En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Le gouvernement serre la vis sur l'assurance chômage, les syndicats "en colère"

| AFP | 841 | 3.67 par 3 internautes
Edouard Philippe et Muriel Pénicaud lors de la conférebce de presse pour présenter la réforme de l'assurance chômage, le 18 juin 2019 à Paris
Edouard Philippe et Muriel Pénicaud lors de la conférebce de presse pour présenter la réforme de l'assurance chômage, le 18 juin 2019 à Paris ( Lucas BARIOULET / AFP )

Le gouvernement a présenté mardi une vaste réforme de l'assurance chômage durcissant les règles d'indemnisation, renforçant l'accompagnement des chômeurs et frappant au portefeuille les entreprises abusant des contrats courts, une réforme immédiatement brocardée par les syndicats qui ont fait part de leur "colère".

La réforme vise jusqu'à 250.000 chômeurs en moins et 3,4 milliards d'euros d'économies d'ici fin 2021 pour désendetter l'Unedic, a expliqué Édouard Philippe, en présentant ces mesures à Matignon aux côtés de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

"Le système actuel dysfonctionne car les règles d'indemnisation incitent trop souvent au maintien d'emplois précaires et pas suffisamment au retour à l'emploi", a plaidé le Premier ministre pour qui cette réforme est "le troisième temps de la transformation de notre marché du travail" après celles du code du travail et de la formation professionnelle.

A partir du 1er novembre, il faudra avoir travaillé six mois sur les 24 derniers mois -- au lieu de quatre mois sur 28 -- pour accéder à l'assurance chômage et les conditions de "rechargement" des droits seront également durcies, passant d'un mois de travail à six mois.

Quant aux demandeurs d'emploi qui avaient un revenu de travail supérieur à 4.500 euros brut par mois, ils verront leur indemnisation réduite de 30% à partir du septième mois, à l'exception des plus de 57 ans et avec un plancher de 2.661 euros nets.

"À la demande du patronat, ce gouvernement organise la baisse massive du paiement des qualifications et de l'expérience accumulée tout au long de la carrière", s'est emportée l'Union des cadres CGT. "Un jour funeste", pour François Hommeril (CFE-CGC).

Réforme de l'assurance chômage
Réforme de l'assurance chômage ( Olivier LEVRAULT / AFP )

A partir du 1er avril, le mode de calcul de l'indemnisation sera également modifié de façon à ce "qu'à travail égal, allocation égale", selon Muriel Pénicaud. Les règles actuelles sont plus favorable aux personnes alternant inactivité et contrats courts qui peuvent aussi dans certains cas toucher plus au chômage que leur ancien salaire mensuel.

Dans son entourage, on reconnait que 6 à 700.000 personnes sont "potentiellement impactées" par ces mesures mais on table sur "des effets de comportement" par la modification des règles.

"Aucun pays de l'OCDE n'a atteint le plein emploi sans une profonde réforme de l'indemnisation chômage", assume-t-on.

Un système de bonus-malus sur les contrats courts va être mis en œuvre le 1er janvier 2020 dans sept secteurs de l'économie, dont l'hébergement et la restauration ou encore l'agroalimentaire mais pas dans le bâtiment et la santé. Une taxe de 10 euros par CDD d'usage va être créée pour ce contrat spécifique.

Mme Pénicaud a par ailleurs annoncé le recrutement de plus de 1.000 nouveaux conseillers Pôle emploi pour trois ans, afin de proposer de nouveaux services d'accompagnement à partir de janvier 2020, mettant fin à trois années de diminution d'effectifs.

Par ailleurs la réforme élargit les droits au chômage pour les démissionnaires et indépendants.

Mme Pénicaud a précisé que les mesures ne s'appliqueraient pas aux chômeurs actuels, sauf dans les cas de rechargement des droits.

"Injuste" et "inique"

Des mesures immédiatement fustigées par les syndicats auxquels elles ont été présentées juste avant la conférence de presse du gouvernement, les partenaires sociaux ayant été tenus à l'écart des arbitrages.

Laurent Berger (CFDT) les a qualifiées de "profondément injustes" et "extrêmement dures" pour les personnes précaires alternant périodes d'emploi et de chômage. Et la réforme ne "responsabilise qu'en partie" les entreprises "qui usent et abusent de la précarité", selon lui.

Catherine Perret (CGT) a jugé la réforme à la fois "inique" et "inefficace". "Il y a un chômeur sur deux qui est indemnisé. Avec la réforme du gouvernement, c'est un sur trois", a-t-elle calculé.

Le numéro un de FO, Yves Veyrier, a fustigé "un raisonnement consistant à faire le procès des salariés précaires qui seraient responsables de leur situation".

Des critiques relayées par les députés PS, PCF et LFI, qui ont dénoncé un "mauvais coup" et une réforme de "petit comptable" qui "rabougrit" le droit à l'indemnisation.

Côté patronal, c'est le bonus-malus sur les contrats courts qui fait grincer des dents. Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) a regretté une mesure "inefficace qui découragera l'emploi". Pour François Asselin (CPME), "un employeur va réfléchir à deux fois" avant d'embaucher.

Le secteur de l'hôtellerie-restauration juge la mesure "discriminatoire" dans un communiqué intitulé "pourquoi seuls sept secteurs concernés?"

Après l'échec des négociations entre patronat et syndicats cet hiver, c'est la première fois depuis 1982 que l'Etat redéfinit seul les règles d'indemnisation. Les derniers changements étaient entrés en vigueur à l'automne 2017.

map-far-bow-cel/nm

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT