En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Oxfam dénonce les pressions de la grande distribution sur le commerce alimentaire

| AFP | 955 | Aucun vote sur cette news
Le logo de l'ONG Oxfam
Le logo de l'ONG Oxfam ( Andy Buchanan / AFP/Archives )

Les supermarchés et la grande distribution mondiale utilisent leur gigantesque puissance d'achat pour réduire les prix et faire pression sur les agriculteurs et producteurs qui gagnent toujours moins depuis 20 ans, en France et dans le reste du monde, dénonce l'ONG Oxfam dans une étude internationale publiée jeudi.

"La grande distribution est devenue la gardienne du commerce alimentaire mondial", estime l'ONG, qui dénonce les "pressions continues" subies par les producteurs pour "qu'ils réduisent leurs coûts" tout en répondant "à des exigences de qualité des plus rigoureuses". Oxfam demande aux supermarchés de réorienter une partie de leurs bénéfices au bénéfice des producteurs.

Selon un calcul de l'ONG, les huit premières grandes surfaces du monde cotées en bourse ont réalisé quelque 1.000 milliards de dollars de ventes en 2016 et près de 22 milliards de bénéfices.

"Au lieu de réinvestir dans leurs fournisseurs, elles ont reversé la même année plus de 15 milliards de dollars de dividendes à leurs actionnaires", indique cette étude intitulée: "Derrière le code-barres, des inégalités à la chaîne".

En France, le géant Carrefour a réalisé en 2016 894 millions d'euros de bénéfices et reversé 510 millions d'euros de dividendes. "Si l'entreprise n'avait reversé ne serait-ce que 1% de ce montant aux ouvriers vietnamiens dans le secteur de la transformation de la crevette, plus de 14.200 d'entre eux auraient pu accéder à un revenu vital" souligne Oxfam.

La puissance d'achat du secteur, qui fait baisser continuellement les prix, exacerbe le risque de violations des droits de l'homme et des droits du travail: précarisation sans limite, enfants au travail, harcèlement, sont légion dans le secteur agricole et alimentaire, résume l'ONG.

- Des paysans ont faim... -

Entre le milieu des années 1990 et celui des années 2010, le prix des haricots verts du Kenya a ainsi baissé de 74% et celui du jus d'orange brésilien de 70%.

"Cette tendance a contribué au recul des prix payés aux paysans et producteurs qui désormais recouvrent à peine le coût de production", de plus en plus d'entre eux se voyant contraints d'abandonner leurs terres ou d'accepter des travaux précaires dans de grandes plantations.

Jusqu'au paradoxe le plus "cruel", régulièrement dénoncé par des organisations internationales comme la FAO ou les associations de commerce équitable: la faim chez les paysans et les travailleurs du secteur.

En France, une loi est en cours de discussion pour tenter de rééquilibrer le partage de la valeur entre ceux qui produisent et ceux qui vendent.

Au niveau mondial, l'étude illustre les disparités croissantes sur la répartition de la valeur en étudiant un panier-type contenant 12 produits allant des avocats du Pérou aux tomates du Maroc, en passant par des bananes d'Equateur.

Entre 1996 et 1998, les producteurs, qui touchaient en moyenne 8,8% du prix final du panier, ne recevaient plus que 6,5% vingt ans plus tard, en 2015.

- ...et des supermarchés grossissent -

Dans le même temps, la grande distribution voyait sa part gonfler à 48,3% du prix final contre 43,5% vingt ans avant.

Avec la croissance des discounteurs comme Aldi Nord, Aldi Sud et Lidl, et le rachat de Whole Foods en 2017 par Amazon, Oxfam craint une "ère nouvelle de réduction des coûts encore plus impitoyable" et une "accélération du nivellement par le bas des normes sociales et environnementales de la chaîne d'approvisionnement".

Pourtant, Oxfam estime qu'il est "tout à fait possible" que les "paysans et travailleurs gagnent un revenu minimum vital".

"Il suffirait d'investissements minimes" pour favoriser un partage plus équitable de la valeur, selon l'étude qui préconise notamment la fixation d'un prix minimum par les pouvoirs publics pour les produits agricoles de base.

En Europe, le rapport a été diversement accueilli. La fédération française du commerce (FCD) a préféré ne pas réagir officiellement.

Parmi les distributeurs allemands, le numéro un du pays Edeka a sèchement rejeté les "résultats et allégations d'Oxfam" dont il juge l'étude "pas transparente et incompréhensible". Aldi et Lidl en revanche ont mis en valeur leurs actions et leur engagement en faveur des producteurs dans la chaîne d'approvisionnement.

En Grande-Bretagne, l'association British Retail Consortium a salué les "recommandations d'Oxfam" en soulignant des engagements déjà pris pour améliorer la vie des communautés et la transparence de la chaine alimentaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…