En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
+0.00 %
5 416.00
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-
DAX PTS
12 561.02
-
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
+0.00 %
Nikkei PTS
22 644.05
+0.21 %

Atos veut s'offrir Gemalto pour créer un géant européen de l'informatique

| AFP | 616 | Aucun vote sur cette news
Thierry Breton, président d'Atos, ici au siège du Medef à Paris, le 27 janvier 2017
Thierry Breton, président d'Atos, ici au siège du Medef à Paris, le 27 janvier 2017 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le groupe français Atos a dévoilé lundi une offre par laquelle il propose d'acquérir son compatriote Gemalto, dans une passe difficile, pour 4,3 milliards d'euros afin de créer "un leader mondial en cybersécurité, technologies et services numériques".

"Nous proposons d'acquérir l'intégralité de Gemalto de façon amicale pour 46 euros par action", a annoncé le PDG d'Atos Thierry Breton lundi soir au cours d'une conférence téléphonique.

Cette offre représente une prime de 42% sur le cours de Bourse du groupe du 8 décembre, a souligné Atos dans un communiqué.

L'acquisition doit s'effectuer "intégralement en numéraire en s'appuyant sur la trésorerie existante d'Atos et sur un emprunt ayant fait l'objet d'engagements fermes", précise le texte.

Atos a remis son offre au Conseil d'administration de Gemalto le 28 novembre 2017, et Gemalto "réfléchit" à l'opération, a indiqué Thierry Breton.

Contacté par l'AFP lundi soir, Gemalto n'a pas répondu immédiatement aux sollicitations.

Le groupe Atos ne comptait pas rendre publique cette offre aussi tôt mais a été contraint de le faire, suite à des rumeurs en Bourse, afin d'"être conforme aux bonnes pratiques des marchés", a-t-il expliqué.

Cette opération allierait Atos, un groupe de plus de 100.000 salariés, à Gemalto, qui compte quelque 15.000 collaborateurs.

Cette nouvelle entité serait "de loin le premier acteur européen" sur les marchés du paiement ou de la cybersécurité, et permettrait "un large potentiel de synergies" dans ces métiers, a fait valoir le patron d'Atos, ancien ministre de l'Economie et des Finances (2005-2007) et ex-PDG de Thomson et France Télécom.

Si le rapprochement se concrétise, ce nouvel acteur pourra aussi servir tous les publics, aussi bien privés que publics, a-t-il insisté.

- "Un ADN commun" -

"Nous partageons un ADN commun", sur ces sujets, a souligné le dirigeant, alors que les deux groupes sont l'un comme l'autre très présents aux Etats-Unis.

Ce "grand projet de consolidation européenne a été accueilli de façon favorable par la BPI" (ndlr: Bpifrance, Banque publique d'investissement), qui pourrait participer au financement de l'opération, a ajouté Thierry Breton.

Autant Atos a montré une dynamique positive cette année, en révisant à la hausse ses objectifs financiers au troisième trimestre, autant Gemalto connaît des difficultés avec notamment l'annonce d'un plan de suppression de 288 emplois en novembre.

Atos a vu l'an dernier son bénéfice net progresser de 39,6% à 567 millions d'euros, et son chiffre d’affaires de 9,7% à 11,717 milliards.

A côté de ses activités de conseil, d'intégration de systèmes et de gestion de centre de données, Atos a su tirer parti de l'engouement pour les services dans le "cloud" (informatique dématérialisée) et les besoins croissants en cybersécurité. Il est aussi l'un des rares acteurs à pouvoir fournir des supercalculateurs, à la puissance informatique décuplée.

Enfin, par le biais de sa filiale Worldline, Atos est aussi présent sur le marché des paiements électroniques.

Pour l'ensemble de 2017, il table sur une progression de son chiffre d'affaires supérieure à 10% à taux de change constants, et une marge opérationnelle d'environ 10%.

Gemalto a en revanche déçu les investisseurs avec une série d'avertissements sur ses résultats cette année.

Il a en effet subi un trou d'air après la conversion -tardive, et très rapide- des Etats-Unis aux cartes à puces, les nombreux intervenants croulant sous les stocks. Or, le pays représente près du quart du marché mondial.

Et ses ventes de carte de téléphonie SIM sont aussi en baisse alors que ce marché ne croît plus en volume et décroît en valeur.

Gemalto a dégagé un chiffre d'affaires de 3,13 milliards d'euros en 2016 pour un bénéfice net de 266,9 millions d'euros.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

    Communiqué de presse Nicox : Point d'activité et résumé financier du second trimestre…

Publié le 17/07/2018

CHIFFRE D'AFFAIRES - T2 2018 Accélération de la croissance du Groupe : +5,2% en organique et +3,2% en comparable (vs. +3,1% et +1,8% au T1 2018) En France, croissance…

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Pour le 1er semestre 2018, Vranken Pommery Monopole réalise un chiffre d'affaires...

Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...