En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
+0.03 %

Amazon: l'attribution du mégacontrat du Pentagone à Microsoft n'est pas "objective"

| AFP | 949 | 5 par 1 internautes
Amazon says the Pentagon's procurement process that gave the US military's  billion JEDI cloud computing contract to Microsoft included
Amazon says the Pentagon's procurement process that gave the US military's billion JEDI cloud computing contract to Microsoft included "clear deficiencies, errors, and unmistakable bias" ( SAUL LOEB / AFP )

Amazon a contesté jeudi l'attribution par le Pentagone à Microsoft d'un mégacontrat de stockage de données en ligne (cloud) de 10 milliards de dollars, pour lequel le géant du commerce en ligne et leader du marché était considéré comme favori.

"De nombreux aspects du processus d'évaluation du contrat comportaient des lacunes évidentes, des erreurs et des préjugés sans équivoque. Il est important que ces questions soient examinées et rectifiées", a indiqué un porte-parole d'Amazon.

Le contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), qui s'étend sur une durée de dix ans, vise à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines dans un système géré par intelligence artificielle.

Amazon a déclaré avoir notifié un tribunal la semaine dernière de son intention de contester la façon dont l'appel d'offres a été géré. Le ministère de la Défense maintient que l'évaluation a été menée de façon impartiale.

La division Amazon Web Services (AWS) domine le secteur du "cloud computing". Elle fournit notamment déjà des serveurs sécurisés à d'autres organismes gouvernementaux américains, dont la CIA.

"AWS a une expérience unique et les qualités nécessaires pour fournir à l'armée américaine les technologiques essentielles dont elle a besoin. Nous restons engagés à soutenir les efforts de modernisation du ministère de la Défense", a détaillé l'entreprise.

"Envoyer paître Amazon"

Jeff Bezos au Congrès astronautique international à Washington le 21 octobre 2019
Jeff Bezos au Congrès astronautique international à Washington le 21 octobre 2019 ( MANDEL NGAN / AFP )

"Nous pensons qu'il est tout aussi essentiel pour notre pays que le gouvernement et ses dirigeants élus attribuent les contrats de façon objective et sans influence politique", a ajouté le porte-parole.

Le Pentagone avait annoncé en août le report de son appel d'offres en attendant le feu vert du nouveau secrétaire à la Défense, Mark Esper.

Il a été nommé par le président Donald Trump, qui est en mauvais termes avec Amazon et avec son fondateur Jeff Bezos, par ailleurs propriétaire du Washington Post, cible de violentes critiques du milliardaire républicain.

D'après James Mattis, l'ancien secrétaire d'Etat américain à la Défense, Donald Trump lui avait dit "d'envoyer paître Amazon" lors d'une discussion sur ce contrat.

Ces propos ont été rapportés par Guy Snodgrass, un proche de James Mattis, dans un livre paru en octobre. James Mattis a quitté son poste en décembre 2018, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump.

En juillet dernier, Donald Trump a indiqué lors d'une conférence de presse qu'il avait demandé à des conseillers d'enquêter sur le contrat JEDI, affirmant que des entreprises concurrentes avaient du fil à retordre avec Amazon.

"Je reçois des plaintes considérables au sujet de ce contrat avec le Pentagone et d'Amazon... Elles disent qu'il y a des problèmes au niveau de la compétition", avait-il déclaré.

Microsoft n'avait pas répondu aux requêtes de l'AFP jeudi soir.

Le ministre américain de la Défense Mark Esper a réfuté vendredi les critiques d'Amazon sur le processus d'attribution du contrat. "Je suis convaincu que cela a été mené librement et manière juste, sans influence extérieure", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse à Séoul.

"Oeil au beurre noir"

Satya Nadella, le patron de Microsoft
Satya Nadella, le patron de Microsoft ( GABRIEL BOUYS / AFP/Archives )

Ce contrat pourrait avoir un impact de fond sur le marché des services d'informatique à distance, en pleine croissance.

Au troisième trimestre 2019, le marché des services de cloud mondial représentait 27,5 milliards de dollars, 37% de plus qu'il y a un an, d'après le cabinet de consultants et d'études Canalys.

Amazon Web Services comptait pour 33% de ce marché, suivi par Microsoft Azure (14,5%) et Google Cloud (5,6%).

"Mais la croissance d'AWS ralentit", note Canalys, "tandis qu'Azure a grandi beaucoup plus rapidement, de 59% en un an".

La décision d'Amazon de contester l'attribution "va faire du bruit et entraîner des délais pour ce contrat", constate Daniel Ives. Mais cet analyste de Wedbush ne pense pas que le contrat puisse changer de mains à ce stade.

"Microsoft va conserver le titre de vainqueur de cette bataille durement menée depuis un an, et cela va rester un oeil au beurre noir pour Amazon et (son patron) Bezos", commente-t-il.

Ce contrat "change la donne en faveur de Microsoft avec un effet d'entraînement pour des années", estime l'analyste, qui pense que le groupe de Satya Nadella est désormais bien placé pour remporter une part plus importante qu'Amazon "du prochain trillion de dollars qui devrait être dépensé dans le cloud pendant les dix prochaines années".

Les deux rivaux n'ont en effet pas fini de s'affronter aussi bien pour les contrats privés que publics. Daniel Ives évalue ainsi à 100 milliards de dollars la valeur cumulée des opportunités à venir dans les services de cloud pour le gouvernement américain.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Deux des principaux actionnaires de PSA Groupe, la famille Peugeot et la banque publique BPI, auraient demandé des assurances sur la gouvernance du nouvel ensemble en cas de départ de Carlos…

Publié le 13/12/2019

Deux des principaux actionnaires de PSA Groupe, la famille Peugeot et la banque publique BPI, auraient demandé des assurances sur la gouvernance du nouvel ensemble en cas de départ de Carlos…

Publié le 13/12/2019

Au cours du 1er semestre de l'exercice 2019/2020, les discussions engagées avec les créanciers du Groupe afin de restructurer les dettes se sont poursuivies, avec différentes avancées positives...

Publié le 13/12/2019

L'action Digigram est sur un dernier cours de 0,61 euro...

Publié le 13/12/2019

Depuis le début de l'année, le trafic de Paris Aéroport est en progression de +2,8% avec un total de 99,9 millions de passagers...