5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.10 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
-0.07 %
Nikkei PTS
22 506.23
-0.83 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Alimentation: "on se trompe de manière de faire", selon Leclerc

| AFP | 101 | 4 par 1 internautes
Focaliser les enjeux autour de la question du prix
Focaliser les enjeux autour de la question du prix "n'est pas suffisante", a estimé Michel-Edouard Leclerc ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le distributeur Michel-Edouard Leclerc a de nouveau critiqué mercredi les Etats généraux de l'alimentation, où "on se trompe de manière de faire" en focalisant les enjeux autour de la question du prix, qui "n'est pas suffisante".

"La réponse par le prix n'est pas suffisante. Dans les domaines de la culture, de la santé, de la nutrition, le prix ne peut être le seul prisme de la réponse", a affirmé le patron de l'enseigne E.Leclerc à l'occasion de la présentation de son "observatoire des nouvelles consommations".

Le groupe de grande distribution a commandé une étude à l'institut Ipsos, pour démontrer que "de nouveaux critères entrent en ligne de compte dans les arbitrages des consommateurs".

"On aurait pu penser que les Etats généraux s'imprègnent et se servent de cette évolution du comportement des consommateurs" afin de pousser producteurs et distributeurs à "repositionner leur offre et créer des poches de valeur pour travailler vers une rémunération des agriculteurs", mais "ce n'est pas comme ça qu'on a posé le problème", a regretté Michel-Edouard Leclerc.

Le débat "a été posé aujourd'hui +prix ou pas prix+" et se trouve donc "déconnecté de l'évolution de la consommation et de l'acceptabilité par les consommateurs", a-t-il ajouté, estimant qu'"on se trompe sur la manière de faire".

Le remuant patron a déclenché une polémique en accusant la semaine dernière "certains industriels et des distributeurs" de préparer "des hausses de prix de 5% à 15% sur des milliers d'articles alimentaires (...) en marge des Etats généraux".

Une sortie qui a fait monter la tension, à une semaine du début des négociations commerciales annuelles avec les producteurs et de l'annonce, par le président de la République Emmanuel Macron, d'une série de mesures visant à mieux rémunérer les agriculteurs dans le cadre des Etats généraux.

"L'expression guerrière du prix n'est pas d'actualité. Je ne la revendique pas, on me l'attribue. Je ne suis pas un hard-discounter", s'est défendu Michel-Edouard Leclerc.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Selon des sources citées par 'La Tribune' et 'Reuters', le numéro deux d'Airbus pourrait démissionner de son poste de directeur adjoint à l'issue d'un conseil d'administration se tenant jeudi…

Publié le 14/12/2017

Un nouveau contrat d'offre globale de services...

Publié le 14/12/2017

L'édition 2018 du CES de Las Vegas se tiendra du 9 au 12 janvier...

Publié le 14/12/2017

David Jones est nommé Senior Vice-président, Digital Business Unit, Thales, avec effet au 8 décembre...

Publié le 14/12/2017

iSee permet l'obtention de données d'imagerie de haute qualité...

CONTENUS SPONSORISÉS