5 614.51 PTS
-
5 546.0
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 475.40
-
DAX PTS
13 077.72
-0.28 %
Dowjones PTS
24 715.09
+0.00 %
6 866.25
-0.51 %
Nikkei PTS
22 959.71
+0.13 %

Allemagne: premier pas sous condition vers la semaine de 28 heures

| AFP | 250 | Aucun vote sur cette news
Des membres du syndicat de branche IG Metall lors d'une manifestation à Munich, le 2 février 2018
Des membres du syndicat de branche IG Metall lors d'une manifestation à Munich, le 2 février 2018 ( Lino Mirgeler / dpa/AFP/Archives )

Les salariés de la métallurgie allemande vont avoir le droit de réduire leur temps de travail à 28 heures par semaine, sans compensation salariale et pour un temps limité toutefois.

Un accord de branche en ce sens, à forte portée symbolique dans la première économie européenne, a été annoncé dans la nuit de lundi à mardi par le syndicat et les employeurs du secteur.

La fédération des employeurs de ce secteur, qui comprend notamment l'industrie automobile, a parlé dans un communiqué d'un "compromis supportable" mais contenant des "éléments douloureux".

L’accord a été conclu après des semaines de négociations et en parallèle de débrayages dans les usines de la part du syndicat de branche IG Metall, pour soutenir ses revendications, portant notamment sur davantage de flexibilité pour les salariés dans la définition de leur temps de travail.

- Ouverture -

Sur ce dernier point, ils ont obtenu une ouverture importante avec la généralisation du droit au temps partiel à 28 heures par semaine.

Dorénavant, les salariés du secteur, ayant au moins 2 ans d’ancienneté dans leur entreprise, pourront demander à bénéficier de cette réduction de leur temps de travail pour une durée comprise entre 6 et 24 mois, à l'issue de laquelle ils auront la garantie de pouvoir retrouver leur poste à temps plein.

Il s'agit d'une avancée pour le syndicat de branche IG Metall. En revanche ce dernier n'a pas pu obtenir satisfaction d'une autre de ses revendications clés: que les salariés concernés bénéficient dans le même temps d'une compensation financière partielle de leur employeur pour le manque à gagner. Il s'agira donc d'un temps partiel strict.

Seules certaines catégories d’employés, ceux élevant des enfants en bas âge, devant s’occuper de parents âgés dépendants ou travaillant de manière postée, pourront demander à transformer des hausses salariales prévues en journées de congés supplémentaires, et donc à compenser un peu indirectement leur temps partiel, s’ils choisissent de passer aux 28 heures.

"L’accord marque un revirement sur la question du temps de travail", a estimé le président d’IG Metall Jörg Hofmann.

"Pendant trop longtemps la flexibilité du temps de travail a été un privilège des employeurs" et "dorénavant les salariés auront le droit d’opter pour un temps de travail réduit, pour eux-mêmes, leur santé ou leur famille", a-t-il ajouté.

"Cela va aider les salariés à mieux combiner vie professionnelle et vie privée", a souligné de son côté la fédération patronale du secteur dans un communiqué. Mais "avec cette solution nous avons fait en sorte que la revendication initiale d'IG Metall d'une compensation financière" pour le temps partiel "ne soit pas retenue", a-t-elle ajouté.

- Hausse salaire de 4,3% -

Le patronat a aussi obtenu en échange davantage de flexibilité pour augmenter le temps de travail à 40 heures par semaine pour les salariés qui le souhaitent, contre 35 heures en moyenne dans le secteur.

L'accord comprend aussi un volet complexe sur les salaires courant de janvier 2018 à fin mars 2020, soit 27 mois.

Il prévoit notamment une hausse de 4,3% à partir du 1er avril 2018 et une prime de 100 euros par personne pour les trois premiers mois de l’année. IG Metall réclamait 6% de revalorisation.

Pour 2019, une prime de 400 euros ainsi qu’une hausse de salaire annuelle correspondant à environ un quart du salaire mensuel ont aussi été décidées.

L’accord global a été conclu dans un premier temps à Stuttgart par les représentant des employeurs de la métallurgie et d'IG Metall dans la région de Bade-Wurtemberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Cette région, où se situent de nombreux constructeurs automobiles, a toutefois valeur de zone pilote pour l'ensemble du secteur de quatre millions de salariés, qui devrait reprendre à son compte le compromis dans les jours à venir.

Au-delà, les accords dans la métallurgie allemande ont historiquement valeur de baromètre pour l'ensemble de l'économie allemande, au moment où de nombreux secteurs, y compris les services et la fonction publique, mènent des négociations salariales.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/05/2018

  Information relative au nombre d'actions et de droits de vote prévue par l'article 223-16 du règlement général de l'Autorité des marchés…

Publié le 18/05/2018

Le démarrage du plan Dimension 2020 commence à porter ses fruits...

Publié le 18/05/2018

A l'issue de l'opération, le FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2018 détiendra 1,93% du capital...

Publié le 18/05/2018

L'assemblée a pris acte de la démission de son poste d'administrateur de Christian de Longevialle...

Publié le 18/05/2018

Paris, France - le 18 mai 2018 CGG annonce que l'homologation de son plan de sauvegarde par le Tribunal de commerce de Paris le 1er décembre 2017 a été confirmée par un arrêt…