En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 428.09 PTS
-0.02 %
5 425.50
-0.06 %
SBF 120 PTS
4 345.60
-0.02 %
DAX PTS
12 529.88
-0.09 %
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Airbus tient conseil dans un climat délétère autour des affaires

| AFP | 348 | Aucun vote sur cette news
L'Allemand Tom Enders, patron d'Airbus, le 20 juin 2017 au Bourget près de Paris
L'Allemand Tom Enders, patron d'Airbus, le 20 juin 2017 au Bourget près de Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Airbus réunit son conseil d'administration jeudi dans un climat délétère en raison des affaires visant le groupe et des rumeurs sur l'avenir de ses plus hauts dirigeants, qui font craindre une déstabilisation du géant aéronautique, une situation suivie de près par Paris et Berlin.

Peu avant l'échéance, plusieurs articles de presse ont évoqué le départ de l'Allemand Tom Enders et de son numéro deux français Fabrice Brégier, ce qui a conduit le patron d'Airbus à réaffirmer mardi qu'il restait à la tête du géant jusqu'en 2019.

A Berlin, la porte-parole du ministère de l'Economie s'est refusée à toute spéculation après un article du Figaro mardi qui affirmait que Tom Enders ne briguerait pas un troisième mandat. "Je ne suis pas au courant d’une telle information", a déclaré Beate Baron. "Nous ne commentons pas, parce que nous ne participons pas à des spéculations de personnes", a-t-elle ajouté.

Quant à un éventuel changement à la tête d'Airbus, elle a estimé que "c'est une décision du conseil d'administration et de la société".

A Paris, on se contente d'indiquer que l'Etat reste vigilant sur les "dossiers industriels". "On ne va pas mettre tout sur la place publique, on va attendre la fin de l'instruction, mais effectivement il y a un sujet", a fait savoir une source gouvernementale à l'AFP.

Les deux capitales, actionnaires du groupe à hauteur de 22%, ne sont pas directement représentées à son conseil d'administration, mais rien ne peut se faire sans leur aval. De part et d'autre du Rhin, l'enjeu est d'importance car Airbus est un géant qui emploie 134.000 personnes et représente un gros contributeur net au commerce extérieur des deux pays.

- Il n'a "pas dit qu'il partait" -

Tom Enders, qui a toujours voulu tenir les Etats à l'écart des affaires du groupe, a laissé pointer son agacement face à l'article du Figaro en affirmant que "la décision sur (son) avenir en tant que président exécutif d'Airbus n'est prise ni par la presse française ou le gouvernement français, ni par aucun gouvernement".

"Mon mandat actuel court jusqu'en avril 2019 et c'est le calendrier sur lequel je travaille", a-t-il assuré mardi à l'AFP. "Elle est prise soit par le conseil d'administration (...) soit par moi-même et idéalement par un consensus entre le conseil et moi-même".

En déplacement en Asie, Fabrice Brégier s'est dit "surpris des informations rapportées par la presse sur (son) départ prochain". "Je n’ai qu’une seule priorité: atteindre les objectifs d'Airbus, avec la livraison de plus de 700 appareils cette année", a-t-il ajouté dans une déclaration transmise à l'AFP.

Airbus est sous le coup d'investigations du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious fraud office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des transactions, pour des faits qu'il avait lui-même dénoncés en 2016.

Il est aussi visé par deux autres enquêtes en Autriche et en Allemagne autour de la vente d'avions de combat Eurofighter à Vienne. En Autriche, Tom Enders figure parmi les personnes visées par l'enquête, mais de l'aveu du parquet général de Munich, la justice allemande dispose "de peu de preuves de corruption".

En interne, on s'inquiète que ces enquêtes et une éventuelle guerre de succession au sommet ne déstabilise le groupe.

"Que l'on change de PDG, c'est une chose. Nous ce que l'on souhaite c'est que l'entreprise ne soit pas déstabilisée. Aujourd'hui, on sait ce que l'on a, on ne sait pas ce que l'on va avoir", a déclaré à l'AFP Jean-Marc Escourrou, secrétaire FO Airbus SAS, la branche aviation commerciale, à Toulouse.

"J'ai vu M. Enders la semaine dernière, il ne nous a pas dit qu'il partait", a-t-il ajouté. "Il m'a même dit qu'il restait. On va attendre de voir".

"Avoir un départ simultané de Tom Enders et de Fabrice Brégier, c'est une situation qui nous inquiète et qui est de nature à déstabiliser la gouvernance du groupe", a pour sa part déploré Thierry Préfol, coordinateur adjoint CFE-CGC chez Airbus.

Pour l'heure, rien n'indique qu'une décision sur la gouvernance soit imminente, d'autant que les enquêtes qui visent le groupe pourraient aboutir en 2019 seulement. En octobre, le conseil d'administration présidé par Denis Ranque avait apporté "toute (sa) confiance" à Tom Enders pour sortir par le haut le constructeur aéronautique de la crise.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Avec maintien du droit préférentiel de souscription

Publié le 16/07/2018

Lundi 16 juillet 2018A 11h00 en zone euroBalance commerciale de mai.A 14h30 aux Etats-UnisVentes au détail de juin.Indice manufacturier "Empire State" de la Fed de New York pour juillet.A 16h00 aux…

Publié le 16/07/2018

Orchestra-Prémaman dévoile un chiffre d'affaires du premier trimestre (1er mars au 31 mai 2018) de 140,4 ME en baisse de -8,9%, "du fait d'un...

Publié le 16/07/2018

Carmina Abad Sanchez prend la tête des opérations dans la région

Publié le 16/07/2018

Antalis a acquis le distributeur roumain de supports de communication visuelle Verla, qui réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 8 millions d'euros. Cette opération est soumise à…