En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-
5 416.00
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-0.24 %
Nikkei PTS
22 644.45
+0.21 %

Après Fox, Comcast renchérit à son tour son offre pour acheter Sky

| AFP | 88 | Aucun vote sur cette news
Le logo de Sky au siège du groupe à Londres le 17 mars 2017
Le logo de Sky au siège du groupe à Londres le 17 mars 2017 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Nouveau rebondissement dans la bataille pour s'emparer de l'entreprise de télévision britannique Sky: le câblo-opérateur américain Comcast a renchéri mercredi sur une offre faite le jour même par le groupe Fox de la famille Murdoch.

Comcast a renchéri à 26 milliards de livres (29,4 milliards d'euros) contre 22 milliards de livres précédemment (25 milliards d'euros au cours d'alors), selon un communiqué.

Cette surenchère intervient le jour même de la nouvelle offre du groupe Fox, qui veut acheter les 61% du capital de Sky qu'il ne possède pas encore, valorisant le groupe à 24,5 milliards de livres (27,7 milliards d'euros).

D'après Comcast, sa nouvelle offre a été acceptée par le "comité indépendant" de Sky, composé de dirigeants du groupe britannique non membres de la galaxie Murdoch, déjà présente à la direction de Sky dont elle contrôle 39% des parts.

Ce même comité avait accepté plus tôt l'offre de Fox.

"Comcast admire depuis longtemps Sky et estime que c'est une entreprise remarquable qui se marierait très bien avec Comcast", souligne le groupe américain dans un communiqué.

La surenchère de mercredi illustre "l'engagement pour détenir Sky", ajoute-t-il.

Contrairement à l'offre de Fox, celle de Comcast a déjà reçu l'approbation des autorités britanniques.

La Commission européenne avait, elle, autorisé le 15 juin, sans condition le rachat du groupe de télévision britannique par Comcast, un an après avoir autorisé une offre concurrente émise par 21st Century Fox.

Outre Sky News, Sky est très présent dans le sport et vient de réussir à garder la main sur la plus grande partie des droits de diffusion de la "Premier League" anglaise de football au Royaume-Uni. Le groupe a par ailleurs conclu un partenariat avec la plate-forme suédoise de streaming musical Spotify. Sky diffuse aussi de la fiction, détenant par exemple les droits de diffusion de la série à succès Game of Thrones.

L'offre de Fox devait, elle, être soumise à l'aval des autorités britanniques, qui se penchent sur le dossier depuis de longs mois déjà.

Londres s'inquiète pour la pluralité des médias au Royaume-Uni où Murdoch contrôle déjà deux quotidiens à grands tirages, le Sun et le Times.

Dans un communiqué publié mercredi à la Bourse de Londres, le géant américain des médias 21st Century Fox, déjà premier actionnaire de Sky, avait détaillé sa nouvelle proposition: elle passe de 10,75 livres par action Sky à 14 livres, afin d'acheter les 61% du capital qu'il ne possède pas encore.

- Un dossier complexe -

Le siège de 21st Century Fox à New York, le 13 juin 2018
Le siège de 21st Century Fox à New York, le 13 juin 2018 ( SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

L'autorité britannique de la concurrence (CMA) avait statué que la proposition de rachat de Fox pourrait être "contraire à l'intérêt du public".

Mais depuis, 21st Century Fox avait proposé quelques remèdes, parmi lesquels le ministre britannique de la Culture et des Médias a retenu la vente de Sky News au géant américain du divertissement Disney ou à "tout autre acheteur acceptable", assorti de l'engagement d'un financement approprié de cette chaîne à moyen terme.

Dans son communiqué mercredi, Fox avait indiqué que le ministère devait rendre sa décision finale sur ce sujet d'ici jeudi.

Avant même que Comcast ne surenchérisse, George Salmon, analyste chez Hargreaves Lansdown, avait relevé que l'offre de Fox était "un peu inférieure à ce que certains anticipaient" et qu'il y avait "toutes les chances que Comcast contre-attaque de nouveau".

Le rachat de Sky est par ailleurs compliqué par le fait qu'aux Etats-Unis, la bataille fait rage entre Disney et Comcast pour racheter un pan important du groupe Fox.

Fin juin, Disney a obtenu le feu vert des autorités de la concurrence américaines pour le rachat de l'essentiel de Fox à condition de vendre des chaînes sportives.

Ceci ouvre la voie à la création d'un mastodonte: Disney possède à Hollywood la saga Star Wars ou les super-héros Marvel, les chaînes du groupe ABC et surtout les sportives ESPN. Il veut mettre la main sur les studios de cinéma 20th Century Fox, la chaîne de télévision National Geographic, la participation de Fox dans le service de streaming Hulu et, au Royaume-Uni, dans Sky.

La chaîne de télévision câblée américaine Fox News, le Wall Street Journal et l'agence d'informations DowJones, autres propriétés de la famille Murdoch, n'en font en revanche pas partie et constitueraient l'essentiel d'un nouveau groupe "Fox" aminci.

Disney a mis 71,3 milliards de dollars sur la table dans cette opération mais Comcast, qui a déjà déposé une première offre sur Fox, pourrait surenchérir d'après la presse américaine.

Comcast a dans son escarcelle NBC, USA Network, CNBC ou encore les studios Universal et DreamWorks, sans compter ses activités d'opérateur internet.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...