En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 350.84 PTS
-1.22 %
5 367.00
-0.91 %
SBF 120 PTS
4 298.54
-0.84 %
DAX PTS
12 540.58
-1.15 %
Dowjones PTS
25 064.50
+0.00 %
7 352.36
+0.00 %
1.171
+0.58 %

Au Pays Basque, des pirogues hawaïennes 100% françaises

| AFP | 496 | Aucun vote sur cette news
Olivia Piana, cinq fois vice-championne du monde de stand-up paddle et ambassadrice de Woo, dans la pirogue
Olivia Piana, cinq fois vice-championne du monde de stand-up paddle et ambassadrice de Woo, dans la pirogue "Féline", le 2 novembre 2017 à Anglet ( Gaizka IROZ / AFP )

C'est à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), en plein paradis des surfers, que le seul fabricant de pirogues hawaïennes en Europe, la petite PME Woo, a vu le jour en 2009 pour produire ses propres modèles.

Ces pirogues effilées, avec un balancier à gauche et un gouvernail qui leur permettent d'affronter la houle du Pacifique - ou de la côte basque -, sont "le plus vieux moyen de transport de l'humanité, le sport des rois hawaïens", s'enthousiasme Guy Ringrave, directeur et co-fondateur de Woo.

Après des débuts difficiles puis un succès confirmé par la production au Pays basque de la célèbre pirogue "Pueo", à la demande même de ses créateurs hawaïens (Kamanu Composites), Woo vient de lancer sur le marché des sports de glisse la "plus petite pirogue au monde".

Olivia Piana, cinq fois vice-championne du monde de stand-up paddle et ambassadrice de Woo, met la pirogue
Olivia Piana, cinq fois vice-championne du monde de stand-up paddle et ambassadrice de Woo, met la pirogue "Féline" à l'eau, le 2 novembre 2017 à Anglet ( Gaizka IROZ / AFP )

Baptisée "Féline", cette pirogue monoplace a déjà doublé les ventes de cette petite PME de 5 salariés: "Nous fabriquions bon an mal an une centaine de pirogues. Avec l'arrivée de 'Féline', nous avons déjà rempli un carnet de 80 commandes ce qui correspond à sept mois de travail", se réjouit Guy Ringrave.

Pour Woo, le principal frein à l'achat de ses pirogues est en effet lié au transport et à l'encombrement. "En Europe, il n'est pas aisé de stocker chez soi des pirogues de 6 mètres. Les premiers bateaux que nous fabriquions étaient d'une taille de 6,20 m", explique M. Ringrave.

Guy Ringrave, directeur et co-fondateur de Woo, petite PME fabriquant des pirogues hawaïennes, dans l'atelier de son entreprise, le 2 novembre 2017 à Anglet
Guy Ringrave, directeur et co-fondateur de Woo, petite PME fabriquant des pirogues hawaïennes, dans l'atelier de son entreprise, le 2 novembre 2017 à Anglet ( Gaizka IROZ / AFP )

"Contrairement aux États-Unis où tout est grand, en Europe nos voitures sont petites. Le toit d'un break ne peut pas transporter un bateau de plus de cinq mètres, nos garages mesurent en moyenne 5,50 m... et nos vagues sont plus courtes que dans le Pacifique. Il fallait donc concevoir un bateau plus petit d'un mètre", résume le patron de Woo.

- La glisse et l'endurance -

Un employé de la PME Woo travaille sur une pirogue hawaïenne dans l'atelier de l'entreprise, le 2 novembre 2017 à Anglet
Un employé de la PME Woo travaille sur une pirogue hawaïenne dans l'atelier de l'entreprise, le 2 novembre 2017 à Anglet ( Gaizka IROZ / AFP )

Avec 5,10 m de long (la taille moyenne d'une berline) et une version résine à 2.500 euros pour 15 kg, ou à 3.900 euros pour 9 kg en carbone, "Féline" a été conçue pour contourner tous ces écueils.

"C'est le prix d'un VTT moyenne gamme", relève M. Ringrave. Il assure que les pirogues de chez Woo "sont moins chères que des modèles similaires fabriqués en Asie", qu'il était réduit à utiliser à ses débuts, jusqu'à ce qu'il décide de les fabriquer lui-même.

Et comme "la 'Féline', grâce à sa taille, se stocke facilement dans un conteneur standard, cela offre des débouchés à l'exportation", espère-t-il.

Un employé de la PME Woo colle des couches de carbone destinées à une pirogue hawaïenne dans l'atelier de l'entreprise, le 2 novembre 2017 à Anglet
Un employé de la PME Woo colle des couches de carbone destinées à une pirogue hawaïenne dans l'atelier de l'entreprise, le 2 novembre 2017 à Anglet ( Gaizka IROZ / AFP )

Pour Guy Ringrave, c'est aussi la portée culturelle, quasi ancestrale, de la pirogue qui suscite l'intérêt croissant des amateurs de glisse. "Mettez un kayak sur la plage à côté d'une pirogue, les gens vont venir discuter avec le propriétaire de la pirogue, parce que ça leur parle historiquement et culturellement", affirme-t-il.

Plus prosaïquement, l'équipe de Woo pense avoir conçu une embarcation qui "démocratise le sport de la pirogue et qui intéresse à la fois le monde de la glisse et celui de l'endurance": adeptes du surf, windsurf, kitesurf, voile, mais aussi du VTT, trail, coureurs de fond, etc. égrène Eric Delaudre, technicien composite chez Woo.

"Les kayakistes sont les premiers intéressés. Cette clientèle aime la glisse de la pirogue parce qu'elle va plus vite qu'un kayak tout en gardant le même encombrement", selon Guy Ringrave.

Tout comme les nombreux adeptes du stand-up paddle, à l'instar d'Olivia Piana, cinq fois vice-championne du monde de la discipline et ambassadrice de Woo. "C'est un sport très complémentaire du paddle. Le geste de rame est quasiment le même sauf qu'on est assis au lieu d'être debout. C'est aussi un sport d'endurance, ça permet de s'entraîner en changeant de support, c'est top", lance la championne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

La solide croissance enregistrée par Aubay au deuxième trimestre 2018 permet au groupe de gagner plus de 4% à 40,2 euros en cette fin de semaine...

Publié le 20/07/2018

Le numéro un mondial du secteur parapétrolier Schlumberger a présenté des comptes en nette amélioration grâce à la hausse des cours du pétrole. Au deuxième trimestre, le bénéfice net a…

Publié le 20/07/2018

State Street a présenté des résultats en amélioration au deuxième trimestre. Le prestataire de services financiers aux investisseurs institutionnels a vu son bénéfice net augmenter de 19,5% à…

Publié le 20/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/07/2018

Boiron est malmené à la mi-journée à Paris, en retrait de 4,3% à 69,7 euros...