En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 327.89 PTS
+0.43 %
5 321.50
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 270.24
+0.28 %
DAX PTS
12 204.82
+0.34 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
+0.00 %
1.137
+0.27 %

Air France: la CFDT critique le nouvel appel à la grève des pilotes

| AFP | 172 | Aucun vote sur cette news
Le patron de la CFDT Laurent Berger critique le nouvel appel à la grève à Air France par une intersyndicale, estimant que c'est le syndicat de pilotes SNPL qui
Le patron de la CFDT Laurent Berger critique le nouvel appel à la grève à Air France par une intersyndicale, estimant que c'est le syndicat de pilotes SNPL qui "instrumentalise" les salariés "pour son seul intérêt". ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a critiqué lundi le nouvel appel à la grève à Air France par une intersyndicale, estimant que c'est le syndicat de pilotes SNPL qui "instrumentalise" les salariés "pour son seul intérêt".

"Ca s'appelle aller dans le mur et appuyer sur l'accélérateur pour que ça fasse plus mal", a dit sur France Inter à propos de cet appel le numéro un de la CFDT, qui n'avait pas non plus soutenu les grèves précédentes "parce que c'est un secteur extrêmement en difficulté".

"Il y a besoin de davantage de dialogue social", a-t-il expliqué.

"Il faut arrêter qu'un syndicat de pilotes, avec un leader du SNPL, dicte sa seule volonté à cette compagnie", a déclaré M. Berger. Selon lui, le SNPL "instrumentalise un certain nombre de salariés au sol, qui vont payer très cher, si ça continue, pour le seul intérêt d'un leader syndical", a-t-il dit.

Fin avril, il s'en était déjà pris au président du SNPL d'Air France, Philippe Evain, estimant qu'il se prenait pour "le lider maximo" et entraînait "Air France vers le fond".

L'intersyndicale d'Air France a annoncé vendredi un appel à la grève du 23 au 26 juin inclus. Composée de dix organisations de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et de stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnel au sol (CGT, FO et SUD), elle a déjà mené 15 journées de grève entre le 22 février et le 8 mai.

Le mouvement a été suspendu après la démission du PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, désavoué par le personnel lors d'une consultation lancée à son initiative. Air France proposait une augmentation générale de 2% immédiatement et une hausse de 5% sur la période 2019-2021, conditionnée aux résultats d'Air France.

L'intersyndicale, qui réclame 5,1% en 2018, s'était prononcée contre. Elle exige toujours un "rattrapage" de l'inflation subie depuis 2011, date de la dernière augmentation générale, au titre des efforts passés et des meilleurs résultats financiers du groupe.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

JCDecaux accélère son rebond après avoir clôturé avant-hier à son plus bas niveau de l'année. Suite à son modeste gain de 0,15% hier, le titre bondit de 5,99% aujourd'hui, à 27,7 euros. A la…

Publié le 16/08/2018

Le titre a enfoncé la zone d'overlap (ancienne résistance devenue support) des 25.5 euros. L'orientation négative des indicateurs techniques milite pour une poursuite de la phase de repli en…

Publié le 16/08/2018

Le titre sous haute pression après les annonces du gouvernement

Publié le 16/08/2018

La compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen