En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 257.75 PTS
-0.23 %
5 250.00
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 159.21
-0.31 %
DAX PTS
11 353.57
-0.09 %
Dowjones PTS
25 579.93
+0.30 %
7 329.66
+0.05 %
1.133
+0.24 %

Au Royaume-Uni, la popularité en berne du drapeau européen

| AFP | 478 | Aucun vote sur cette news
Andy Ormrod, directeur de l'atelier de fabrication de Flying Colours, vérifie un drapeau européen, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre
Andy Ormrod, directeur de l'atelier de fabrication de Flying Colours, vérifie un drapeau européen, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre ( OLI SCARFF / AFP )

A six semaines du Brexit, la demande de drapeaux européens s'est effondrée, dans l'atelier de fabrication Flying Colours à Knaresborough (nord de l'Angleterre), compensée par un regain de popularité de l'Union Jack, la bannière britannique.

"On a observé une sacrée baisse", confie à l'AFP Andy Ormrod, le directeur de l'atelier. Son entreprise a enregistré une diminution de 90% des ventes du drapeau aux douze étoiles dorées sur fond bleu depuis le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE, en juin 2016.

"Les temps ont changé, les attitudes ont changé, la demande n'est plus là", constate-t-il.

A l'inverse, les commandes d'Union Jack ont bondi de 75% depuis l'été dernier.

"Les gens sentent un regain de passion pour le fait d'être britannique", juge Andy Ormrod.

L'entrepreneur, qui en avait "ras-le-bol de Bruxelles", a voté pour le Brexit. "J'ai le sentiment que nous voulons renforcer notre identité au sein du Royaume-Uni", ajoute-t-il.

"Rapport distant"

Andy Ormrod, directeur de l'atelier de fabrication de Flying Colours, vérifie des drapeaux britanniques, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre
Andy Ormrod, directeur de l'atelier de fabrication de Flying Colours, vérifie des drapeaux britanniques, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre ( OLI SCARFF / AFP )

Les Britanniques ont un rapport ancien et compliqué avec les drapeaux, explique Graham Bartram, vexillologue au Flag Institute, un centre de recherche londonien consacré aux drapeaux.

Jusqu'à la dernière décennie, le Royaume-Uni s'est selon lui montré réticent à afficher son propre drapeau. Et encore aujourd'hui, l'Union Jack n'est obligatoirement hissé sur les bâtiments officiels du gouvernement britannique que 21 jours par an, notamment pour les anniversaires des membres de la famille royale.

Il attribue cette modération à plusieurs causes, dont la volonté des Britanniques de minimiser les manifestations explicites de patriotisme dans un pays au passé impéraliste.

"Nous avons un rapport distant avec les drapeaux", souligne-t-il, en incluant dans son jugement la bannière européenne. "Ce n'est pas un drapeau que l'on a tendance à voir au Royaume-Uni".

De fait, jusqu'en 2007, il était illégal d'arborer un drapeau européen ou un drapeau national étranger sans autorisation préalable, l'initiative étant assimilée à de la publicité.

Une employée de l'atelier de fabrication de Flying Colours, plie un drapeau britannique, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre
Une employée de l'atelier de fabrication de Flying Colours, plie un drapeau britannique, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre ( OLI SCARFF / AFP )

Une modification de la loi a ensuite permis de rendre plus visible le symbole européen, qui s'est invité sur les bâtiments du parlement écossais, des assemblées de Londres ou du Pays de Galles et d'autres sites officiels.

Mais juste après le référendum de 2016, une pétition pour réclamer le retrait immédiat de tous les "drapeaux, emblèmes et logos" européens des bâtiments officiels britanniques avait réuni plus de 20.000 signatures.

Le texte avait été présenté au parlement, mais rejeté par le gouvernement, qui voulait que ces symboles restent visibles "tant que le Royaume-Uni demeurait membre de l'UE".

Résistance ?

La situation devrait donc changer après le Brexit, prévu le 29 mars.

Des employées de l'atelier de fabrication de Flying Colours, travaillent sur des drapeaux britanniques, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre
Des employées de l'atelier de fabrication de Flying Colours, travaillent sur des drapeaux britanniques, le 7 février 2019 à Knaresborough, dans le nord de l'Angleterre ( OLI SCARFF / AFP )

Un porte-parole du maire de Londres a annoncé que le drapeau européen serait retiré de la mairie. Mais aucune décision n'a encore été prise concernant le parlement écossais ou l'assemblée galloise.

"Nous ferons le bilan en temps voulu", a déclaré un porte-parole de l'institution écossaise. En 2016, l'Ecosse avait voté à 62% pour le maintien dans l'UE, bien au-delà de la moyenne nationale, à 48%.

Le drapeau européen a été créé en 1955 par le Conseil de l'Europe, qui réunit 47 pays, dont 19 ne sont pas membres de l'UE. S'il est depuis devenu le symbole officielle des institutions de l'Union européenne, il reste utilisé par le Conseil, dont le Royaume-Uni restera membre après le Brexit.

Un double usage qui offre aux europhiles britanniques un argument pour continuer à brandir la bannière bleue et jaune, estime Graham Bartram.

Le drapeau européen deviendra-t-il un symbole de résistance au Brexit ? "C'est possible", juge le chercheur. "Ce serait intéressant".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Florent Menegaux, qui prendra ses fonctions de président de Michelin à l'issue de l'Assemblée Générale du 17 mai prochain, a souhaité mettre en place un comité exécutif groupe (CEG) resserré.…

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars 2019TRIGANOLe spécialiste des camping-cars publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre.Mardi 26 mars 2019NEOPOSTLe spécialiste du traitement du courrier et des consignes…

Publié le 25/03/2019

Cure d'austérité

Publié le 25/03/2019

  Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de commerce et l'article 223-16 du Règlement…

Publié le 25/03/2019

Ladislas Paszkiewicz est nommé directeur de la communication financière du groupe Total à compter du 1er juillet 2019, annonce le géant pétrolier...