qu'un incendie ne survienne au milieu de la nuit. Nos trois filles font des cauchemars", témoigne-t-elle.

La tour Grenfell a été le pire incendie résidentiel depuis la Deuxième Guerre mondiale au Royaume-Uni. Depuis, des milliers de propriétaires - leur nombre exact à travers le pays n'est pas connu - font face à des coûts croissants, allant des primes d'assurance à, dans certains cas, la nécessité de payer des patrouilles incendie.

Le ministre britannique du Logement Michael Gove s'adresse au parlement sur les coûts de changement des revêtements dangereux sur les immeubles, imposé depuis l'incendie de la tour Grenfell en 2017, le 10 janvier 2022
Le ministre britannique du Logement Michael Gove s'adresse au parlement sur les coûts de changement des revêtements dangereux sur les immeubles, imposé depuis l'incendie de la tour Grenfell en 2017, le 10 janvier 2022 ( JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT/AFP )

Lucy Brown plaide pour une "solution globale" comprenant aussi les immeubles de moins de 11 mètres de hauteur, actuellement pas concernés par les projets du gouvernement.

Son voisin, Liam Spender, 37 ans, un avocat également membre d'EOCS, estime prématuré d'évaluer l'impact des nouvelles mesures.

Il a acheté son appartement en 2019 et "aucune des études que j'avais faites n'indiquait de problème", explique-t-il à l'AFP.

Environ un an après son emménagement, il a reçu une lettre du propriétaire du terrain, signalant que le revêtement était inflammable et que les propriétaires d'appartements étaient censés payer pour son remplacement.

"Stupéfiant", s'offusque-t-il. "Vous êtes plus protégés en achetant un sandwich qu'en achetant un appartement ou une maison dans ce pays dans l'état actuel de la loi".

Selon lui, "les gouvernements successifs ont favorisé le relâchement des régulations, pour encourager les affaires. Je crains que cela soit une conséquence de ce choix".

 ■

Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
8 avis
Note moyenne : 4.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/01/2022

Au premier trimestre de l’exercice 2021-2022 (clos fin décembre), l’activité du Groupe Manutan a affiché une croissance de 6,4% par rapport au même trimestre de l’exercice précédent,…

Publié le 14/01/2022

Ces projets structurels viendraient renforcer les marges de manoeuvre financières du Groupe

Publié le 14/01/2022

La mise au point du très attendu casque de réalité virtuelle se heurterait à des problèmes techniques, selon Bloomberg.

Publié le 14/01/2022

Actia Group a annoncé l’étude de projets structurels de cession d’activités non stratégiques contribuant au renforcement de sa structure financière. Conforté par la croissance continue de…

Publié le 14/01/2022

Lors de sa réunion en date du 12 janvier 2022, le Conseil d'administration d'Ipsos SA a coopté Monsieur Pierre Barnabé en qualité d'Administrateur...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne