En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 858.49 PTS
+0.37 %
4 871.00
+0.69 %
SBF 120 PTS
3 884.18
+0.64 %
DAX PTS
11 103.17
+0.29 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.00 %
6 658.76
+0.00 %
1.133
-0.41 %

Ascoval: deux semaines de sursis, l'aciérie toujours bloquée

| AFP | 191 | Aucun vote sur cette news
Des salariés et syndicalistes de l'aciérie Ascoval brûlent des pneus lors d'une manifestation devant l'usine de Saint-Saulve, le 24 octobre 2018
Des salariés et syndicalistes de l'aciérie Ascoval brûlent des pneus lors d'une manifestation devant l'usine de Saint-Saulve, le 24 octobre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP )

Le tribunal de Strasbourg a accordé mercredi un sursis de deux semaines à l'aciérie d'Ascoval, en redressement judiciaire, bloquée depuis mardi par ses salariés qui espèrent toujours qu'un repreneur sauve les 281 emplois du site à Saint-Saulve (Nord).

La chambre commerciale du tribunal a décidé un renvoi au 7 novembre. Ce délai doit permettre de valider l'offre de reprise du franco-belge Altifort et de trouver un accord avec Vallourec, son actionnaire et son unique client aujourd’hui, ont indiqué des représentants de la direction et du personnel d'Ascoval à l'issue de l'audience.

"Le sentiment, c'est que le tribunal veut trouver une solution positive et on va continuer à mettre la pression sur Vallourec", a déclaré Olivier Burgnies, délégué CFDT d'Ascoval. "Vallourec doit venir à la table des discussions et on le bloquera tant que ce ne sera pas le cas", a-t-il ajouté.

Depuis mardi, les salariés d'Ascoval bloquent l'usine pour dénoncer la décision de Vallourec qui avait refusé la veille l'offre de reprise d'Altifort.

A Saint-Saulve, où une centaine de salariés faisaient brûler des pneus, palettes et branchages, la nouvelle du sursis a été diversement accueillie: certains auraient souhaité être fixés même si c'était une mauvaise nouvelle, d'autres pensent que le signe d'une reprise est possible.

Des salariés et syndicalistes de l'aciérie Ascoval parlent aux médias dans l'usine de Saint-Saulve, le 24 octobre 2018
Des salariés et syndicalistes de l'aciérie Ascoval parlent aux médias dans l'usine de Saint-Saulve, le 24 octobre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP )

"On reprendra le travail à condition que Vallourec suive le projet Altifort", a promis Nacim Bardi, délégué syndical CGT à la sortie de l'AG organisée à l’intérieur d'un hangar de l'usine, après que l'annonce du tribunal.

"Qu'ils nous donnent avant la fin de semaine une date de réunion avec Vallourec, Altifort, l'intersyndicale et l'Etat", a dit M. Bardi. "La balle est dans le camp de Vallourec".

Pendant l'AG, certains salariés voulaient arrêter de travailler jusqu'à ce qu'une date de réunion soit fixée, d'autres jusqu'à l'issue de la réunion, voire plus si Vallourec ne change pas de position. Yoann Boutiller, 41 ans, mécanicien, prévient, impatient: "Il faut que la décision (de reprendre ou non le travail) soit prise tous ensemble".

- Le soutien de l'Etat ? -

Des salariés et syndicalistes de l'aciérie Ascoval brûlent des pneus lors d'une manifestation devant l'usine de Saint-Saulve, le 24 octobre 2018
Des salariés et syndicalistes de l'aciérie Ascoval brûlent des pneus lors d'une manifestation devant l'usine de Saint-Saulve, le 24 octobre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP )

Mercredi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit "prêt à ce que l'État mette un euro d’investissement sur Ascoval, dès lors qu’un euro d’investissement privé aura été trouvé pour un projet qui soit durable".

"Je recevrai à nouveau les salariés d'Ascoval et les élus, quand ils le souhaitent, soit en fin de semaine, soit en début de semaine prochaine, pour voir quelles décisions nous prenons ensemble", a-t-il assuré aux micros de RTL.

Le soutien de l’Etat au projet de reprise a jusqu’alors donné aux salariés l’impression de "suivre" la position de Vallourec, selon M. Burgnies. Mais les dernières déclarations de M. Le Maire "semblent montrer que l’Etat est en train de changer sa position".

Créée en 1975 par Vallourec, l'aciérie de Saint-Saulve, spécialisée dans les aciers spéciaux, est devenue Ascoval en 2017.

Vallourec, dont l'État est actionnaire, en avait cédé 60% au groupe Asco Industries, en conservant 40% avec des engagements de commandes. Asco Industries a été placé en liquidation en février et depuis, l'aciérie attend un repreneur.

Le groupe Altifort a fait "une offre ferme" en s'engageant à investir 140 millions d'euros, à maintenir les 281 emplois d'Ascoval et à en créer 133 nouveaux. Mais, en contrepartie, l'entreprise a demandé à Vallourec le maintien du volume de commandes et des prix pendant les 18 mois suivant la reprise.

Ces conditions ont été rejetées lundi par Vallourec. Selon Vallourec, cette demande représente un effort de 51 millions d’euros qui serait "contraire à la préservation des intérêts du groupe", a exposé sa direction.

Un autre candidat repreneur, le groupe iranien Boost, n’a remis qu’une lettre d’intention au TGI, tout comme un industriel valenciennois, Pascal Cochez. Cette dernière candidature "n’est pas sérieuse" et n’aurait même pas été évoquée lors de l’audience, a indiqué à l'AFP Bart Gruyaert, directeur général d’Altifort.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

Les analystes de TradingSat.com ont sélectionné pour les investisseurs actifs demandeurs de stratégie de diversification, un certificat qui calque l'évolution des prix du palladium. Hautement…

Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE Clermont-Ferrand, le 24 janvier 2019       COMPAGNIE GÉNÉRALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN     Jean-Dominique Senard devient Président de Renault et…

Publié le 24/01/2019

Au titre de son quatrième trimestre 2018, Bristol-Myers affiche un bénéfice par action ajusté en hausse de 38% à 94 cents action, ce qui est supérieur au consensus de 85 cents. Le chiffre…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics (+9,16% à 13,645 euros) domine aisément l’indice CAC 40 à la faveur de perspectives 2019 rassurantes. Le fabricant de semi-conducteurs anticipe en effet une accélération de…