En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.62 PTS
+1.69 %
4 873.50
+1.71 %
SBF 120 PTS
3 887.65
+1.72 %
DAX PTS
11 158.85
+2.20 %
Dowjones PTS
24 545.86
+0.72 %
6 760.25
+0.62 %
1.136
-0.21 %

Airbnb assigné en référé par la Ville de Paris: la Cour de cassation saisie

| AFP | 280 | Aucun vote sur cette news
La Cour de cassation devra décider en février, si elle sollicite ou non le Conseil constitutionnel, sur le conflit opposant la Ville de Paris à la plateforme de location touristique Airbnb
La Cour de cassation devra décider en février, si elle sollicite ou non le Conseil constitutionnel, sur le conflit opposant la Ville de Paris à la plateforme de location touristique Airbnb ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

La Cour de cassation devra décider en février, si elle sollicite ou non le Conseil constitutionnel, sur le conflit opposant la Ville de Paris à la plateforme de location touristique Airbnb, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Dans un jugement en référé émis mardi et consulté par l'AFP, le tribunal de grande instance de Paris a transmis à la Cour de cassation une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), qui fera l'objet d'une audience le mardi 5 février 2019.

La Cour devra donc décider si elle transmet ou pas, au Conseil constitutionnel, cette QPC.

Celle-ci a été posée par Airbnb, assigné en référé le 7 mai par la Ville de Paris qui veut lui imposer de retirer les annonces que la plateforme met en ligne sans numéro d'enregistrement.

La QPC porte sur cinq obligations incombant aux exploitants de plateformes électroniques, en vertu de l'article L324-2-1 du code du tourisme: in fine, le Conseil constitutionnel devra dire si elles sont compatibles avec le principe constitutionnel d'égalité devant les charges publiques.

Il s'agit tout d'abord de l'obligation d'"informer le loueur des obligations de déclaration ou d'autorisation préalables" à la mise en location du logement et de celle de "recueillir une déclaration sur l'honneur attestant du respect de ces obligations, indiquant si le logement constitue ou non sa résidence principale".

La QPC porte également sur l'obligation de faire apparaître le numéro de déclaration du logement, de veiller à ce qu'il ne soit pas loué plus de 120 jours par an et d'informer la commune du logement loué.

Dans un communiqué mardi, Airbnb s'est "félicité" d'une décision qui, affirme l'entreprise, "démontre que la situation est complexe et pose des questions qui pourraient avoir d'importantes répercussions pour les hôtes".

Le 7 mai, la Ville de Paris a assigné en référé les plateformes Airbnb et Wimdu, accusées de ne pas avoir retiré les annonces figurant sur leur site sans numéro d'enregistrement.

Depuis le 1er décembre 2017, tout loueur de meublé touristique doit être enregistré et son numéro d'enregistrement doit figurer sur l'annonce en ligne, afin de vérifier que les propriétaires ne dépassent pas la durée limite légale de location de 120 jours par an. La plateforme qui l'héberge doit retirer de son site toute offre dépourvue de numéro.

"Comme d'habitude, Airbnb se défausse et cherche à renvoyer la responsabilité aux seuls loueurs. Un peu comme si l'industrie agroalimentaire expliquait qu'elle n'est pas capable de faire respecter les normes sanitaires", a réagi auprès de l'AFP Ian Brossat, adjoint communiste au logement de la Ville de Paris et chef de file du PCF aux élections européennes.

"En réalité, il s'agit d'une pure et simple manoeuvre dilatoire", a-t-il estimé.

Airbnb propose 500.000 logements en France, mis en location par 400.000 "hôtes", dont 65.000 à Paris.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Chargeurs gagne 2,57% à 19,19 euros, après avoir annoncé une nouvelle organisation pour son pôle Technical Substrates, et précisé ses ambitions pour 2021, où il anticipe notamment franchir 100…

Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…