En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.76 PTS
+0.73 %
4 877.00
+0.82 %
SBF 120 PTS
3 886.95
+0.72 %
DAX PTS
11 130.96
+0.54 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.134
-0.35 %

Alstom: General Electric ne tiendra pas ses engagements en termes d'emploi

| AFP | 456 | 5 par 1 internautes
Logo de General Electric le 21 novembre 2017 sur le site de production de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique)
Logo de General Electric le 21 novembre 2017 sur le site de production de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le groupe américain General Electric (GE) a annoncé au gouvernement qu'il ne tiendrait pas son engagement de créer 1.000 emplois en France d'ici la fin 2018, comme promis lors du rachat de la branche énergie d'Alstom il y a quatre ans, a indiqué jeudi Bercy.

Le ministre des Finances Bruno Le Maire, qui a reçu le patron de GE John Flannery à Bercy, a "regretté" cette décision et demandé au groupe, qui n'avait créé que 323 emplois en France à la fin avril, de prendre "désormais toutes les dispositions nécessaires pour s'y conformer au mieux".

Le nouveau PDG de GE a expliqué au ministre de l'Economie Bruno Le Maire que son entreprise était "confrontée à un environnement difficile du fait de l'évolution défavorable de ses marchés historiques dans le secteur de l’énergie", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Dans ces conditions, le patron de GE a annoncé au gouvernement français que l’engagement pris par son groupe de créer 1.000 emplois nets d'ici la fin de l’année 2018 "était désormais hors d’atteinte".

Le ministre des Finances Bruno Le Maire, ici le 12 juin 2018 à Paris
Le ministre des Finances Bruno Le Maire, ici le 12 juin 2018 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le ministre a rappelé à M. Flannery que "les engagements qui ont été pris par GE (...) sont d'une grande importance pour le gouvernement, et qu’il se doit de veiller à leur concrétisation".

M. Le Maire a également demandé au PDG que des "perspectives claires soient données pour les années à venir à chacun des sites industriels de GE en France, qui permettent d’assurer la pérennité de l’activité et des emplois associés".

GE a réagi peu après dans un communiqué, assurant qu'il "continuera à travailler en étroite collaboration avec le ministère de l’Economie et des Finances sur les engagements pris lors de l'acquisition des activités réseaux et énergie d’Alstom".

Son PDG avait prévenu en novembre que la performance du pôle énergie d'Alstom, acquis en 2015 pour 13,5 milliards de dollars, était "très décevante" et s'était dit prêt à rencontrer Bruno Le Maire pour en parler. M. Flannery a succédé l'an dernier à Jeff Immelt, qui avait mené à bien l'acquisition de la branche énergie d'Alstom en 2014.

GE avait obtenu le feu vert du gouvernement en juin 2014 de racheter la branche énergie d'Alstom, comme le souhaitait le PDG du groupe français à l'époque Patrick Kron, au terme d'un bras de fer avec le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, qui avait à l'époque défendu un rapprochement avec l'allemand Siemens.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE Clermont-Ferrand, le 24 janvier 2019       COMPAGNIE GÉNÉRALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN     Jean-Dominique Senard devient Président de Renault et…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics (+9,16% à 13,645 euros) domine aisément l’indice CAC 40 à la faveur de perspectives 2019 rassurantes. Le fabricant de semi-conducteurs anticipe en effet une accélération de…

Publié le 24/01/2019

Eurazeo annonce céder à AXA sa participation de 22 % au capital de Capzanine, société de gestion européenne indépendante spécialisée dans l’investissement privé. Cette transaction…

Publié le 24/01/2019

Tikehau Capital, groupe de gestion d’actifs alternatifs et d’investissement, a annoncé la cession de sa participation au capital de Spie batignolles, acteur majeur dans les métiers du bâtiment,…