5 418.42 PTS
+1.29 %
5 408.0
+1.24 %
SBF 120 PTS
4 317.91
+1.19 %
DAX PTS
13 258.22
+1.18 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+0.00 %
Nikkei PTS
22 901.77
+1.55 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Arrestations en Chine: recours contre le casinotier australien Crown

| AFP | 82 | Aucun vote sur cette news
Des centaines d'actionnaires ont déposé un recours collectif lundi contre Crown après l'arrestation de plusieurs de ses employés en Chine, accusant le géant australien des casinos de les avoir insuffisamment informés des risques pris
Des centaines d'actionnaires ont déposé un recours collectif lundi contre Crown après l'arrestation de plusieurs de ses employés en Chine, accusant le géant australien des casinos de les avoir insuffisamment informés des risques pris ( MAL FAIRCLOUGH / AFP/Archives )

Des centaines d'actionnaires ont déposé un recours collectif lundi contre Crown après l'arrestation de plusieurs de ses employés en Chine, accusant le géant australien des casinos de les avoir insuffisamment informés des risques pris.

Seize employés du casinotier, dont trois Australiens, avaient été condamnés en Chine en juin à des peines de prison pour avoir fait la promotion des jeux d'argent, une activité illégale dans le pays.

Il leur était reproché d'avoir courtisé de richissimes parieurs chinois en leur organisant des voyages à l'étranger pour fréquenter les tapis verts. Les trois Australiens, dont Jason O'Connor, vice-président de la division VIP International de Crown, avaient été libérés en août.

Cette affaire avait affecté les revenus de Crown, victime de la désaffection de sa clientèle VIP en Australie.

D'après le cabinet d'avocats Maurice Blackburn, spécialisé dans les recours collectifs, des centaines d'actionnaires sont concernés par la plainte, qui porte en particulier sur la baisse de 14% du titre survenue en octobre 2016, lorsque la nouvelle des arrestations avait été connue.

Ces arrestations avaient aussi soulevé des questions sur l'important investissement réalisé par Crown dans son établissement de Barangaroo, à Sydney, présenté comme un casino de luxe destiné à la clientèle VIP.

Le casinotier a "pris des risques" en Chine "dans un contexte connu de répression par Pékin des activités illégales liées aux jeux d'argent", a déclaré le cabinet d'avocats. "Les actionnaires auraient dû être informés des risques pris par Crown en Chine et de la menace qu'ils représentaient pour ses revenus".

Les paris sont illégaux en Chine, à l'exception du territoire de Macao, et les casinos ne sont pas autorisés à démarcher ouvertement dans le pays communiste.

Crown a depuis soldé ses actifs à Macao et remisé au placard un projet de casino à Las Vegas, cherchant à se concentrer sur ses activités en Australie.

Le groupe a annoncé qu'il se défendrait "avec vigueur" contre le recours.

Le titre perdait 1,14% à 12,19 dollars australiens (7,8 euros) dans les échanges de la matinée.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

L'analyste reste acheteur...

Publié le 18/12/2017

Dans des volumes soutenus, Biom'Up bondit de 9% à 11,9 euros en matinée à Paris...

Publié le 18/12/2017

Après la fiction live et le documentaire, l'animation ? Mediawan est entré en négociation exclusive avec les actionnaires de ON kids & family, en vue...

Publié le 18/12/2017

Atos a renoncé à Gemalto. Pour mieux se consacrer à sa filiale ?

CONTENUS SPONSORISÉS