5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Après la tempête Harvey, débats politiques sur la facture

| AFP | 154 | Aucun vote sur cette news
Véhicule noyé sous les eaux après le passage de la tempête Harvey, le 28 août 2017
Véhicule noyé sous les eaux après le passage de la tempête Harvey, le 28 août 2017 ( MARK RALSTON / AFP )

60 milliards? 150? Les chiffres commencent à voler pour financer la reconstruction dans le sud-est du Texas inondé par la tempête Harvey. Un débat inconfortable pour plusieurs élus républicains du Texas, qui s'étaient opposés aux crédits votés après l'ouragan Sandy de 2012.

Sandy avait frappé loin du golfe du Mexique: la côte nord-est des États-Unis, une région urbaine et à tendance politique plus modérée que le Sud. A l'époque, un schisme avait divisé le parti républicain, majoritaire à la Chambre des représentants.

Les républicains du New Jersey et de New York s'étaient rangés du côté du président démocrate Barack Obama pour exiger que le Congrès vote une enveloppe importante pour dédommager les victimes, réparer des centaines de milliers de maisons, reconstruire les installations détruites et mettre au niveau les infrastructures de la côte.

Mais l'aile conservatrice, représentée par des élus majoritairement implantés dans le Sud, n'entendaient pas dégager le moindre dollar sans compensation ailleurs dans le budget.

In fine, après trois mois de bataille, le Congrès a voté 60 milliards de dollars d'aide en janvier 2013, mais la plupart des élus républicains avaient voté contre.

L'élu républicain new-yorkais Peter King (D) avec Donald Trump, le 22 juin 2017 à Washington
L'élu républicain new-yorkais Peter King (D) avec Donald Trump, le 22 juin 2017 à Washington ( NICHOLAS KAMM / AFP/Archives )

"Honte à vous. Honte au Congrès", avait lancé à l'époque, furieux, le gouverneur républicain du New Jersey, Chris Christie.

Parmi les opposants de l'époque, le sénateur du Texas Ted Cruz, héros du Tea Party et défenseur de l'austérité budgétaire. Tandis qu'Harvey faisait monter les eaux à Houston ce week-end, ses adversaires de 2013 ont rappelé qu'ils n'avaient rien oublié.

"Je n'abandonnerai pas le Texas comme Ted Cruz avait abandonné New York", a tweeté l'élu républicain new-yorkais Peter King, qui n'a toujours pas digéré l'attitude de ses collègues.

- "Très vite" -

Ted Cruz se défend de tout égoïsme régional. Il affirme que les 60 milliards votés après Sandy incluaient des dizaines de milliards pour des projets n'ayant "rien à voir avec l'ouragan Sandy".

La loi de 2013 a en effet dégagé des fonds sur dix ans, pour divers ministères allant de l'Agriculture à la Justice, mais ces crédits étaient liés aux conséquences de la catastrophe naturelle, par exemple afin de renforcer des tunnels pour parer à des désastres futurs de même ampleur, ou réparer des prisons endommagées.

L'élue démocrate Sheila Jackson Lee, qui représente une circonscription de Houston, le 3 mai 2017 à Washington
L'élue démocrate Sheila Jackson Lee, qui représente une circonscription de Houston, le 3 mai 2017 à Washington ( Larry French / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Mardi, l'élue démocrate Sheila Jackson Lee, qui représente une circonscription de Houston, a chiffré à 150 milliards de dollars le montant de la facture.

"Il ne s'agit pas seulement de Houston, une agglomération de six millions d'habitants, mais de toutes les zones de Beaumont, Victoria et Corpus Christi, tout le sud du Texas", a-t-elle justifié.

Son estimation dépasse largement les premiers chiffrages non officiels. Le cabinet Enki Research estimait mardi les dégâts à 42 milliards de dollars.

Le Congrès revient mardi prochain de sa pause estivale, et le montant de l'enveloppe à voter sera en tête de l'ordre du jour, en plus du budget qui doit être adopté avant la fin septembre.

Le dilemme pour la majorité républicaine est de conserver ses principes de discipline budgétaire face aux demandes de l'opposition démocrate, sans paraître rechigner à aider des millions d'Américains.

Donald Trump a affiché sa détermination à ne pas laisser le débat s'enliser. "Nous recevrons sans doute les demandes d'aides très bientôt, et nous pensons que le Congrès sera de notre côté, de la part des deux partis. Cela se passera bien", a-t-il déclaré lundi à la Maison Blanche. "Cela se fera très vite".

En 2013, 23 des 24 républicains de la délégation du Texas à la Chambre avaient voté contre les fonds Sandy; 21 d'entre eux siègent encore.

L'un d'eux, Blake Farenthold, a déclaré qu'il n'était "pas opposé à l'aide aux sinistrés, je ne l'ai jamais été". "Mon vote était un vote contre des dépenses électoralistes", a-t-il dit.

Les débats de septembre permettront de vérifier si la définition conservatrice d'une dépense électoraliste a évolué depuis 2013.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS