5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.11 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Aléna: Canada, Etats-Unis et Mexique à nouveau autour de la table

| AFP | 180 | Aucun vote sur cette news
Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères (g), Ildefonso Guajardo, ministre mexicain de l’Économie (c) et Robert Lighthizer, représentant américain au Commerce, à Mexico le 5 septembre 2017
Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères (g), Ildefonso Guajardo, ministre mexicain de l’Économie (c) et Robert Lighthizer, représentant américain au Commerce, à Mexico le 5 septembre 2017 ( PEDRO PARDO / AFP/Archives )

Le troisième round de renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre le Mexique, le Canada et les Etats-Unis a démarré samedi à c dans une discussion appelée à durer tant les divergences sont importantes.

Après deux précédentes séances, respectivement à Washington et à Mexico, les négociateurs ont maintenant une feuille de route plus claire, même si les Américains font monter la pression, souvent avec le recours du président Donald Trump prêt à déchirer un accord de libre échange en vigueur depuis 23 ans.

Mais le Mexique comme le Canada ne vont pas céder sur des règles au seul profit de leurs concurrents américains et la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland répète qu'une modernisation de l'Aléna doit être un accord "gagnant, gagnant et gagnant".

Jusqu'à mercredi, les équipes d'experts vont reprendre "une série de propositions" élaborées par une vingtaine de groupes de travail lors de leur dernière rencontre à Mexico au début du mois.

Voulant faire bonne figure, Robert Lighthizer, représentant américain au Commerce (USTR), Chrystia Freeland et Ildefonso Guajardo, ministre mexicain de l’Économie avaient alors assuré avoir fait "des progrès importants".

Mais vendredi, à la veille de la reprise des discussions, le ministre américain du commerce Wilbur Ross a déploré, depuis le début de l'Aléna, la baisse de la part des pièces et composants d'origine américaine dans les produits manufacturés. Ce point sera sur la table particulièrement pour l'industrie automobile.

Echanges commerciaux entre les pays de l'Aléna
Echanges commerciaux entre les pays de l'Aléna ( Nicolas RAMALLO / AFP/Archives )

Autre motif de tension, le chapitre 19 de l'accord portant sur un comité de règlement des différends pour ce qui à trait aux droits compensatoires ou antidumping, un dispositif dont les Américains veulent se débarrasser.

Or il a été toujours favorable aux Canadiens dans le dossier du bois de construction exporté vers les Etats-Unis à des prix aidés selon les Américains par les droits réduits d'exploitation des forêts au Canada.

Les négociations se tiennent dans un climat peu favorable aux compromis avec par exemple la plainte du constructeur d'avions Boeing, accusant son concurrent canadien Bombardier de vendre à perte son avion CSeries à la compagnie américaine Delta Air Lines.

La décision du département américain du Commerce sur la possibilité de frapper Bombardier de droits antidumping est attendue mardi, en pleine séance de négociations de l'Aléna.

Sur ce point, le Premier ministre canadien a haussé le ton il y a quelques jours en menaçant de ne pas acheter d'avions de combats Boeing si le constructeur s'acharnait "à vouloir éliminer des dizaines de milliers d'emplois au Canada en s'attaquant à Bombardier".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Les deux plus hauts dirigeants du groupe vont le quitter. Guillaume Faury remplacera Fabrice Brégier...

Publié le 15/12/2017

Communiqué de presse Ecully, le 15 décembre 2017   Transfert des actions de Spineway sur le groupe de cotation E2 (offre au public) d'Euronext Growth…

Publié le 15/12/2017

Une partie de l'électricité est achetée par Kimberly-Clark...

Publié le 15/12/2017

Les syndicats du distributeur n'ont pas tous la même stratégie pour la fin de l'année. Mais tous attendent la direction au tournant dès 2018...

Publié le 15/12/2017

La production hydroélectrique augmentera à partir de 2020...

CONTENUS SPONSORISÉS