En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+0.00 %
4 834.5
+0.76 %
SBF 120 PTS
3 820.27
-
DAX PTS
10 780.51
-
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.00 %
1.132
+0.04 %

Après Berlin, Macron en Belgique pour une rare visite d'Etat

| AFP | 276 | 5 par 1 internautes
Emmanuel Macron à Berlin, le 18 novembre 2018
Emmanuel Macron à Berlin, le 18 novembre 2018 ( Odd ANDERSEN / AFP )

Après Berlin dimanche, Emmanuel Macron entame lundi une visite de deux jours en Belgique, une rare visite d'Etat qui vise à approfondir les bonnes relations franco-belges, au moment où l'UE traverse des turbulences liées à la montée des populismes.

Cette visite arrive après la polémique déclenchée par la récente décision de la Belgique d'acheter des avions de chasse américains F-35 au lieu d'appareils européens. Un choix qui avait été "regretté" par Emmanuel Macron et jugé contraire "aux intérêts européens".

Mais Paris veut tourner la page. "C'est un choix souverain du gouvernement belge", a affirmé l'Elysée avant la visite.

L'amertume a été en partie effacée par l'annonce par Bruxelles de l'achat de plus de 400 blindés français pour environ 1,5 milliard d'euros.

Entre les deux pays, les frictions sont d'autant plus visibles qu'elles sont rares, et les relations sont jugées "excellentes" par Paris.

- "Voisin, ami, cousin" -

"Nos voisins, nos amis, nos cousins", titrait samedi La Libre Belgique dans un éditorial, estimant que les deux pays "s'enlacent humainement, économiquement, spirituellement".

Cette proximité semble presque trop évidente pour être fréquemment célébrée. Ainsi, les deux capitales sont bien en peine de retrouver le souvenir d'une précédente visite d'Etat, le plus haut niveau protocolaire.

Pour les Belges, elle remonte à près d'un demi-siècle, lors de la venue de Georges Pompidou en 1971. Mais le protocole français l'a classée parmi les visites officielles et non d'Etat.

Pour Emmanuel Macron, cette visite s'inscrit aussi dans sa tournée de tous les pays de l'Union européenne: il en a déjà visité 19 sur 27 depuis son arrivée au pouvoir il y a un an et demi.

Alors que l'UE est confrontée à une hostilité croissante au projet européen et qu'un sommet dimanche prochain devrait entériner un accord sur la sortie du Royaume-Uni, cette visite "permettra aussi aux dirigeants des deux pays de dire haut et fort leur passion pour l'Europe", espérait samedi La Libre Belgique.

Dimanche à Berlin, à six mois des élections euopéennes, M. Macron a mis la pression sur Angela Merkel en demandant une refondation de l'Europe face au risque de "chaos mondial".

Lors de la visite en Belgique, dont la capitale accueille nombre d'institutions européennes, le thème de l'Europe sera au centre d'un débat mardi avec des étudiants de l'université de Louvain-La-Neuve en Wallonie, en présence de M. Macron et du Premier ministre belge Charles Michel.

Agés de 40 et 42 ans, les deux hommes affichent très souvent leur bonne entente lors des conseils européens.

- Une autre image de Molenbeek -

Accompagné de son épouse Brigitte, Emmanuel Macron sera accueilli lundi en fin de matinée par le roi Philippe et la reine Mathilde, devant le Palais royal à Bruxelles.

Avant un banquet royal le soir, les deux couples visiteront le musée des Beaux-Arts de Gand pour admirer la rénovation d'un chef-d'oeuvre mondialement connu, "L'Agneau mystique", peint au début du XVe siècle par les frères Van Eyck. Une occasion pour Emmanuel Macron de saluer la Flandre, dont les liens sont moins proches avec la France, essentiellement pour des raisons linguistiques.

Il abordera lundi à Bruxelles les dossiers frontaliers, politiques et économiques avec Charles Michel, libéral francophone qui dirige depuis 2014 un gouvernement de coalition de centre droit.

Cette visite sera aussi l'occasion de montrer mardi au président Macron un autre visage de Molenbeek, commune de l'agglomération bruxelloise devenue aux yeux du monde un fief de jihadistes après les attentats parisiens de novembre 2015, car plusieurs de leurs auteurs en étaient originaires.

Emmanuel Macron et le roi Philippe y seront accueillis à l'espace de coworking LaVallée, qui héberge environ 150 jeunes artistes et entrepreneurs des métiers de la culture.

Emmanuel Macron terminera son déplacement par une rencontre avec un échantillon des quelque 250.000 Français installés outre-Quiévrain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Xilam Animation dit avoir réalisé une série impressionnante de pré-ventes mondiales pour la diffusion de sa nouvelle série d'animation, Mister Magoo, d'après le dessin animé classique du même…

Publié le 12/12/2018

A la suite d’un appel d’offres lancé par Bouygues Telecom, Axione, filiale de Bouygues Construction, et son partenaire financier Mirova signent un nouveau contrat de déploiement et…

Publié le 12/12/2018

Total et le ministère du Pétrole, de l'Energie et des Mines de Mauritanie ont signé un accord octroyant à Total deux nouveaux contrats d'exploration et de production portant sur les blocs C15 et…

Publié le 12/12/2018

DBV Technologies a annoncé aujourd'hui qu'une présentation orale évaluant les différences du profil immunitaire de la peau d'individus sains selon les zones du corps avait été présenté par le…

Publié le 12/12/2018

Altamir a annoncé la cession du solde de sa participation dans Albioma au groupe Impala - groupe diversifié qui emploie plus de 6 000 personnes dans l’énergie, l’industrie, les marques et la…