En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-
4 879.5
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
-
1.136
+0.02 %

L'Allemagne veut maintenir sa politique budgétaire rigoureuse

| AFP | 384 | Aucun vote sur cette news
La chancelière Angela Merkel lors de la séance inaugurale du nouveau Bundestag, la chambre basse du Parlement, à Berlin le 24 octobre 2017
La chancelière Angela Merkel lors de la séance inaugurale du nouveau Bundestag, la chambre basse du Parlement, à Berlin le 24 octobre 2017 ( STEFANIE LOOS / AFP )

Les partis politiques allemands qui négocient la formation d'un futur gouvernement ont franchi un premier pas important avec un accord de principe pour maintenir une politique budgétaire rigoureuse, avec absence de déficit, dans les années à venir.

Un accord de principe sur la future politique budgétaire et financière du gouvernement jusqu'en 2021 a été conclu dans la nuit de mardi à mercredi par les négociateurs des conservateurs de la chancelière Angela Merkel, des Libéraux du FDP et des écologistes.

Il est encore très fragile. Les partis n'en sont qu'au stade de discussions exploratoires et rien ne sera gravé dans le marbre tant qu'un accord global et final ne sera pas acté, ce qui ne devrait pas intervenir avant la fin de l'année.

Néanmoins, le fait qu'ils aient pu si vite trouver un compromis sur une question aussi sensible que la politique budgétaire constitue une surprise.

Les trois familles politiques "veulent un budget équilibré" au niveau fédéral durant le mandat à venir qui court jusqu'à l'automne 2021, indique un document adopté par la CDU de la chancelière, son allié bavarois CSU, le FDP et les Verts.

Le ministre des Finances, Wolfgang Schauble, donne une conférence de presse lors des réunions de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international, à Washington le 13 octobre 2017
Le ministre des Finances, Wolfgang Schauble, donne une conférence de presse lors des réunions de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international, à Washington le 13 octobre 2017 ( Eric BARADAT / AFP/Archives )

Elles entendent ainsi poursuivre la politique orthodoxe incarnée ces dernières années par l'ancien ministre des Finances Wolfgang Schäuble, qui a fait de l'absence de déficits l'alpha et l’oméga de sa politique. L'Allemagne dégage même depuis plusieurs années de confortables excédents budgétaires.

L'engagement des partis porte non seulement sur le gouvernement fédéral mais aussi sur les comptes publics allemands dans leur ensemble, c'est-à-dire en incluant les Etats régionaux et les caisses de sécurité sociale publiques.

Ils se sont en effet également entendus pour respecter le "frein à l'endettement" inscrit dans la Constitution du pays. Celui-ci stipule que les comptes publics globaux doivent rester à l'équilibre, ou dans le pire des cas ne pas dépasser un déficit de 0,35% du PIB.

- 'Résultat particulièrement positif' -

Cet accord de principe risque de ne pas être apprécié par les principaux partenaires européens de l'Allemagne, comme la France, ou le Fonds monétaire international (FMI), qui depuis des années réclament à l'Allemagne qu'elle dénoue les cordons de la bourse pour soutenir davantage la demande et la croissance européenne dans son ensemble.

Suite aux élections législatives de fin septembre remporté par le parti d’Angela Merkel, et à la décision des sociaux-démocrates de passer dans l’opposition, les conservateurs n’ont pas d’autre choix arithmétiquement que de tenter de former une coalition avec les Libéraux et les Verts pour avoir une majorité à la chambre des députés.

La chancelière allemande Angela Merkel et le secrétaire général de la CDU Peter Tauber, à Berlin le 18 octobre 2017
La chancelière allemande Angela Merkel et le secrétaire général de la CDU Peter Tauber, à Berlin le 18 octobre 2017 ( Bernd Von Jutrczenka / dpa/AFP )

Les négociations budgétaires en particulier s’annonçaient au départ compliquées, entre les conservateurs attachés à l’héritage de Wolfgang Schäuble, des Libéraux eux aussi favorables à l’équilibre des comptes mais réclamant dans le même temps des baisses d’impôts et donc des coupes dans les dépenses pour compenser, et les Verts partisans de davantage d’investissements publics.

"Cela a été une longue soirée de négociation mais cela en a valu la peine", a commenté le secrétaire général de la CDU Peter Tauber.

La représentante du FDP Nicola Beer a parlé elle d’un "résultat particulièrement positif" et indiqué que divers allègements d’impôts étaient prévus en particulier pour les familles et les revenus modestes.

Les partis se sont aussi entendus pour mettre fin progressivement au financement par l’impôt de subventions spécifiques bénéficiant depuis 1990 aux régions de l’ex-RDA.

Le négociateur des Verts, Jürgen Trittin, s’est lui montré plus prudent. Le résultat a été obtenu "à la condition de trouver un financement" pour l’ensemble de la politique du futur gouvernement, dont les différents axes doivent encore être discutés.

Les trois partis doivent s’attaquer mercredi et jeudi aux questions européennes.

Ils sont tous unis "pour envoyer un signal pour une Europe plus forte" mais "il y a encore des avis très différents quant aux moyens nécessaires", a dit un responsable des Verts, Michael Kellner.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...