5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Airbus et Bombardier vers de nouveaux horizons avec la CSeries

| AFP | 528 | Aucun vote sur cette news
Airbus et Bombardier devraient être
Airbus et Bombardier devraient être "capables de prendre 50% du marché" des avions de 100 à 150 places,pour le PDG d'Airbus ( STF / AFP )

Avec le couteau de Boeing sous la gorge, Bombardier a cédé à Airbus le contrôle de son programme aéronautique CSeries, mettant fin à ses ambitions de s'imposer seul face aux deux géants américain et européen.

"Je suis triste mais en même temps rassuré", car au-delà de cette question, "tout le monde est gagnant dans cet accord", a dit à l'AFP Mehran Ebrahimi, spécialiste de l'aéronautique à l'Université du Québec à Montréal.

L'avionneur européen a annoncé un spectaculaire rapprochement avec le groupe canadien en prenant 50,01% de l'entité qui gère le programme de l'avion CSeries (100 à 150 places), au moment où Bombardier se trouve dans une situation financière périlleuse.

"Le programme de la CSeries n'est pas mort" et il va plutôt connaître un essor sur le plan commercial "avec la puissance marketing colossale d'Airbus", prédit M. Ebrahimi.

Succès sur le plan industriel, cet avion, premier monocouloir de conception entièrement nouvelle depuis plus de 25 ans, tardait cependant à rencontrer le succès commercial.

Mis en service à l'été 2016, après des coûts de développement de plus de 5,4 milliards de dollars américains, le CSeries n'a jusqu'à maintenant été commandé qu'à 360 exemplaires.

Qui plus est, une commande de 75 appareils de la compagnie américaine Delta était menacée depuis l'imposition de droits punitifs sur l'avion par le gouvernement américain.

Un modèle réduit du CSeries de Bombardier le 16 juillet 2014 dans le Hampshire
Un modèle réduit du CSeries de Bombardier le 16 juillet 2014 dans le Hampshire ( LEON NEAL / AFP/Archives )

En pleine renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique, les autorités américaines ont imposé, sous la pression de Boeing, des droits compensatoires de 220% sur ce type d'avions importés sur leur sol, ainsi qu'une taxe antidumping de 80%.

Même si ces droits restent à confirmer, ils avaient de facto "fermé l'accès au marché américain" pour Bombardier, a estimé la ministre québécoise de l'économie, Dominique Anglade.

Le rapprochement Airbus/Bombardier vient régler ce problème car le géant européen prévoit d'ouvrir une seconde ligne d'assemblage pour les avions de la CSeries vendus aux Etats-Unis à ses installations de Mobile, en Alabama (sud des Etats-Unis).

"La CSeries sera assemblée aux Etats-Unis et ne sera donc pas sujette à ces droits, ce qui est une nouvelle fantastique pour Bombardier et le Canada", a estimé Walid Hejazi, professeur de management aéronautique à l'Université de Toronto.

Le partenariat donne aussi du temps au gouvernement canadien de Justin Trudeau pour revoir son intention de ne pas acheter d'avions de chasse super Hornet à Boeing si les Etats-Unis décident finalement d'imposer les droits punitifs visant la Cseries.

- 'Boeing pas content' -

"Boeing faisait tout pour fermer le lucratif marché américain à Bombardier. Il n'avait pas prévu ce développement. Boeing n'est clairement pas content car ce dénouement sape réellement sa position stratégique", a dit M. Hejazi à l'AFP.

L'accord profite aussi au président, Donald Trump, "dans la mesure où une partie de la production passe du Canada aux Etats-Unis", souligne-t-il.

Le siège du programme et la ligne d'assemblage principale de la CSeries resteront cependant basés aux installations de Bombardier à Mirabel, au nord de Montréal, assurant l'avenir de 2.000 emplois. L'accord consolide aussi la filière industrielle aéronautique au Québec, forte de 40.000 salariés.

"Airbus vient d'acquérir une technologie extraordinaire et va compléter d'une façon remarquable sa gamme de produits. Bombardier va certainement augmenter son nombre de commandes et donc à long terme la viabilité de son projet", explique pour sa part Merhan Ebrahimi.

"Maintenant toutes les autres compagnies aériennes américaines et ailleurs dans le monde vont examiner avec beaucoup plus de sérieux la CSeries", renchérit M. Hejazi.

Un Airbus A340-300 à l'aéroport de Toulopuse-Blagnac le 26 septembre 2017
Un Airbus A340-300 à l'aéroport de Toulopuse-Blagnac le 26 septembre 2017 ( PASCAL PAVANI / AFP/Archives )

Le rapprochement représente également un joli dilemme sur le plan stratégique pour Airbus car Bombardier avait dans ses cartons des plans pour un CS500, un avion de la CSeries à plus de 150 places.

"Produire le CS500 serait moins onéreux pour Airbus que de développer la famille des A320 neo. Mais là encore, ce n'est pas aussi évident dans la mesure où Airbus à un carnet de plus de 3000 commandes pour le A320", explique M. Ebrahimi.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS