En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 777.22 PTS
+0.49 %
4 767.0
+0.28 %
SBF 120 PTS
3 783.60
+0.19 %
DAX PTS
10 759.76
+0.18 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.139
+0.23 %

Après le scandale, Kobe Steel annule sa prévision de bénéfice net

| AFP | 317 | Aucun vote sur cette news
Naoto Umehara, vice président de Kobe Steel, lors d'une conférence de presse à Tokyo le 30 octobre 2017
Naoto Umehara, vice président de Kobe Steel, lors d'une conférence de presse à Tokyo le 30 octobre 2017 ( BEHROUZ MEHRI / AFP )

Le sidérurgiste japonais Kobe Steel a annulé lundi sa prévision de bénéfice net pour son exercice 2017/18, sans en établir de nouvelle, en raison du scandale des caractéristiques de nombreux de ses produits qu'il avait délibérément embellies.

Le groupe prévoyait jusqu'à présent un bénéfice net de 35 milliards de yens pour son exercice en cours (environ 265 millions d'euros).

Il a aussi annulé le versement d'un dividende intermédiaire de 10 yens par action et abaissé sa prévision de bénéfice opérationnel sur l'exercice, à 75 milliards de yens contre un objectif précédent de 80 milliards. En revanche, il n'a pas touché à sa perspective de chiffre d'affaires, attendu à 1.880 milliards de yens sur l'exercice.

Kobe Steel a déclaré n'être toujours pas en mesure de quantifier l'impact sur ses résultats futurs de son scandale de données falsifiées de produits, affectant plus de 500 clients dans le monde selon lui.

La facture finale pourrait enfler si les clients demandaient au groupe de prendre en charge les contrôles de la sécurité des produits et de fournir des pièces de rechange notamment.

"Il est difficile pour l'heure d'évaluer à quelle hauteur les résultats seront touchés par les agissements inappropriés concernant les produits de notre groupe", a déclaré le sidérurgiste dans un communiqué.

Le groupe a confirmé qu'il envisageait de vendre des actifs afin de renforcer sa situation financière, et qu'il menait des discussions avec plusieurs grandes banques japonaises en vue d'obtenir des prêts susceptibles de totaliser 50 milliards de yens (378 millions d'euros), selon le quotidien économique Nikkei.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

L'avertissement sur les revenus de son quatrième trimestre ne passe pas inaperçu dans les salles de marchés...

Publié le 19/12/2018

Geci International gagne 6,8% ce mercredi à 0,126 euro dans un volume représentant 1% du tour de table...

Publié le 19/12/2018

Un excédent de trésorerie de plus de 15 ME extériorisé...

Publié le 19/12/2018

Plus forte baisse de l’indice SBF 120, Natixis perd 4,58% à 4,25 euros après avoir averti que le produit net bancaire (PNB) de ses métiers serait en repli d’environ 10% au quatrième trimestre…

Publié le 19/12/2018

Natixis annonce que le produit net bancaire (PNB) de ses métiers serait de l'ordre de 2 milliards d'euros au quatrième trimestre 2018, à comparer à 2,25 milliards d'euros pour le quatrième…