En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
-
5 443.00
-
SBF 120 PTS
4 358.59
-
DAX PTS
12 765.94
+0.82 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
-0.19 %
Nikkei PTS
22 826.19
+0.14 %

Un rapprochement entre Alstom et Siemens semble se dessiner

| AFP | 491 | Aucun vote sur cette news
Le siège d'Alstom à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le groupe a confirmé des discussions avec Siemens sur un
Le siège d'Alstom à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Le groupe a confirmé des discussions avec Siemens sur un "possible rapprochement" dans les transports ( PATRICK KOVARIK / AFP/Archives )

Le scénario d'un rapprochement entre le français Alstom et l'allemand Siemens, évoqué puis avorté en 2015, semble cette fois se dessiner, puisque le producteur du TGV a confirmé vendredi des "discussions en cours" sur "un possible rapprochement" dans le secteur ferroviaire.

Dans un communiqué de presse diffusé vendredi, "Alstom confirme l'existence de discussions avec Siemens relatives à un possible rapprochement entre Alstom et la division Mobility de Siemens".

Le groupe souligne toutefois qu'"aucune décision finale n'a été prise, les discussions sont en cours et aucun accord n'a été conclu".

Il pourrait être annoncé mardi, date à laquelle est prévu un conseil d'administration d'Alstom, croit savoir Le Monde, mais Alstom n'a pas souhaité commenter cette information.

Selon le quotidien, "au moment où le président (Emmanuel) Macron plaide pour un renforcement de l'axe franco-allemand, cette alliance du type +Airbus du ferroviaire+ bénéficie du soutien des pouvoirs publics français. +Cette opération se discute entre la chancellerie et l'Elysée+, relate un bon connaisseur de l'opération".

"Un émissaire" de Paris a récemment rencontré la chancelière allemande Angela Merkel sur ce sujet, qui briguera dimanche un quatrième mandat et lui aurait donné "son feu vert pour approfondir le dossier", indiquent les Echos.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a estimé vendredi soir sur France Info "qu'une consolidation serait une très bonne chose".

"Je pense qu'on a besoin d'une consolidation dans le secteur ferroviaire" face à la montée en puissance d'entreprises en Chine, a-t-elle précisé.

Un rapprochement entre Siemens et Alstom avait déjà été étudié en 2015, mais le groupe français s'était finalement allié à l'américain General Electric, lui cédant son pôle énergie pour un montant de 9,7 milliards d'euros.

- Coentreprise -

Ce projet refait surface alors que le conglomérat allemand Siemens négocie depuis des mois avec le canadien Bombardier.

Des rumeurs de discussions entre les groupes ferroviaires européens sont régulièrement évoquées.

Siemens pourrait ainsi confier à Alstom ses activités ferroviaires "en échange d'une large part dans le groupe français", mais les deux groupes "pourraient aussi envisager des coentreprises", soit un scénario proche de celui discuté avec Bombardier, avec deux entreprises communes dans le matériel ferroviaire et la signalisation, selon l'agence Bloomberg.

Selon les informations du Monde, "Siemens, conseillé par BNP Paribas, envisage d'apporter à Alstom (épaulé par Rothschild) ses activités ferroviaires, à la fois le matériel roulant et l'activité signalisation. Ces apports seraient valorisés autour de 7 milliards d'euros. En échange, (Alstom) lancerait une augmentation de capital réservée au conglomérat allemand".

"Alstom pesant 7 milliards d'euros en Bourse, Siemens pourrait ainsi obtenir, selon la prime consentie par le groupe allemand et les valorisations retenues, entre 45% et 50% du capital du français", continue le quotidien du soir.

En mai, lors de la présentation des résultats annuels du groupe, le PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge avait jugé que la création d'un "Airbus du ferroviaire", qui regrouperait des constructeurs ferroviaires européens, "serait d'une complexité inouïe".

"Néanmoins, ça n'est pas parce que je conteste l'expression elle-même que je conteste l'idée qu'une certaine consolidation devra se passer (..) en Europe. Mais ça se fera progressivement", avait-il souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Le RevPar (Revenu par chambre) s'établit à 262,29 euros...

Publié le 18/07/2018

L'environnement de marché demeure très porteur pour Voltalia au Brésil...

Publié le 18/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/07/2018

Le chiffre d'affaires de HighCo au 1er semestre 2018 s'élève à 89 ME...

Publié le 18/07/2018

Forbes France a décerné à Esker le prix de la Croissance...