En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-
5 416.00
-
SBF 120 PTS
4 333.74
-
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-0.24 %
Nikkei PTS
22 644.05
+0.21 %

Après le Brexit, Goldman Sachs aura deux centres en zone euro, à Francfort et Paris

| AFP | 711 | Aucun vote sur cette news
Le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, à New York, le 20 septembre 2017
Le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, à New York, le 20 septembre 2017 ( JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le patron de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, a confirmé que la banque d'affaires américaine aurait, après le Brexit, deux centres européens, l'un à Francfort et l'autre à Paris.

"Le Brexit nous pousse à décentraliser nos activités", déclare M. Blankfein, dans un entretien au quotidien Le Figaro publié dimanche, après des commentaires sur Twitter à ce sujet.

"Nous n'aurons plus un seul centre, mais deux, à Francfort et Paris, parce que ce sont les deux plus grandes économies européennes", a expliqué M. Blankfein, sans préciser la répartition des transferts et des emplois.

"Nous aurons plus d'employés sur le continent. Certains, s'ils le souhaitent, viendront de Londres, nous en embaucherons d'autres", s'est-il cantonné à dire, estimant que "beaucoup d'Américains préféreraient vivre à Paris qu'à Francfort, pour de multiples raisons".

La semaine dernière, une source proche du dossier avait indiqué à l'AFP que la banque allait transférer un grand nombre de traders et de banquiers de Londres vers Francfort et Paris à la suite de la sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni, sans donner de chiffres.

Pour pouvoir se préparer au Brexit, "tout le monde a besoin d'un script, et vite", a lancé le dirigeant.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a donné aux Britanniques jusqu'à "début décembre au plus tard" pour progresser dans la première phase des négociations, afin d'envisager de passer à la fin de l'année aux discussions sur la future relation entre l'UE et le Royaume-Uni.

Concernant les marchés, M. Blankfein affirme n'avoir "jamais vu autant d'anxiété sans raison spécifique d'être anxieux", estimant qu'"il y a forcément des éléments de bulle dans cette situation".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...