En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 867.78 PTS
-0.17 %
4 870.00
-0.07 %
SBF 120 PTS
3 882.89
-0.15 %
DAX PTS
11 136.20
-0.62 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.137
+0.00 %

Amazon lance une "Boutique des producteurs" locaux français

| AFP | 681 | 5 par 1 internautes
Dans un centre de distribution Amazon à Saran, dans le Loiret, le 26 octobre 2018
Dans un centre de distribution Amazon à Saran, dans le Loiret, le 26 octobre 2018 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )

Amazon lance jeudi une "Boutique des producteurs", où des producteurs régionaux français proposeront près de 2.000 références aux millions de clients du géant du commerce en ligne en Europe.

Cette boutique est très ciblée pour l'instant sur des produits traditionnellement vendus lors des fêtes (huître, foie gras, chocolat, alcools, etc.)

Amazon fait valoir dans un communiqué qu'elle permettra à des dizaines de producteurs locaux de "développer (leur) activité".

Les produits seront vendus en France et en Europe, sachant que chaque producteur conservera "la maîtrise de (son) catalogue, de (son) stock et de (sa) politique de prix", précise le géant américain.

"Nombre d'entreprises du monde agricole ont encore du mal à s'inscrire dans l'économie numérique", d'où l'idée de cette boutique, souligne Patrick Labarre, directeur de la "place de marché" (marketplace) Amazon.fr, cité dans le communiqué.

Concrètement, les producteurs auront le choix entre gérer eux-mêmes l'expédition de leurs produits ou choisir l'option "expédié par Amazon".

Pour être référencé dans cette "Boutique des producteurs", le géant américain demande à chacun un abonnement mensuel de 39 euros, les trois premiers mois étant gratuits. Amazon percevra ensuite une commission allant de 8% à 15% par produit expédié, calculé selon le poids du colis.

Parmi les producteurs présents sur cette nouvelle plateforme, la chocolaterie Bellanger, une PME de 39 salariés basée au Mans et qui possède déjà sa propre boutique en ligne depuis douze ans.

Pourquoi alors aller en plus sur Amazon? "Pour nous, c'est clairement un galop d'essai, a expliqué à l'AFP Vianney Bellanger, le gérant de la société. Mais on ne fermera pas pour autant notre site", qui propose du "click and collect" local et régional, ce que ne fait pas Amazon.

M. Bellanger a souligné qu'il entendait profiter avant tout de l'audience d'un site "qui phagocyte plus de 50% du trafic sur internet".

Pour lui, ce type de démarche sonne peut-être "le début de la fin des petits sites de e-commerce dans les deux-trois ans à venir", les ventes sur internet risquant de se concentrer à terme sur les "plus gros".

Dans son communiqué, Amazon cite d'autres producteurs locaux ayant adhéré à sa démarche, tels Victor Mazoyer, directeur de Toutengros, boucherie de père en fils située à Montélimar, qui concède que "vendre sur Internet, ce n'est pas notre métier".

"Aujourd'hui, plus de 10.000 entreprises françaises vendent sur Amazon, emploient plus de 10.000 personnes pour supporter leurs activités de vente sur le site et ont réalisé un chiffre d'affaires à l'export dépassant les 250 millions d'euros en 2017", précise le géant américain.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 21/01/2019

Au titre de son troisième trimestre 2018/2019, Oeneo affiche un chiffre d’affaires de 65,7 millions d’euros, en hausse de 15,6% (+12,8% à périmètre et taux de change constants). Une…

Publié le 21/01/2019

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 21/01/2019

Soitec a réalisé son point d’activité au titre de son troisième trimestre 2018-2019 (clos fin décembre). Ainsi, le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a dévoilé un chiffre d`affaires…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Vicat annonce avoir conclu son accord d’acquisition avec les actionnaires de la société Ciplan (Cimento do Planalto), au Brésil. Dans ce contexte, Vicat détient désormais une…