En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 801.55 PTS
+0.03 %
5 812.5
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 572.80
+0.09 %
DAX PTS
13 054.80
-0.65 %
Dow Jones PTS
27 676.76
+0.1 %
8 305.89
+0.11 %
1.110
+0.2 %

Alimentation: le Nutri-Score commence lentement à se faire une place dans les rayons

| AFP | 299 | 5 par 1 internautes
Deux ans après son introduction officielle, l'étiquetage nutritionnel simplifié Nutri-Score n'est présent que sur 5% des produits vendus en grande distribution, selon UFC-Que Choisir
Deux ans après son introduction officielle, l'étiquetage nutritionnel simplifié Nutri-Score n'est présent que sur 5% des produits vendus en grande distribution, selon UFC-Que Choisir ( LAURIE DIEFFEMBACQ / Belga/AFP/Archives )

Des acteurs de l'alimentation, de la restauration collective et de la distribution ont multiplié les initiatives mardi en faveur de l'étiquetage nutritionnel simplifié Nutri-Score, au moment où l'UFC-Que Choisir reprochait à l'industrie agroalimentaire de ne pas s'être suffisamment emparée de ce système qui donne au consommateur le choix de mieux manger.

"Deux ans après son introduction officielle, le Nutri-Score n'est présent que sur 5% des produits" vendus en grande distribution, estime l'association de consommateurs, qui demande à ce qu'il soit rendu obligatoire au niveau européen.

Déjà en place en France depuis l'automne 2017, mais de façon facultative en raison de la réglementation européenne actuelle, ainsi qu'en Belgique et en Espagne, ce système d'étiquetage attribue cinq lettres (A, B, C, D et E) et un code couleurs, du vert au rouge, en fonction de la qualité nutritionnelle de l'aliment.

"Si le Nutri-Score était affiché, les parents écarteraient beaucoup des aliments industriels destinés aux enfants", assure l'UFC, qui estime que "82% des consommateurs n'arrivent pas à lire le complexe tableau d'analyse nutritionnelle obligatoire", alors que le Nutri-Score, lui, permet "de faire comprendre en un clin d'œil leur mauvaise qualité nutritionnelle".

"Trop d'industriels continuent à saturer leurs produits de sucres et de matières grasses" notamment les céréales pour les petits-déjeuners des enfants, selon l'UFC qui indique que "les céréales +Chocapic+ et +Lion+ de Nestlé et +Coco Pops+ de Kellog's sont notées C", tandis que les "biscuits pour petit-déjeuner +Prince+ de LU-Mondelez, les céréales +Frosties+ et +Trésor+ de Kellog's écopent d'un D".

L'association "appelle l'opinion publique à se mobiliser en signant une pétition d'initiative citoyenne européenne () lancée en mai par plusieurs associations de consommateurs européens. Elle a rassemblé jusqu'ici environ 80.000 signatures.

Le géant agroalimentaire Nestlé, qui avait annoncé en juin l'adoption du Nutri-Score pour tous ses produits vendus en Europe sur une période de deux ans, a précisé mardi que le déploiement commencerait au premier semestre 2020 dans cinq pays: l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la France et la Suisse.

"En complément, Cereal Partners Worldwide, l'entreprise internationale conjointe entre Nestlé et General Mills, mettra l'étiquetage Nutri-Score sur les emballages de ses céréales du petit-déjeuner dans ces mêmes pays. Les deux sociétés sont prêtes à le mettre en œuvre dans les autres pays qui en feront la demande ou le notifieront à la Commission européenne", indique Nestlé dans un communiqué.

D'ici deux ans, "ce sont plus de 5.000 produits dans les cinq pays qui afficheront le Nutri-Score" dont 1.200 en France, soulignent les deux groupes.

"L'appliquer comme un filtre"

Par ailleurs, le premier groupe de distribution français E.Leclerc comme le géant de la restauration collective Elior ont annoncé leur adhésion au Nutri-Score.

À partir du 28 novembre, ce barème sera affiché sur le site E.Leclerc Drive "pour l'intégralité des produits alimentaires des marques distributeur et sur tous les produits alimentaires des marques nationales ayant communiqué les informations nutritionnelles nécessaires", ce qui représente "60% des produits alimentaires proposés sur le site", indique E.Leclerc dans un communiqué.

"Le Nutri-Score devient ainsi un critère de sélection pour les consommateurs qui y auront accès en un coup d'œil sur le site et pourront l'appliquer directement comme un filtre", souligne le distributeur.

"Aujourd'hui, 30% des produits soit plus de 1.500 MDD (marque de distributeur, NDLR) E.Leclerc alimentaires affichent déjà le Nutri-Score sur leur emballage. L'information sera affichée sur 100% des produits concernés fin 2020", ajoute-t-il.

Le groupe Carrefour avait pour sa part annoncé en septembre qu'il apposerait l'étiquetage Nutri-Score sur 7.000 de ses produits MDD d'ici à 2022.

Elior commencera lui dès 2020 à afficher la qualité nutritionnelle des repas servis dans les restaurants d'entreprise de ses clients via le Nutri-Score, une première dans la restauration collective, a annoncé mardi son directeur général Philippe Guillemot.

Le Nutri-Score sera affiché devant chaque entrée, plat et dessert, puis des enquêtes seront réalisées auprès des consommateurs, pour observer leurs choix.

Le groupe dit vouloir évaluer à terme l'ensemble de ses recettes, pour offrir "la possibilité à chacun de choisir son repas en fonction de la qualité nutritionnelle des aliments et du mode de préparation".

  1. www.pronutriscore.org

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/12/2019

Ces obligations sont remboursables en numéraire et/ou en actions DMS ou Hybrigenics...

Publié le 05/12/2019

Rendez-vous du 12 au 16 janvier à San Francisco...

Publié le 05/12/2019

Le bénéfice du joaillier a reculé plus que prévu et les ventes à magasins comparables sont elles aussi ressorties inférieures aux attentes du consensus.

Publié le 05/12/2019

Cette ligne de financement de 25 ME, qui avait pour objectif principal de financer le développement de DMS Group

Publié le 05/12/2019

Engie acquiert Renvico auprès de Macquarie Infrastructure and Real Assets (MIRA) et de KKR avec ses co-investisseurs. Le groupe renforce ainsi sa croissance dans l'éolien en Italie et en France...