En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 068.85 PTS
-0.65 %
5 071.00
-0.60 %
SBF 120 PTS
4 054.92
-0.59 %
DAX PTS
11 412.53
-0.52 %
Dowjones PTS
25 210.00
-0.30 %
6 812.72
-0.27 %
1.132
+0.22 %

Ascoval: l'offre d'Altifort "solide" pour Le Maire, "viable" pour les experts

| AFP | 174 | Aucun vote sur cette news
Réunion à Bercy mercredi 31 octobre 2018 autour de Bruno Le Maire (C)
Réunion à Bercy mercredi 31 octobre 2018 autour de Bruno Le Maire (C) ( ERIC PIERMONT / AFP )

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a jugé mercredi "solide" l'offre de reprise de l'aciérie Ascoval par le groupe Altifort, qui propose un "projet crédible et viable" selon le cabinet d'experts, ont rapporté à l'AFP plusieurs participants à une réunion à Bercy sur ce dossier.

"Aujourd'hui, l'offre d'Altifort me paraît solide" même si "un certain nombre de fragilités subsistent", a déclaré aux syndicats et aux élus M. Le Maire, en assurant qu'il y avait "une chance" pour sauver le site de Saint-Saulve, dans le Nord (281 emplois), en redressement judiciaire.

Assistent notamment à cette réunion importante mais "pas conclusive", selon des participants, le président de la région des Hauts de France Xavier Bertrand (ex-LR) et le député PCF du Nord Fabien Roussel, tous deux très mobilisés sur le dossier.

Pendant cette réunion, le cabinet d'experts indépendants Roland Berger, mandaté par le gouvernement pour étudier le projet de reprise, a jugé que le projet était "solide", "crédible" et "viable", en identifiant un "besoin de financement de 180 millions d'euros pour financer la reprise des pertes et les investissements, notamment le train à fil".

Le cabinet d'experts a estimé que, parmi les priorités, il fallait que l'usine d'Ascoval, actuellement à l'arrêt, "se remette au travail", selon des participants.

"Je ne laisserai personne entraver une reprise crédible pour les salariés et pour le site industriel", a encore déclaré M. Le Maire, qui "a choisi de laisser de côté" Vallourec, principal client et premier actionnaire d'Ascoval.

"Si ça échoue, je rappellerai à Vallourec ses responsabilités: ils ont intérêt que la reprise marche mais je pense qu'il ne vaut mieux pas qu'ils se mêlent de la reprise car je ne peux pas déshabiller Pierre pour habiller Paul", a ajouté le ministre.

Ces déclarations, alors que la réunion à Paris n'était pas encore terminée, sont "une très bonne nouvelle", a aussitôt réagi auprès de l'AFP Salvatore Benedetti, délégué du personnel d'Ascoval et élu au CE. "Ça fait plusieurs mois qu'on se bagarre. On n'y croyait plus (...) Il va falloir remonter nos manches et montrer à Vallourec qu'on n'a pas besoin d'eux".

"Il y a encore beaucoup de scepticisme", a tempéré Gérard Del Tufo, délégué CFDT. "Il faut voir les conditions (de reprise) (...) Il faut des commandes fermes, pour le moment on n'a pas de garanties."

Altifort a présenté une offre de reprise de l'usine de production d'aciers de moyenne et haute gamme impliquant initialement que Vallourec maintienne pendant un an et demi son niveau actuel de commandes.

Or Vallourec, spécialiste des tubes en acier sans soudures et dont l'Etat est actionnaire à 17%, a refusé cette demande, obligeant le gouvernement et Altifort à travailler sur une proposition alternative. Une offre à laquelle les syndicats veulent croire, mais sur laquelle l'exécutif se montre jusqu'ici prudent.

Les sidérurgistes d'Ascoval ne travaillent plus depuis le 23 octobre et ont bloqué vendredi le site de production de Vallourec à Aulnoye-Aimeries (Nord) pour mettre la pression sur le groupe et le gouvernement.

frd-vab-cmk-jpa/shu

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

Pour la vente d'électricité à BRF, un géant de l'agroalimentaire

Publié le 14/11/2018

Au terme des 9 premiers mois de l'exercice 2018, Horizontal Software enregistre un chiffre d'affaires de 3,9 ME, en progression de +21,5% par rapport...

Publié le 14/11/2018

IVALIS Inventory and Retail solutions   Informations Financières Montigny-le-Bretonneux, le 14 novembre 2018 après bourse   SA au capital de 262 097,20 EUR divisé en 1 310 486…

Publié le 14/11/2018

      Information Réglementée                                                              …

Publié le 14/11/2018

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 386 875 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 PARIS 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 14 novembre…