En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-0.62 %
5 050.00
-0.62 %
SBF 120 PTS
4 049.60
-0.66 %
DAX PTS
11 524.34
-0.26 %
Dowjones PTS
25 249.59
-0.77 %
7 139.53
+0.45 %
1.147
-0.38 %

Alimentation: signature d'une charte pour des négociations commerciales loyales

| AFP | 320 | Aucun vote sur cette news
Signature d'une charte de bonne conduite pour les négociations dans l'alimentation
Signature d'une charte de bonne conduite pour les négociations dans l'alimentation ( LOIC VENANCE / AFP )

Les représentants des agriculteurs, de l'industrie agroalimentaire et de la distribution, dont Michel-Edouard Leclerc, ont signé mardi au ministère de l'Agriculture une "charte" de bonne conduite pour des négociations commerciales loyales, issue des engagements pris lors des Etats généraux de l'alimentation.

Cette charte, dont la signature avait été annoncée pour la semaine passée, a fait l'objet de nombreuses et laborieuses discussions: il y a eu 35 versions différentes du texte, souligne-t-on dans l'entourage du ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert.

A l'arrivée, outre les principaux syndicats agricoles, les Chambres d'agriculture, les coopératives et l'Association des industries agroalimentaires (Ania), toutes les grandes enseignes françaises de distribution, y compris Leclerc, font partie des signataires.

La question était justement de savoir qui la signerait, le ministre ayant indiqué qu'il souhaitait que tous les distributeurs la signent, y compris Michel-Edouard Leclerc, qui a fait cavalier seul lors des Etats généraux.

"Il ne manque personne autour de la table", s'est félicité mardi le ministre.

"Cette charte n'invente rien sur le fond: elle traduit de manière concrète et dans l'attente d'étapes à venir, l'état d'esprit nouveau qui a marqué la première phase" des Etats généraux, a-t-il indiqué. "Mais elle est profondément innovante en elle-même. C'est un accord historique".

A défaut d'être un document juridiquement opposable, elle est "un engagement qui vous engage, politiquement et moralement" a-t-il lancé aux signataires.

Equité, dignité et loyauté font partie des mots-clés des engagements de la charte, par laquelle les signataires s'engagent à "mettre en oeuvre, dès les négociations commerciales qui se sont ouvertes le 1er novembre, les principes des propositions économiques issues des travaux des premiers ateliers des États généraux de l'alimentation".

Les principales mesures sont la mise en place d'une contractualisation prenant en compte les coûts de production et le respect du "cadre législatif et réglementaire en vigueur et à venir, notamment en matière de seuil de revente à perte et de promotions". Toutefois aucun chiffre n'est spécifié tant sur le seuil de revente à perte que pour les promotions.

Les signataires s'engagent également à "veiller à la loyauté des relations, via notamment une meilleure transparence, un climat de respect mutuel entre les négociateurs et le respect des conditions commerciales librement négociées".

Emmanuel Macron a annoncé le 11 octobre à Rungis qu'une loi pour rééquilibrer les contrats commerciaux entre agriculteurs et distributeurs serait présentée et adoptée "au premier semestre 2018", via des ordonnances pour aller plus rapidement.

Toutefois, les mesures qu'elle mettra en place ne pourront pas concerner les négociations commerciales annuelles en cours, qui servent à définir les prix que la grande distribution affichera en 2018. D'où la signature d'une "charte" pour cette année.

En France, l'essentiel des prix payés par les consommateurs dans les supermarchés dépendent d'une rude négociation annuelle entre les représentants des producteurs et des centrales d'achat de la distribution, qui débute en novembre et s'achève en février.

Les Etats généraux de l'alimentation ont permis de mettre en lumière le profond déséquilibre qui existe entre les milliers d'organisations de producteurs, petits ou grands, et les quatre puissantes centrales qui dictent leur loi, forçant parfois des achats au-dessous des coûts de production d'agriculteurs au bord de la faillite.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

   Communiqué de Presse - Paris, le 22 octobre 2018     Danone confirme son objectif de croissance supérieure, durable et rentable     Le Séminaire Investisseurs de…

Publié le 22/10/2018

Paris, 22 octobre 2018, 18h   AB Science annonce avoir complété le recrutement de l'étude de phase 3 du masitinib dans le traitement de la maladie d'Alzheimer   Les…

Publié le 22/10/2018

    Notice sur les opérations de stabilisation   Paris, le 22 octobre 2018   Ne pas transmettre, diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement aux…

Publié le 22/10/2018

Anevia, éditeur de logiciels pour la distribution en OTT et IPTV de la télévision et de la vidéo en direct, en différé et à la demande (VOD), a annoncé la nomination de François Le Crom au…

Publié le 22/10/2018

Bigben a réalisé au deuxième trimestre 2018/19, clos en septembre, un chiffre d’affaires de 57,3 millions d'euros, en retrait de 8,9%. A périmètre comparable, hors acquisition du studio de…