En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.85 PTS
+0.26 %
5 170.00
+0.23 %
SBF 120 PTS
4 104.53
+0.27 %
DAX PTS
11 340.14
+0.27 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.00 %
1.133
-0.04 %

Après Altran, Airbus à son tour visé par une cyber-intrusion

| AFP | 312 | Aucun vote sur cette news
Le site d'assemblage de l'Airbus A380 à Blagnac en Haute-Garonne, le 21 mars 2018
Le site d'assemblage de l'Airbus A380 à Blagnac en Haute-Garonne, le 21 mars 2018 ( PASCAL PAVANI / AFP/Archives )

Et de deux: après le spécialiste du conseil en technologie Altran lundi, le groupe aéronautique européen Airbus a annoncé à son tour mercredi avoir été victime d'une intrusion dans son système informatique.

Le groupe a "détecté un cyber-incident dans les systèmes informatiques d'Airbus Commercial Aircraft, qui a résulté en un accès non autorisé à des données. Il n'y a pas d'impact sur les opérations commerciales d'Airbus", a-t-il précisé dans un communiqué.

Si, pour l'heure, aucune information industrielle ne semble avoir été récupérée lors de cette intrusion, "certaines données à caractère personnel ont été consultées", a ajouté l'avionneur. "Il s'agit essentiellement de coordonnées professionnelles et d'identifiants d'employés d'Airbus en Europe."

Les experts du groupe réalisent désormais "une étude approfondie" afin de "déterminer si certaines données particulières étaient ciblées".

Airbus, qui a réalisé 59 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2017, emploie près de 130.000 personnes dans le monde et est présent non seulement dans le secteur des avions de ligne mais également dans la défense, l'industrie spatiale et les hélicoptères.

S'il se confirme que l'attaque contre Airbus n'a pas entraîné de perte de données majeures, il n'en reste pas moins qu'elle intervient juste après un autre incident, ayant visé lundi une autre très grande entreprise, Altran, qui emploie près de 46.000 personnes dans plus de 30 pays.

Altran avait souligné que l'attaque n'avait donné lieu à "aucun vol de données" ni "aucun cas de propagation de l'incident à des clients". Mais elle l'avait touché dans "une grande partie des pays européens, y compris la France", et le groupe avait dû déconnecter son système informatique et ses applications afin de protéger ses clients.

Obligation d'information

Altran avait été ciblé par un virus chiffrant les fichiers des ordinateurs sur lesquels il est présent, comme un rançongiciel, mais du fait de la pratique de partage de réseaux très courantes dans les grandes entreprises, "il peut vite en arriver à chiffrer tous les fichiers des serveurs centraux", estimait alors Ivan Fontarensky, qui dirige le service de renseignement d'intérêt cyber de Thalès.

Le cas d'Airbus semble différent, puisque les premiers éléments fournis par le groupe semblent privilégier la tentative de récupération de données plutôt que le blocage des capacités de l'avionneur.

Dans un cas comme dans l'autre, l'information a rapidement été donnée après l'attaque, une approche nouvelle imposée par le règlement général sur la protection des données (RGPD) entré en vigueur fin mai.

Ce dernier oblige en effet les entreprises victimes de graves intrusions ou cyber-attaques à alerter, dans les 72 heures après la découverte d'une fuite de données personnelles, les personnes affectées et les autorités de leur pays -- en l'occurrence en France la Commission nationale informatique et liberté (Cnil).

"L'entreprise est en contact avec les autorités réglementaires et les autorités de protection des données compétentes, conformément au RGPD", a ainsi confirmé Airbus mercredi dans son communiqué.

Cette obligation de rapidité d'information vise à mettre fin au secret entourant jusqu'ici ces attaques, mais peut également donner l'impression que ces dernières se multiplient.

Beaucoup d'experts estiment néanmoins que les alertes vont dans tous les cas se multiplier dans les prochaines années du fait de la numérisation croissante de l'économie et du recours de plus en plus important à l'informatique, dans tous les secteurs de la société.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

Les marchés européens progressent légèrement alors que Wall Street est pour le moment attendu inchangé. Après avoir été rassurés récemment par des commentaires positifs aussi bien du côté…

Publié le 20/02/2019

Mal embarqué en début de séance, Air France KLM grimpe désormais de près de 4% à 4,8 euros...

Publié le 20/02/2019

Mais un problème de taille critique

Publié le 20/02/2019

Bloc négocié

Publié le 20/02/2019

Bouygues grimpe de 2,30% à 31,50 euros en Bourse et signe la plus forte hausse du CAC 40, tiré par une note d’Oddo BHF, qui juge que le groupe diversifié est en "promotion". Le bureau…