En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-1.05 %
5 309.50
-1.04 %
SBF 120 PTS
4 269.71
-0.93 %
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 468.33
-0.77 %
7 217.12
-0.87 %
Nikkei PTS
22 693.04
-

Au G7, débuts prudents pour Giuseppe Conte, adoubé par Trump

| AFP | 182 | Aucun vote sur cette news
(g-d) Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, le président américain Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors du G7, le 8 juin 2018 à La Malbaie, au Canada
(g-d) Le Premier ministre italien Giuseppe Conte, le président américain Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors du G7, le 8 juin 2018 à La Malbaie, au Canada ( SAUL LOEB / AFP )

Un tweet choc en faveur du retour de la Russie, vite recadré par ses homologues européens, une franche complicité avec Trump et le souci de gérer la crise migratoire: le nouveau président du conseil italien Giuseppe Conte a fait au G7 ses premiers pas prudents à l'international.

Arrivé avec une poignée de collaborateurs, le nouveau chef du gouvernement italien, encore inconnu du grand public, a commencé par un coup d'éclat qui a pris de court ses homologues européens vendredi.

"Je suis d'accord avec le président Donald Trump: la Russie devrait réintégrer le G8, c'est dans l'intérêt de tous", a-t-il tweeté.

Est-ce pour le remercier de cette prise de position? Le président américain s'est en tout cas fendu samedi d'un tweet particulièrement amical pour l'Italien, qui se voit invité à Washington.

"Je viens de rencontrer le nouveau Premier ministre italien, un type vraiment super. Il sera bientôt reçu avec les honneurs à la Maison Blanche. Il va faire du bon boulot - le peuple italien a bien choisi!", a écrit le président américain, qui avait déjà félicité M. Conte pour sa "grande victoire", alors que tous deux participaient à la traditionnelle photo de famille du G7.

Le dirigeant italien, choisi par Luigi di Maio et Matteo Salveni, les leaders des partis qui ont remporté les élections de mars, le Mouvement 5 Etoiles (antisystème) et la Ligue (extrême-droite), a voulu d'emblée marquer sa différence et se faire connaître.

Et ce, quitte à prendre ses distances avec la ligne de l'Union européenne, pour qui l'annexion de la Crimée par la Russie depuis 2014 justifie son éviction depuis lors du club des pays industrialisés.

Ce professeur de droit, à l'allure élégante et calme, a fait marche arrière lors d'une réunion vendredi avec ses homologues européens organisée par Emmanuel Macron, mais a fini par obtenir une subtile concession.

Emmanuel Macron et Giuseppe Conte à Charlevoix lors du G7, le 8 juin 2018
Emmanuel Macron et Giuseppe Conte à Charlevoix lors du G7, le 8 juin 2018 ( Ian LANGSDON / POOL/AFP )

Souriant, un peu nerveux, il est arrivé dernier dans le petit salon où l'attendaient Angela Merkel, Theresa May et le président français, qui l'ont chaleureusement accueilli.

Au cours de cette réunion, a raconté plus tard un conseiller d'Emmanuel Macron, le président du conseil italien a expliqué qu'il devait tenir compte de la sensibilité favorable au retour de la Russie des deux mouvements qui ont remporté les élections italiennes.

Les trois dirigeants européens ont alors trouvé une issue en acceptant que dans le brouillon du communiqué final de la rencontre figure la mention d'un "dialogue" avec la Russie.

- Crise migratoire -

Giuseppe Conte a rencontré en bilatérale notamment Shinzo Abe, Angela Merkel, Emmanuel Macron et Theresa May, ainsi que les responsables européens Donald Tusk et Jean-Claude Juncker.

Mais pour le responsable italien, l'une des priorités était de discuter avec ses homologues européens de la réforme du système de Dublin pour la gestion des réfugiés, qui sera au menu du Conseil européen des 28 et 29 juin.

Le règlement de Dublin confie la responsabilité des demandes d'asile au premier pays où la personne est enregistrée -- ce qui fait peser, fait valoir l'Italie, un poids démesuré sur les pays méditerranéens.

"A Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, j'ai donné mes priorités, la réforme du règlement de Dublin et la question de la croissance. J'ai exprimé la totale insatisfaction de l'Italie sur les propositions discutées actuellement. L'Italie a été laissée seule sur ce dossier. Nous devons avoir cette réforme et nous voulons une Europe plus solidaire", a-t-il déclaré à la presse italienne.

Il a ensuite été tiré par le bras par son responsable de la communication Rocco Casalino, ex-communicant du Mouvement 5 Etoiles, qui a ainsi mis fin à son interview, un geste critiqué par l'opposition qui voit M. Conte comme une "marionnette" du mouvement antisystème.

"M. Conte a été à l'écoute. Sur la Russie il a tout de suite reconnu que les conditions n'étaient pas réunies pour la réintégrer dans le cadre du G7", a commenté la présidence française après leur rencontre bilatérale.

Ayant pris ses fonctions seulement le 1er juin, M. Conte avait conservé comme "sherpa" pour ce G7 Maria Angela Zappia, qui conseillait déjà son prédécesseur Paolo Gentiloni, ce qui a facilité les discussions avec les autres pays.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Précisions...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

L'innovation, dans l'ADN d'Essilor depuis son origine, est partie intégrante de la mission du Groupe, "améliorer la vision pour améliorer la vie"...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...

Publié le 21/06/2018

Le prix de souscription aux actions Amundi est de 51,79 euros...